Bonjour tout le monde,

Sogou était toujours considéré comme le 3e moteur de recherche en Chine continentale après Baidu et HaoSou (360), voire 4e avec l’arrivée de Shenma (d’Alibaba). Sogou, appartenant à Tencent, est le moteur de recherche qui remonte les résultats de WeChat. J’en parlais dans cet article datant de 2014 (donc 6 ans en arrière !) : Sogou affiche des messages de WeChat dans ses SERP

Aujourd’hui, Sogou a bien croît et il devient même une « menace » pour Baidu. Ses parts de marché grimpent, et il a de plus en plus d’utilisateurs. Avant, Sogou avait environ 10% de part de marché en Chine continentale, et en 2020, il a atteint les 26% !

En 2014, Sogou avait environ 10,35% de part de marché :

Répartition parts de marché moteurs de recherche chinois en août 2013 - AUTOVEILLE

 

Aujourd’hui, en 2020, il a atteint les 26% de part de marché* (septembre 2020) :

sogou-part-de-marche-2020

*La source vient de QS Search (HaoSou).

Sogou a atteint 26% de part de marché en Chine continentale, avec 506 millions d’utilisateurs chinois.

Ce moteur de recherche est à surveiller de près même si Baidu reste le n°1 (statistiques de février 2020) :

baidu-market-share-search-engines-china-feb-2020

Faut-il se mettre à faire du SEO spécial Sogou ? Je pense qu’il est important d’y penser dès maintenant vu que le moteur commence à grignoter des parts de marché.

Les chiffres de Statcounter (repris par Market Me China dans la capture ci-dessus) montre que Sogou a dépassé Baidu sur PC (mais notons que les ordinateurs sont moins utilisés que les mobiles en Chine).

En revanche sur mobile, Baidu a toujours le monopole avec 85% de part de marché. Tout appareil confondu, c’est toujours Baidu qui est en tête avec 69% de part de marché.

Il ne faut pas s’affoler, mais il faut absolument réfléchir à une optimisation pour le web chinois, et non uniquement pour Baidu désormais.

Bon courage à tous,

V̩ronique DUONG РExperte SEO international РDirectrice RANKWELL

 

 

 

Bonjour tout le monde !

LinkedIn propose de tester ses compétences via des quiz courts de 15 à 20 questions, et j’ai passé celui en SEO (que j’ai obtenu ! :)). Cela est intéressant dans le sens où on peut afficher un badge montrant qu’on a réussi au test. Pour être « admis », il faut avoir un score d’au moins 70%. Quand vous êtes au dessus du score de 70%, LinkedIn l’indique sur le rapport de réussite aussi :

quiz-linkedin-reussi-seo-veronique-duong-septembre2020

Il n’y a pas besoin de révisions particulières pour ce type d’évaluation, c’est plus l’expérience au quotidien qui nous « forme » on va dire. Je trouve qu’il est bien de se tester de temps en temps afin de voir si on est toujours au « goût du jour ». Depuis la CESEO que j’ai passé en 2014, j’ai passé d’autres certificats dont celui de Google Ateliers Numériques en août 2020, quelques tests de SkillValue, etc.

certificat-veronique-duong-google-ateliers-numeriques-fondamentaux-du-marketing-numerique

Il faut éviter de se reposer sur ses lauriers, surtout dans le monde du digital, du SEO où tout change et évolue vite. Et, on ne peut pas tout savoir, il faut bien avoir ça en tête. On apprend tout au long de notre vie.

Bon courage à tous !

V̩ronique DUONG РExperte SEO international РDirectrice associ̩e chez RANKWELL

Bonjour tout le monde,

Durant l’été 2020, j’ai mis en place un nouveau format pour partager de l’information « SEO » avec vous, et c’est sous forme de stories sur Instagram et Linkedin que je le fais ! J’ai reçu des encouragements de votre part pensant que c’est un bon concept. Me filmer en 15 secondes pour vous expliquer un concept en référencement, c’est le format parfait pour être en interaction avec vous sans que cela soit trop long. Par stories, j’aborde un seul point unique comme ce qu’est le Nofollow, s’il faut préférer du SEO ou du SEA, etc.

