archive

SEO baidu

Bonjour tout le monde !

En Asie, les enceintes vocales sont un peu partout, et plusieurs marques ont leurs propres enceintes. Je me suis procurée celle de Xiaomi car c’était la seule qui était disponible en paramétrages pour la Chine continentale (Xiaomi est une marque chinoise), et les autres fonctionnaient uniquement avec des applications mobiles taïwanaises (et dont une ligne mobile taïwanaise pour l’activer ! … et cela pose encore une nouvelle limite !)

Voici mon enceinte vocale Xiaomi (très grande) à côté de ma Google Home mini :

Enceinte vocale Xiaomi - Google Home - Veronique Duong

J’ai paramétré l’enceinte sur la Chine continentale (il était possible de le faire pour Taïwan aussi). Ainsi, je peux la connecter aux services de WeChat, de QQ, et des autres réseaux sociaux et applications mobiles chinoises.

Déjà, il faut avoir l’application de l’enceinte vocale Xiaomi, donc première étape, il faut la télécharger :

app mobile enceinte vocale xiaomi Véronique Duong

Ensuite, il faut créer un compte, entrer ses détails personnels, je vous passe les étapes car c’est assez basique.

Puis pour lancer QQ Music, il est aussi possible de passer par WeChat, et c’est ce que j’ai fait pour connecter l’ensemble des systèmes :

QQ Music Enceinte vocale Xiaomi - connexion WeChat - Véronique DUONG

Ensuite, via le compte Xiaomi, on peut désigner les fournisseurs d’informations que l’on veut :

compte-enceinte-vocale-xiaomi-veronique-duong

 

Pour avoir testé Google Home et Xiaomi AI, je trouve que les fonctionnalités sont assez similaires. Clairement, je n’ai pas encore poussé à fond les tests, mais je ne vais tarder de le faire car cela me passionne 🙂

Ah oui, et pour activer l’enceinte vocale Xiaomi, il faut dire « å°çˆ±åŒå­¦ » (xiao ai tong xue) qui veut littéralement dire « camarade xiao ai » ! On joue toujours sur le côté mignon avec l’Asie (c’est dans la culture, ne me demandez pas pourquoi.)

Bon courage à tous !

V̩ronique Duong РPassionn̩e de SEO, de webmarketing et de high tech РExperte SEO international РDirectrice chez RANKWELL

 

 

Publicités

Bonjour tout le monde !

J’avais publié une tribune sur ce sujet dans le Journal Du Net, et je me dis qu’il faudrait qu’elle soit sur mon blog personnel aussi ! Donc, c’est parti pour les explications 🙂

Faire du SEO sur Baidu n’est pas sans frais comme on pourrait le penser ! Il faut prévoir certaines dépenses. Dans cet article, nous allons décrire les étapes où il sera nécessaire de débourser un budget pour s’assure d’un référencement pérenne en Chine.

Parmi les éléments payants sur Baidu (si on doit prendre un moteur de recherche de référence en Chine), je pense que le grand public commence à connaître les fameuses Baidu V cards (qui existent aussi chez Qihoo 360, Sogou, Shenma, etc.)

Ces « V » qui coûtent entre 80 et 850 euros en fonction du type de sites que vous avez (site perso, blog, site corporate, etc.)
Il est possible de payer pour le V1 et le V2 mais pour le V3, c’est grâce à la popularité, l’e-réputation et la fidélisation des clients que vous pourriez l’obtenir (cela est avéré pour les sites d’e-commerce d’après mes tests).

Cependant lors du déroulement d’un projet de SEO sur Baidu, il faut aussi prévoir d’autres frais. Si vous êtes une marque, une entreprise, ou que vous avez tout simplement un site hébergé en dehors de la Chine continentale, il faudra penser à avoir un budget pour acheter une ligne mobile chinois (pas de Hong Kong ou Taïwan, mais uniquement de Chine), et pour assurer l’hébergement en Chine continentale auprès de Xinnet ou d’autres hébergeurs de ce type, etc.

Le coût d’un hébergement en Chine tourne autour de 650 euros par an (selon les prix de notre dernier devis avec Xinnet en mai 2016. Il dépendra de votre configuration : Windows ? Linux ? Cloud ou pas Cloud ? RAM, etc).

