archive

Mobile Marketing

Bonjour tout le monde !

Suite aux annonces de Google sur son blog en anglais pour les webmasters, à partir de septembre 2020, tout le web passe sur l’indexation Mobile First. Les versions mobiles des sites web seront donc crawlés et indexés en priorité, et les versions classiques, de façon plus secondaire.

D’après Google, à partir de la rentrée 2020, après l’été, la « migration » se fera progressivement, au fur et à mesure pour la majorité des sites web, et passe en priorité ceux qui sont prêts à ce mode d’indexation :

mobile-first-indexing-seo-veronique-duong

La recommandation de Google est de montrer les mêmes informations sur la version classique et sur la version mobile. La meilleure technique pour y arriver, c’est bien évidemment le Responsive Design. Croyez moi qu’en 2020, je trouve encore des sites qui ne sont pas adaptables sur tous les types de support ! Faites vous aider si vous ne savez pas le faire, car là, le Responsive est indispensable pour le bon référencement de votre site :

mobile-first-indexing-seo-veronique-duong-2

Jusque là rien de très nouveau, depuis 2014 au moins, je recommande personnellement de faire des sites en Responsive Design

Google ne recommande pas de faire des sites mobiles séparés avec des noms de domaines comme « m. domaine .com », et je me pose la question par rapport à l’AMP (Accelerated Mobile Pages) dont le moteur de recherche n’en parle pas du tout dans son article. Pour l’AMP, il faut créer des pages à part en plus, avec le balisage HTML AMP, et mettre en URL canoniques les pages « dupliquées » de la version classique.

Google remercie tous les développeurs pour le travail effectué pendant des années sur ce passage de l’indexation PC vers l’indexation Mobile-First. Nous entrons dans une nouvelle ère pour de bon et il faudra s’y adapter :

mobile-first-indexing-seo-veronique-duong-3

Vive le Responsive Design pour le SEO !

Bon courage à tous,

V̩ronique DUONG РExperte r̩f̩rencement SEO international et Directrice chez RANKWELL

 

 

Bonjour tout le monde !

A quoi s’attendre en termes de tendances SEO pour 2020 ?

Le référencement naturel (ou Search Engine Optimization (SEO)) a le vent en poupe depuis ces dernières années. Il est à noter que les moteurs de recherche tels que Google (USA) et Baidu (Chine) évoluent constamment. Chaque moteur propose des services pour devenir un moteur de réponses, fournir des résultats de recherche enrichis, et afficher des pages web en un temps record sur mobile. 

L’objectif de Google : devenir LE moteur de réponses :

Google a lancé un projet nommé AMP (Accelerated Mobile Pages) depuis 2016. Son déploiement avait commencé avec les sites de presse et d’actualités, et continue doucement avec les sites corporates et les sites e-commerce. 

Il est à noter qu’en 2020, qu’une majorité de mobinautes resteront avec une connexion 2G / 3G, et le moteur de recherche américain a lancé ce projet pour couvrir le besoin de cette partie de la population mondiale : afficher des pages web sur leurs smartphones ou tablettes en moins de 2 secondes afin qu’elle accède à l’information très rapidement. Un réel défi pour les développeurs et les SEO.  

70% des connexions mobiles en 3G en 2020 selon Google

En outre, la recherche vocale est un sujet auquel il faut y prêter une attention particulière car plusieurs études estiment déjà que la plupart des internautes feront leurs recherches avec la fonction “Voice Search” sur les smartphones ou directement avec leurs enceintes Google Home. Les réponses données à l’oral sont issues des Featured Snippets. 

Ces derniers sont les résultats en Position 0 que l’on peut souvent voir en formulant des requêtes interrogatives ou contenant des mots-clés comme “définition …”. 

Les vidéos sont également un nouveau format de contenu à exploiter. Ces dernières hébergées sur YouTube (entité appartenant à Google) remontent souvent très bien en première page du moteur de recherche américain pour des requêtes spécifiques et précises. 

Les analyses sémantiques, les Knowledge Graph, les micro data, le travail des entités nommées restent aussi des éléments à optimiser afin de toujours donner des résultats enrichis et les plus informationnels possibles à Google. 

Dans mon prochain article, je vous parlerai des tendances SEO 2020 pour Baidu … stay tuned 🙂

Véronique DUONG

Passionnée de SEO international, de marketing en ligne et directrice / CEO de RANKWELL

 

Bonjour tout le monde !