Voici le lien pour accéder à mes stories : SEO STORIES by Veronique DUONG

Je poste une stories tous les deux jours, et je varie les sujets : technique, sémantique, netlinking, SEO / SEA, etc.

Les stories sont amenées à évoluer au fur et à mesure, et je vous invite à vous abonner à mon Instagram (@veroduong) dès maintenant !

 

seo-stories-instagram-veroduong

Renouvelez vous sans cesse et croyez en vos objectifs !

Bon courage à tous,

V̩ronique DUONG РExperte SEO international РDirectrice associ̩e chez RANKWELL

 

 

 

Bonjour tout le monde !

Cela va bientôt faire un an que la directive sur le droit d’auteur est appliquée (depuis fin octobre 2019).

Cependant, Google avait refusé de payer pour le droit voisin, c’est-à-dire rétribuer les éditeurs afin de reprendre leurs contenus et les afficher sous forme de snippets dans les pages de résultats. Par conséquence, si un site est identifié comme une publication de presse européenne, sans action de la part du propriétaire du site, plus aucun snippet ni vignette ne s’affichera pour le site dans Google. Ceci concerne tous les types de recherches et de résultats (Google Actualités, images, recherche standard…) ainsi que Discover.

Avant tout, vous devez vérifier si votre site est considéré « comme une publication de presse européenne conformément à la Directive européenne 2019/790 sur les droits d’auteur et les droits associés sur le marché numérique. »

Si c’est le cas, vous devez avoir reçu un mail pour chaque propriété Search Console concernée. Rappelons que chaque sous-domaine est traité de façon indépendante. Le mail type ressemble à cela :

publication presse européenne mail Google

Source de l’image : WebRankInfo

 

Voici une image de WebRankInfo qui illustre parfaitement les deux cas :

publication presse européenne et snippet Google

Ne cochez surtout pas la case si vous voulez avoir des méta descriptions apparaître dans les résultats de recherche de Google : « Inclure cette propriété dans la liste des publications de presse européennes »

Publication presse européenne activée

Faites donc attention à cela afin de ne pas vous faire « piéger » par cette spécificité. Apprenez en plus ici :

https://support.google.com/webmasters/answer/9405176?hl=fr

Bon courage à tous !

V̩ronique DUONG РExperte SEO international РIng̩nieure Linguiste

Bonjour tout le monde !

Les personnes, qui me suivent depuis longtemps, savent que je suis une passionnée de langues étrangères, de linguistique. Je maîtrise 7 langues, dont 4 à l’oral, à l’écrit et à la lecture, et 3 à l’écrit et à la lecture, mais encore à l’oral. Quand je parle de l’oral, c’est savoir parler de façon fluide dans la langue, et non seulement dire deux ou trois phrases.

Je parle couramment français, anglais, cantonais et mandarin. Voici une petite vidéo où je me présente dans ces quatre langues :

On peut me définir comme une personne quadrilingue. Et que veut dire « quadrilingue » exactement ? Voici une définition trouvée sur le web :

Le plurilinguisme renvoie à la capacité d’une personne
à utiliser plus d’une langue, dans des situations variées de
la vie quotidienne. Il n’existe pas de définition universelle
du degré de compétence ni de la fréquence d’utilisation à
partir desquels une personne peut être considérée comme
bilingue, trilingue, etc. Dans le sens le plus large de la définition,
une personne bilingue est celle qui peut communiquer
en deux langues au moins, que ce soit sous une forme
productive (la parole et l’écriture) ou réceptive (par l’écoute
et la lecture).
La langue principale est la ou les langue(s) dans laquelle/
lesquelles une personne pense et qu’elle sait le mieux (formulation
du relevé structurel). Ce concept remplace celui de
langue maternelle depuis le recensement de 1990.
Les résultats présentés dans les chapitres deux et trois
se réfèrent par contre aux langues d’usage régulier, ou
langues utilisées régulièrement, définies comme toutes
langues utilisées au moins une fois par semaine, à l’oral, à
l’écrit ou pour lire, dans au moins un des contextes suivants:
– avec le ou la partenaire ou avec les enfants vivant dans
le ménage
– avec les membres de la famille vivant en dehors du
ménage et les amis
– pour regarder la TV, écouter la radio, naviguer sur internet
– pour lire durant les loisirs
– dans le cadre du travail