Voici les prix initiaux des offres de Xinnet (exprimés en RMB par mois) auxquels peuvent s’ajouter d’autres coûts :


Pour la ligne mobile chinoise, il faut compter environ 15 euros pour 3 mois, mais si on souhaite garder la ligne pour du long terme, il faudra signer un contrat avec les sociétés de téléphonie chinoises. Cela coûte environ 20 euros par mois (avec la 3G ou 4G, si ce n’est pas nécessaire, c’est moins cher), soit près de 240 euros par an. C’est au client de choisir son forfait.

Il y a également une autre icône payante qui est intéressante d’avoir pour maximiser la visibilité et le « TrustRank » du site. C’est l’icône « Site Officiel » de Baidu. Le prix de l’icône est de 3000 yuan par an, soit 405 euros pour 12 mois ! La voici en image :


Il faut passer par les Webmaster Tools de Baidu pour pouvoir accéder à cette fonctionnalité et obtenir l’icône « Site Officiel ».

Si on fait le total des coûts cités ci-dessus à prévoir pour ces étapes importantes du SEO Baidu, il faut compter environ 1400 euros en tout (au minimum), ce qui fait tout de même un petit budget.
Heureusement qu’il y a tout de même quelques outils SEO chinois gratuits provenant de Baidu : Baidu Webmaster Tools, Baidu Analytics et Baidu Index. Très utiles dans le cadre d’une campagne SEO chinoise.

Si vous voulez vous faire accompagner sur une stratégie de référencement en Chine, je me tiens à votre disposition pour en parler par téléphone ou de vive voix !

Bon courage à tous !

V̩ronique Duong РExperte SEO international (Google et Baidu) et passionn̩e de webmarketing

Bonjour tout le monde !

Grâce à mes articles, mes conférences, et même mes ouvrages, je reçois souvent des demandes, et surtout la même question : « comment j’ai fait pour me spécialiser sur le SEO sur Baidu, en Chine ? » car il n’existe pas de formations ou d’ateliers sur cette thématique ! C’est vrai. Alors dans cet article, j’ai décidé de vous raconter dans les grandes lignes comment cela est arrivé … 😉

Avant de me spécialiser sur Baidu, je faisais déjà du référencement naturel sur Google depuis 3 ou 4 ans. Google a donc toujours été mon point de départ. Un jour, je me suis dit « ah c’est dommage, je ne pratique plus trop le chinois mandarin dans le cadre du travail » (après avoir changé de poste de chef de projet de veille juridique sur la Chine dans le domaine du HSE à SEO Manager en agence). J’ai donc décidé de creuser un peu et de voir quels sont les moteurs de recherche utilisés en Chine, et là, je tombe sur le futur moteur de recherche sur lequel je me spécialiserai en tant que (quasi) pionnière aussi : BAIDU.

livre-seo-baidu-books-veronique-duong-autoveille2

Je me suis dit à l’instant « ah, ce n’est pas Google CN qui est utilisé ! », et j’ai vu une opportunité pour m’entraîner à lire en mandarin, à tester des nouveautés, et là, ma passion grandissait encore un peu plus ! Au fur et à mesure, je me suis rendue compte que les critères de référencement, les critères de code, de balisage sont tout de même assez différents de Google. Mais surtout, faire du SEO en Chine demande de s’adapter totalement à la culture, et heureusement que j’ai cette chance d’être biculturelle. Je me sens tout aussi française que chinoise / cambodgienne. J’ai les valeurs des deux côtés, et je me sens bien équilibrée.

Finalement faire du marketing fait appel à des aspects culturels, de comprendre les coutumes locales, etc. C’est HYPER important. Vous me verrez jamais traduire littéralement des contenus (surtout que je suis issues d’une formation d’ingénierie linguistique).

C’est un peu ainsi que je suis devenue une spécialiste du moteur de recherche Baidu, puis j’ai creusé du côté de Qihoo 360, Sogou, Shenma pour comprendre leurs différences avec Baidu, et j’ai étendu mes compétences à ces autres moteurs.