Suite à l’annonce de Google par rapport au référencement des AMP Stories, j’ai voulu tester ce nouveau format, et mettre à jour mon mini site e-commerce de tests. Mon mini site e-commerce a été créé durant la dernière semaine d’août 2018, et depuis je l’avais un peu oublié (beaucoup de boulot !). Mais avec cette annonce sur les AMP Stories, et sachant que WordPress a des plugins pour cela, j’ai installé sur le CMS le plugin AMP Stories, et j’ai suivi les étapes pour le connecter et le relier à mon interface d’édition.

Cela m’a pris 10 minutes maximum !

Ensuite, j’ai commencé à bidouiller dans l’outil, et c’est une interface assez ergonomique et sympathique :

amp-stories-seo-test-veronique-duong

Suite aux paramétrages de la Story et son optimisation SEO, une URL est générée, et elle peut être indexée par Google. Voici l’URL de ma story en question : https://share.ztorie.com/amp/7e3d2/enceinte-vocale-xiaomi

Pour bien faire les choses, j’ai testé le code source AMP de cette story et le code me semblait plutôt propre :

amp-stories-seo-test-code-source-veronique-duong

Et afin de voir si ce code est vraiment AMP-friendly, je l’ai passé dans le validateur d’AMP, et … il y a une erreur par rapport à un attribut (peut être que cela vient du fait des éléments que j’ai renseignés, et que je n’ai pas mis) :

amp-stories-seo-code-source-validator-amp-veronique-duong

Je m’amuse à créer des stories en AMP directement maintenant, car cela me génère des URLs indexables, et donc plus de visibilité !

amp-stories-seo-veronique-duong

Si vous n’y êtes pas encore sur les AMP Stories, vous avez un manquement en termes de visibilité ! Vous devriez aussi passer vos plateformes de contenu en AMP (par exemple les blogs).

Voici une ancienne page en AMP que j’avais créée (bon je vous l’accorde, je n’ai fait aucun design dessus …) : http://autoveille.free.fr/test-seo-amp.html

Mais vous voyez qu’elle est bien indexée et même référencée en début de deuxième page sur la requête « test SEO AMP » :

amp-page-test-SEO-autoveille-veronique-duong

Le design n’a pas d’incidence sur le référencement des pages web. En faisant autant de tests, les éléments les plus importants : codes HTML propres, contenus textes, toutes les balises stratégiques optimisées, ancres internes (fil d’Ariane, menus, etc.) et externes optimisées (la base de base !)

Si vous avez des questions sur le SEO Google, laissez moi un message via autoveille@gmail.com ou vduong@rankwell.fr

Bon courage à tous !

V̩ronique DUONG РPassionn̩e de SEO et de Webmarketing РExperte r̩f̩rencement Certifi̩e CESEO РDirectrice g̩n̩rale chez RANKWELL

 

 

 

Bonjour tout le monde !

Pour moi, rien ne vaut la pratique concrète et l’expérience sur le terrain pour « apprendre ». J’ai toujours voulu expérimenter le paiement mobile par application asiatique, et n’ayant pas WeChat Pay car je suis française (et donc je n’ai pas de compte bancaire chinois ou autre), je me suis rabattue sur LINE Pay qui n’a pas de restrictions de pays et qui semble être très similaire à son équivalent chinois.

LINE est une application mobile de chat à la base, très utilisée au Japon et à Taiwan. Depuis quelques années, elle s’est développée dans le même sens que WeChat : on peut désormais communiquer avec, mais aussi commander de la nourriture ! Par exemple, j’ai vu cela sur la vitrine d’un restaurant à Taipei :

line-pay-commande-livraison-plat-veronique-duong

Avant de partir en Asie, j’avais tout paramétré sur mon compte LINE. J’ai rattaché ma CB Visa à mon LINE Pay en allant sur LINE SERVICES :

LINE-PAY-LINE-SERVICES-VERONIQUE-DUONG

Ensuite, il faut attacher sa CB à LINE Pay :

CB-LINE-PAY-LINE-SERVICES-VERONIQUE-DUONG

A chaque fois que vous payez un marchand, il faut appuyer sur « Code » (voir image ci-dessous), pour générer un QR code à scanner comme celui-ci dessous (qui n’est valable que 5 minutes ! sinon il faut en re-générer un à chaque fois) :

QR-CODE-LINE-PAY-LINE-SERVICES-VERONIQUE-DUONG

C’est vraiment hyper pratique, et à la fin, on a un message de confirmation comme celui ci :

CONFIRMATION-CODE-LINE-PAY-LINE-SERVICES-VERONIQUE-DUONG

Cela a été hyper rapide à installer, et le paiement se fait aussi vite que le sans contact (quand le TPE du vendeur marche bien !)