Source : Pratiques linguistiques en Suisse – Premiers résultats de l’Enquête sur la langue, la religion et la culture 2014 – 1612-1401

Je parle cantonais et français depuis toute petite. J’ai commencé par le cantonais (et le teochew, dialecte chinois, mais je ne l’utilise pas tellement dans mon quotidien, et c’est plutôt sous forme « réceptive » que je la pratique si je reprends la définition), puis le français à l’école.

Ensuite, j’ai appris le mandarin, puis l’anglais. Dans mon quotidien, je suis amenée à parler ces langues à mon entourage et dans le milieu professionnel. Mon profil quadrilingue m’a permis de faire plus de choses comme travailler avec les villes et les pays asiatiques tels que la Chine, Singapour, Hong Kong, Macau, Taïwan, etc. Pour ces 4 langues, c’est la forme productive (la parole et l’écriture) qui prône chez moi.

Par la suite, j’ai appris le Japonais, le Coréen : pour le moment, je sais lire et écrire, et c’est sous forme « réceptive » à nouveau dans ces deux cas.

Voici mes niveaux pour chacune de mes langues :

  1. Français : Langue maternelle
  2. Anglais : Bilingue
  3. Cantonais : Langue maternelle
  4. Mandarin : Bilingue
  5. Teochew : Courant
  6. Japonais : Intermédiaire
  7. Coréen : Débutant
  8. Khmer : Notions

Et vous ? Combien de langues parlez-vous ? Quels sont vos niveaux pour chacune ? 🙂

Bon courage à tous !

V̩ronique DUONG РIng̩nieur linguisteExperte SEO international

Bonjour tout le monde !

Cela va bientôt faire 3 ou 4 ans que je n’ai pas pris de missions dans la modération et la gestion / veille d’e-réputation pure ! Avec la création et le management de RANKWELL, pendant ces 3 dernières années, je me suis essentiellement concentrée sur le SEO. Au moment où je vous écris cela va faire un peu plus de deux mois que je travaille dans la veille de verbatim pour une belle marque dans la grande distribution.

memoire-master-2-veronique-duong-2010-2011

Je viens du monde de la veille, mon mémoire de recherche porte sur une chaîne de traitements pour automatiser la veille, la collecte de données, et je ne pourrais jamais arrêter de travailler dans ce secteur. J’adore tellement collecter, trier, organiser les informations que la veille stratégique fait juste partie de ma vie en vrai.

En me concentrant juste en SEO, j’ai développé une forte expertise, et récemment je me suis spécialisée à fond dans le netlinking, au point que l’on me surnomme la « netlinkeuse » haha ! … Mais voilà, je ne veux plus qu’être « spécialiste SEO ». Je veux aussi être professeure de marketing en ligne et spécialiste en veille stratégique (e-réputation, juridique, etc.). Ce sont mes objectifs professionnels. Et tout le monde doit en définir afin d’avancer dans le sens voulu.

Je suis quelqu’un qui se motive toute seule, et je n’ai pas trop besoin qu’on me dise où aller, quoi faire, etc. J’ai souvent une idée bien précise de comment je veux évoluer, de ce que je veux faire. J’ai toujours voulu me trouver une petite activité à faire le week-end, et avant je faisais de la veille juridique (2013-2014), je me suis occupée du SEO Camp (2016-2018), j’ai rédigé des ouvrages (2016-2019), et maintenant je me remets dans la veille d’e-réputation (2020 -), et j’en suis heureuse 🙂

Vivre à 500%, c’est vraiment mon style de vie, et cela me convient (même si parfois je peux être bien fatiguée !). Surtout que ma vie personnelle a bien évolué aussi car je me suis fiancée le 26 juin 2020 avec mon conjoint (chéri est dans le marketing aussi, donc on se comprend mutuellement sur les activités pro également), et nous vivons maintenant à 500% !