J’adore le web, les langues, la technique, et j’ai appris par la suite le japonais pour comprendre Yahoo! Japan, et aussi parce que le japonais a toujours une langue que je veux apprendre 🙂

Vous connaissez mon histoire maintenant, et je veux continuer à l’écrire avec vous.

Bon courage à tous !

V̩ronique Duong РDirectrice associ̩e chez Rankwell, mais avant tout passionn̩e par le SEO et les langues

 

 

 

Bonjour tout le monde !

J’ai fait une recherche de tendances de recherches sur les noms « youku », « tudou », « iqiyi », et voici ce que les chinois recherchent surtout en Chine (et la plateforme utilisée pour regarder des vidéos) :

iqiyi vs youku tudou veronique duong video marketing china

Il en ressort que c’est iQiyi 爱奇艺 (courbe verte) qui est le plus recherché en Chine sur PC et sur mobile. Sachez que Youku Tudou font partie du même groupe tout de même, donc si vous voyez Youku Tudou parfois, cela est normal, Tudou a été rachetée par Youku.

Vous ne le savez certainement pas pour la plupart, mais iQiyi 爱奇艺 a été fondé par Baidu, le premier moteur de recherche en Chine en 2010. Youku (courbe bleue) est le 2e recherché après iQiyi.

Si je prends un jour au hasard, iQiyi est recherché plus de 100 000 fois en Chine, alors que Youku Tudou, seulement une soixantaine de fois.

J’ai retenté la recherche avec « Youku » tout court pour voir, et on a cette tendance : Les courbes se rapprochent plus !

iqiyi-youku-video-marketing-veronique-duong

Comme quoi la façon de saisir les requêtes font varier fortement les volumes de recherche et les impressions.

iQiyi est tout de même au dessus de Youku avec plus de 200 000 recherches par jour au cours de ces 30 derniers jours ! Youku a environ 170 000 recherches par jour :

iqiyi-youku-video-marketing-veronique-duong-2

Je pense que les chiffres parlent d’eux-mêmes, et voici d’autres données intéressantes :

Le mot-clé iQiyi a un volume de recherche de 147 668 par jour et Youku de 19 897 :

iqiyi-youku-video-marketing-veronique-duong-3

En vert, c’est une baisse, et en rouge, une hausse (c’est culturel ! le rouge porte bonheur, et c’est positif !!)

Voici les champs sémantiques autour de iQiyi :

iqiyi-youku-video-marketing-veronique-duong-4

On retrouve surtout :

  • Films
  • Vidéos
  • Baidu
  • Téléchargement
  • Tencent
  • Youku
  • 4399 (une plateforme de petits jeux en ligne « 4399是中国领先的小游戏专业网站 »)
  • 12306 (site de China Railway)
  • etc.

Les concepts sémantiques autour de Youku :

iqiyi-youku-video-marketing-veronique-duong-5

  • Vidéos
  • Jeux
  • QQ
  • Douyu (斗鱼)
  • Téléchargement
  • 4399
  • Baidu

Les provinces où on recherche le plus les deux moteurs de recherche vidéos en Chine :

iqiyi-youku-video-marketing-veronique-duong-6

  • Guangdong
  • Zhejiang
  • Jiangsu
  • Beijing
  • Shanghai
  • Shandong
  • Sichuan
  • Henan
  • Hubei
  • Fujian

Ce sont surtout des hommes de 30-39 ans qui recherchent ces moteurs de recherche vidéos :

iqiyi-youku-video-marketing-veronique-duong-7

 

Si vous souhaitez en savoir plus, veuillez me contacter par mail afin de discuter de votre projet webmarketing sur la Chine !

Bon courage à tous !

V̩ronique Duong РDirectrice @Rankwell РPassionn̩e de webmarketing et de SEO

 

Bonjour tout le monde !

La semaine dernière je vous ai parlé du chapitre 1 de mon ouvrage, et aujourd’hui, je vais vous raconter un peu ce qui se passe dans le chapitre 2 … sans tout vous dévoiler bien sûr (pour ceux qui veulent lire mon livre, je ne vais pas commencer à spoiler toute seule haha) !