La rentrée est là, et pour le dernier trimestre 2020, nous allons mettre le paquet !

Bon courage à tous !

V̩ronique Duong РDirectrice chez RANKWELLExperte Search et Marketing en ligneSp̩cialiste Veille Strat̩gique

Bonjour tout le monde !

La rentrée 2020 s’approche, et j’avais envie de publier un petit article par rapport aux piliers SEO sur lesquels je me focalise désormais. Avant j’étais très concentrée sur la partie technique, et même si elle reste très importante, je vous avoue que j’ai mis l’accent sur le netlinking et le contenu textuel riche en mots-clés. Voici les différents piliers dans mon ordre de priorité :

  • Le netlinking sous toutes ses formes
  • Le contenu du site (textes, images, vidéos, etc.)
  • L’e-réputation / branding de la marque
  • L’accessibilité des pages
  • Le temps de chargement
  • Les URLs brisés qui polluent le crawl budget

J’ajoute l’e-réputation dans les piliers car cela va de soi pour moi de bien référencer une marque, et de faire en sorte que les résultats qui en ressortent soient propres et positifs pour cette dernière. En 2020, j’estime qu’il est primordial de s’occuper de son référencement tout en pensant à sa réputation en ligne, cela va ensemble pour moi 🙂

Source : Viaprestige Agency

Pour la rentrée 2020, on compte attaquer fortement avec le SEO et faire bouger l’écosystème du SEO à l’international.

Bon courage à tous !

Véronique DUONG – Directrice chez RANKWELL – Experte SEO à l’international

Bonjour tout le monde !

Je vous propose aujourd’hui un article un peu différent de ce que je peux poster sur ce blog car je vais vous parler de la réussite d’atteinte d’objectifs (et mes choix pendant ma scolarité). Depuis toute jeune, j’ai toujours avancé à l’objectif, c’est-à-dire que je me fixais un but, et je faisais tout pour l’atteindre. Pendant ma scolarité, j’ai fait un cursus général comme tout le monde, et les premiers choix commençaient au collège avec les langues vivantes. LV1, LV2, LV3, ça doit parler à tout le monde non ? 😉

Dès la 6e, je savais que je voulais choisir le mandarin en LV2, et c’est ce que j’ai fait. J’ai pris des cours de mandarin en étant petite dans des associations et à l’école primaire, et j’ai toujours aimé. Je parle uniquement cantonais à la maison, ça aide car il y a des ressemblances avec le mandarin, et je me suis dit … « autant miser sur mes points forts ». Quand je suis entrée en 6e en septembre 1999, j’avais 10 ans et demi.

Ensuite, au lycée, après la seconde, un nouveau choix arrive pour la première : quelle filière choisir ? L ? ES ? S ?

J’ai suivi les cours de SES (sciences économiques et sociales), et j’ai beaucoup aimé tous les sujets sur l’économie. De ce fait, mon choix était fait. Je voulais aller en première ES, et c’est chose fait, j’ai été admise en première ES en septembre 2004 (j’avais 15 ans et demi). J’avais toujours le mandarin en langue vivante, et au lieu de LV2, je l’ai passé en LV1 car je voulais intensifier mon niveau en chinois car je sentais déjà que j’allais travailler avec la Chine. Et avec le recul, je crois que j’ai fait le bon choix 🙂

En première et terminale ES, j’avais pris pour spécialité « Anglais renforcé » (en plus de l’anglais en LV2) et l’option « Orientale » (géographie et histoire de la Chine) car ma passion pour les langues et les cultures étrangères était de plus en plus intense aussi. J’ai passé mon baccalauréat général ES en juin 2006, à 17 ans et demi, et sur mon diplôme, on constate bien que j’ai une mention « section orientale Chine ».

livre-seo-baidu-books-veronique-duong-autoveille

Une de mes plus grandes fiertés professionnelles : la publication de mes ouvrages SEO en français et en anglais ! Objectifs doublement atteints !

De la Licence au Master, j’ai fait des études dans la linguistique, les langues étrangères appliquées et le développement informatique. Je me cherchais un peu en licence, et je ne savais pas exactement ce que je voulais faire après une licence LEA anglais / chinois mandarin. J’étais en option Droit privé / Droit public. C’était très niche comme parcours universitaire (et mon premier job était dans la veille juridique de textes de loi chinois). Je me suis orientée vers une Maîtrise de Rédaction Technique (anglais / mandarin) car j’aime écrire, j’ai un côté pédagogue pour expliquer des instructions, et il y a à la fois la technicité des appareils, des logiciels sur lesquels on doit réaliser des modes d’emploi. Finalement, je me suis spécialisé en ingénierie linguistique avec les langues anglais et mandarin.

On constate bien une cohérence entre tout cela : la linguistique, la technique, l’informatique, l’économie et le droit. Après un stage de fin d’études dans la rédaction web, je me suis passionnée (de folie) pour le SEO. La suite de l’histoire vous la connaissait 🙂

A 21 ans, juste après être diplômée de mon Master en Ingénierie Linguistique en septembre 2011, je savais pertinemment ce que je voulais faire : devenir une spécialiste en référencement naturel sur Google et Baidu pour travailler avec la Chine et l’international. C’était mon but ultime, et je voulais ouvrir mon agence à tout prix. Tout cela ne s’est pas fait du jour au lendemain bien sûr. J’ai commencé à être pas mal connu vers 2015, et j’ai créé mon agence Search (SEO / SEA), RANKWELL, avec mes 2 associés en octobre 2017, à 28 ans.

veroduong-rankwell

RANKWELL, agence Search internationale co-fondée par Steve, Ben et moi ! Lors du 1er anniversaire de l’agence

J’ai attendu 7 ans avant de créer mon agence RANKWELL car j’avais besoin d’expériences, de voir plusieurs choses différentes, de voir des erreurs que d’autres entrepreneurs pouvaient faire avant de me lancer. Maintenant que l’agence existe depuis presque 3 ans (en octobre 2020, on fête les 3 ans de RANKWELL), j’ai d’autres objectifs : développer un bureau en Asie, la faire grandir, faire du CA avec, et proposer toujours des services pertinents à mes clients.

La vie est fait de choix et d’objectifs. Si vous les définissez bien, qu’ils vous correspondent, et que vous travaillez bien avec méthode pour y arriver, vous serez heureux tout au long de votre vie. Croyez en vous.

Bon courage à tous !

V̩ronique DUONG РExperte Search International РCo-fondatrice et Directrice chez RANKWELL

Bonjour tout le monde !

Cela va faire 10 ans que je suis dans le monde du travail, dans le référencement naturel et plus largement sur le marketing digital. J’adore ce que je fais, et je ne m’ennuie jamais. Le SEO est un secteur tellement vaste qu’on trouve toujours quelque chose à faire, surtout quand on est spécialisé à l’international. Depuis des années, j’ai en tête de créer de l’emploi en France, et si possible à l’échelle mondiale. Je pense notamment aux pays d’Asie en développement comme le Cambodge, le Vietnam, etc.

Pour créer de l’emploi, il faut déjà former les gens, monter les entreprises, et construire de solides business plans. Je propose déjà, à mon échelle, de travailler avec des freelances au Cambodge, au Vietnam sur des prestations de rédaction web :

Rédaction web en vietnamien

SEO en khmer

Rédaction web en khmer

Ce type de projets prennent du temps, mais j’y crois, et le plus important pour un entrepreneur, c’est de croire en ses projets et ses objectifs. Si vous souhaitez me soutenir dans les démarches, n’hésitez pas à m’en parler.