Le chapitre 2 est porté sur la technique du SEO chinois. Je vais dans le vif du sujet et le concret en parlant d’hébergement web à Hong Kong ou en Chine, de noms de domaine en .cn, le MIP (Mobile Instant Pages de Baidu), tous les algorithmes de Baidu connus, les balises qui ne fonctionnent pas pour Baidu comme les hreflang, les meta itemprop de Schema .org, etc. C’est le plus gros chapitre de mon ouvrage.

Le SEO est très porté sur la technique car tout dépend de la structure du site, de sa technologie, de son balisage, même si certes les contenus textuels sont hyper importants aussi. J’ai toujours plus apprécié la partie technique en SEO car je trouve qu’il y a plus de choses à explorer, à tester, à innover, et c’est de la recherche finalement, et c’est ce que j’aime !

Un petit extrait de la table des matières du chapitre 2 :

chapitre-2-veronique-duong-seo-baidu

Comme vous pouvez le constater, c’est orienté technique dès le deuxième chapitre, et j’aborde les techniques SEO chinoises. Elles ne s’appliquent pas forcément à Google, mais bien évidemment, un tronc commun existe (entre tous les moteurs de recherche).

Écrire un ouvrage prend du temps, nécessite de l’inspiration, des recherches, des réflexions, de l’énergie, du temps, mais quand on est passionné par le sujet, je vous assure qu’on s’éclate ! Mes livres, je les ai écris dans le salon de chez mes parents, sur mon petit bureau, et cela ne m’a pas empêché de réaliser cet ouvrage jusqu’au bout.

Je ne souhaite pas être cataloguée « Spécialiste SEO Baidu » même si 50% de mon activité est sur la Chine, je suis avant tout une SEO spécialisée sur du SEO Google. J’ai au fur et à mesure ajouté d’autres moteurs de recherche à ma passion 🙂

Dans le prochain article, je vous fais un spécial focus sur le 3e chapitre ! 😉

Bon courage à tous !

Véronique Duong – Directrice chez Rankwell et Passionnée par le SEO à l’international

 

Bonjour tout le monde !

Cela fait plus d’un an que mon premier ouvrage sur le SEO Baidu a été publié par mon éditeur ISTE Editions, et je me rends compte que je n’ai jamais vraiment expliqué le contenu du livre. Vous allez avoir l’auteure elle-même qui vous résume un peu chaque chapitre du manuscrit chaque semaine pour vous donner envie d’en savoir plus sur la Chine, l’Asie et le SEO en général.

Je décris pas mal de méthodes et d’astuces simples à appliquer dans mes ouvrages car mon idée est de vulgariser les informations et d’aider les personnes intéressées par le SEO à découvrir le sujet. Évangélisons le SEO !

Dans le chapitre 1 de mon ouvrage, je parle de l’historique de Baidu, des services que le premier moteur de recherche chinois propose, je reviens sur les parts de marché, les concurrents tels que Qihoo 360, Sogou, Shenma, etc.

Dès le chapitre 1, j’aborde déjà des aspects techniques comme comment fonctionne Baiduspider, l’eye-tracking, etc. :

chapitre-1-veronique-duong-seo-baidu

Pour comprendre le SEO en Chine, même si je parle beaucoup de Baidu, il faut connaître les autres moteurs de recherche car ils évoluent vite et peuvent proposer du jour au lendemain des services puissants, pratiques, etc.

La Chine est un marché qui bouge énormément, et tout change en 6 mois environ ! Dans mon ouvrage, j’ai posé les fondamentaux afin que tout le monde part de la même base et se rend compte de la difficulté de faire les choses dans le Pays du Milieu (procédure pour la licence ICP, ligne mobile chinoise, compte bancaire chinois, etc.)

Lorsque je fais du SEO sur la Chine, je ne le fais pas comme pour Google. Il y a une énorme dimension culturelle qui entre en jeu. Je réfléchis aux manières marketing pour attirer les Chinois, et non seulement des audits techniques, sémantiques, etc., je dirais d’assez classique pour Google. Dès 2016, je voyais déjà les Wang Hong (en chinois, et qui ne sont autres que les KOL en anglais) explosés sur la toile chinoise, et maintenant, en 2019, c’est carrément une stratégie à adopter pour le marketing en Chine !

Je reviendrais sur le chapitre 6 spécial SMO / KOL (Wang Hong) dans un prochain article :

chapitre-6-kol-veronique-duong-seo-baidu

En attendant, vous pouvez me contacter si jamais vous avez des questions sur la Chine ou sur le SEO, je serais ravie de répondre à vos interrogations sur ce marché où le marketing en ligne est tellement différent de l’Occident !

Bon courage à tous !

V̩ronique Duong РDirectrice chez Rankwell РPassionn̩e de SEO depuis 2010

Bonjour tout le monde !

Tant que cela est encore frais, je vous fais mon retour sur la première édition de Search Y, un événement orienté search international. Selon moi, c’est une très belle réussite ! L’événement a réuni plus de 600 personnes, et les salles étaient pleines. J’avais personnellement un programme chargé pour cette journée car j’avais :

  • la surveillance de la certification QASEO du SEO CAMP (comme je suis dans le jury des certifications, dans la commission CESEO, et ex-présidente de l’association, cela est tout à fait légitime !)
  • ma conférence sur le SEO chinois à donner
  • ma participation à la grande discussion sur le futur des moteurs de recherche (Google, Bing, Yandex et Baidu)
  • mon podcast en anglais sur « What Baidu does better than Google? » avec Jason Barnard

Ce n’était pas tout repos, mais j’ai adoré cette journée ! Je n’ai pas pu voir beaucoup de conférences, mais j’ai entendu des retours super positifs.

Plusieurs personnes m’ont demandé si mes slides seront mis à disposition, et je vais les mettre en ligne sur mon espace Academia dès que possible, donc ne vous inquiétez pas 😉 Au pire, envoyez moi un mail à vduong@rankwell.fr

Voici les clichés pris pendant ma conférence sur Baidu, et les participants ont bien pris notes de mes astuces SEO chinois (que vous pouvez récupérer et garder ci-dessous) :

Lors de la table ronde, j’ai surtout orienté mon discours sur les enceintes connectées de Baidu, d’Alibaba, et le mobile (Baidu ne propose presque plus les volumes de recherche PC !) :

Voici quelques retours du Search Y :

D’autres retours sous formes de tweets sur l’événement !

Ah et surtout la veille … on s’est bien amusé dans le parc Walt Disney Studios avec Roger, Vincent, Daniel, Will (et Kelvin … qui avait une conf call !!)

La tour de la terreur m’a marquée !

Search Y intervenants et organisateurs : Roger SIM, Vincent Terrasi, Will Critchlow, Daniel de Search Foresight

Puis un petit dîner avec Olivier Andrieu, Vincent Courson (Google), Fabrice Canel et Frédéric Dubut (Bing) ;

Diner Google, Bing, Baidu, Olivier Andrieu, Véronique Duong, Vincent Courson, Frédéric Dubut, Fabrice Canel

Le lendemain, déjeuner avec Thomas Grange et Benjamin Bussière (Botify), Aymeric Bouillat et Vincent Courson (Google) :

dejeuner google botify Thomas Grange, Benjamin Bussière, Aymeric bouillat, Véronique duong, Vincent Courson

Et bien sûr … sur scène, selfies (les participants ne voulaient vraiment pas se mettre devant ^^ ») :

Véronique Duong (SEO Baidu) et Google, Bing, Yandex sur scène à Search Y

Bon, vous l’aurez compris, je suis aussi la reine des selfies !

veronique-duong-philippe-yonnet-search-y-2019

Et bien sûr, avec Philippe Yonnet pour finir ! Sans lui, il n’y aura pas eu Search Y !

Quelle journée, je me suis amusée, j’ai pu partager ma passion, et wow, quelles rencontres !

Vivement la prochaine édition ! Et peut être qu’on pourra parler de Naver ou de Yahoo! Japan ? 

Bon courage à tous 🙂

V̩ronique Duong РExperte SEO international passionn̩e et Directrice chez Rankwell

%d blogueurs aiment cette page :