Au niveau national, je mène déjà des actions frontalement. En 2018, j’ai donné une conférence auprès des demandeurs d’emploi au Pôle Emploi, et depuis, je me suis vue attribuée le titre d’Ambassadrice de la Culture SEO :

Présentation du SEO Camp au Pôle Emploi : Professionnaliser le #SEO, un métier à forte valeur ajoutée selon moi

 

ambassadrice-culture-seo-veronique-duong-1

 

ambassadrice-culture-seo-veronique-duong

 

Je forme des étudiants dans les écoles de commerce, dans les universités, et la rentrée 2020 – 2021 va être intense en termes de cours pour les Master 1 et Master 2 ! Je donnerai cours de SEO et de Marketing Digital chez ILCI Business School et SKEMA Business School. En avril 2020, j’ai donné cours chez Rocket School pour aider des personnes en reconversion professionnelle à trouver un emploi. Chez RANKWELL, nous avons pris Armel en alternance en tant que Business Developer, et je suis heureuse d’avoir pu travailler avec. Il s’est formé sur le tas avec mon équipe, avec moi, et c’était du concret.

Les Echos Start ont en même parlé dans leur rubrique « Travailler mieux » !

Faire des audits, donner des recommandations, chercher des solutions pour résoudre les anomalies techniques d’un site, j’aime beaucoup, mais je sens que j’ai besoin de faire des choses plus grandioses à mon niveau là.

Je suis fière de tout ce que j’ai fait jusqu’à présent. Maintenant, si je pouvais aider les gens à trouver du travail et à s’épanouir dans leurs carrières, cela serait topissime !

Bon courage à tous, et croyez en vous !

Véronique DUONG – Ambassadrice de la Culture SEO chez Pôle Emploi Mobilité Internationale – Directrice et co-fondatrice chez RANKWELL – Professeur SEO – Experte Search International – Auteure d’ouvrages

(PS : Je n’ai jamais mis une signature aussi longue, et j’en suis fière !)

Bonjour tout le monde !

En 2010, il y a 10 ans, je mettais un premier pied dans le monde du référencement web avec l’optimisation sémantique du site e-commerce LiLi Pouce : https://www.lilipouce.com/

Le site existe encore et j’ai envie de faire un mini pré-audit dessus. En 10 ans, mes techniques ont bien évidemment évolué, et très fortement. Aujourd’hui, je regarderais plutôt la partie netlinking en premier, puis sémantique et technique en parallèle.

Je constate qu’en termes de liens entrants, ils ont connu des hauts et des bas depuis 2013. On note une grosse chute en septembre 2016, et cela a été rattrapé depuis :

netlinking-lili-pouce-autoveille

Les ancres de texte des liens externes restent très orientées « brand », et on a peu de mots-clés génériques :

netlinking-ancres-SEO-lili-pouce-autoveille

En termes d’optimisation technique, on constate qu’il existe encore des URLs brisées et peu stratégiques dans le crawl du site. Cela peut alourdir le crawl budget :

crawl-budget-lili-pouce-optimisation-technique-seo

Présence de JavaScript codé en dur dans le site :

optimisation-technique-javascript-en-dur-autoveille

Temps de chargement assez long en moyenne sur mobile, et cela est causé par les images et les scripts :

optimisation-technique-temps-de-chargement-autoveille

En termes d’optimisation sémantique, les mots-clés sont bien présents dans les titles et les méta descriptions.

optimisation-semantique-meta-tags-autoveille

 

Il existe donc encore des pistes d’amélioration possibles pour le site. Le SEO est un travail à long terme, et il est nécessaire de faire de la maintenance en permanence. Je suis contente de voir que le site est toujours là, et qu’il évolue année après année.

Bon courage à tous !

V̩ronique DUONG РExperte Search international РDirectrice chez RANKWELL

%d blogueurs aiment cette page :