Si vous avez des questions sur les bonnes pratiques de marketing en Asie, n’hésitez pas à me contacter 😉

Bon courage à tous,

V̩ronique Duong РPassionn̩e de webmarketing franco asiatique et experte SEO РDirectrice chez RANKWELL

Bonjour tout le monde !

Tant que cela est encore frais, je vous fais mon retour sur la première édition de Search Y, un événement orienté search international. Selon moi, c’est une très belle réussite ! L’événement a réuni plus de 600 personnes, et les salles étaient pleines. J’avais personnellement un programme chargé pour cette journée car j’avais :

  • la surveillance de la certification QASEO du SEO CAMP (comme je suis dans le jury des certifications, dans la commission CESEO, et ex-présidente de l’association, cela est tout à fait légitime !)
  • ma conférence sur le SEO chinois à donner
  • ma participation à la grande discussion sur le futur des moteurs de recherche (Google, Bing, Yandex et Baidu)
  • mon podcast en anglais sur « What Baidu does better than Google? » avec Jason Barnard

Ce n’était pas tout repos, mais j’ai adoré cette journée ! Je n’ai pas pu voir beaucoup de conférences, mais j’ai entendu des retours super positifs.

Plusieurs personnes m’ont demandé si mes slides seront mis à disposition, et je vais les mettre en ligne sur mon espace Academia dès que possible, donc ne vous inquiétez pas 😉 Au pire, envoyez moi un mail à vduong@rankwell.fr

Voici les clichés pris pendant ma conférence sur Baidu, et les participants ont bien pris notes de mes astuces SEO chinois (que vous pouvez récupérer et garder ci-dessous) :

Lors de la table ronde, j’ai surtout orienté mon discours sur les enceintes connectées de Baidu, d’Alibaba, et le mobile (Baidu ne propose presque plus les volumes de recherche PC !) :

Voici quelques retours du Search Y :

D’autres retours sous formes de tweets sur l’événement !

Ah et surtout la veille … on s’est bien amusé dans le parc Walt Disney Studios avec Roger, Vincent, Daniel, Will (et Kelvin … qui avait une conf call !!)

La tour de la terreur m’a marquée !

Search Y intervenants et organisateurs : Roger SIM, Vincent Terrasi, Will Critchlow, Daniel de Search Foresight

Puis un petit dîner avec Olivier Andrieu, Vincent Courson (Google), Fabrice Canel et Frédéric Dubut (Bing) ;

Diner Google, Bing, Baidu, Olivier Andrieu, Véronique Duong, Vincent Courson, Frédéric Dubut, Fabrice Canel

Le lendemain, déjeuner avec Thomas Grange et Benjamin Bussière (Botify), Aymeric Bouillat et Vincent Courson (Google) :

dejeuner google botify Thomas Grange, Benjamin Bussière, Aymeric bouillat, Véronique duong, Vincent Courson

Et bien sûr … sur scène, selfies (les participants ne voulaient vraiment pas se mettre devant ^^ ») :

Véronique Duong (SEO Baidu) et Google, Bing, Yandex sur scène à Search Y

Bon, vous l’aurez compris, je suis aussi la reine des selfies !

veronique-duong-philippe-yonnet-search-y-2019

Et bien sûr, avec Philippe Yonnet pour finir ! Sans lui, il n’y aura pas eu Search Y !

Quelle journée, je me suis amusée, j’ai pu partager ma passion, et wow, quelles rencontres !

Vivement la prochaine édition ! Et peut être qu’on pourra parler de Naver ou de Yahoo! Japan ? 

Bon courage à tous 🙂

V̩ronique Duong РExperte SEO international passionn̩e et Directrice chez Rankwell

Bonjour tout le monde !

Au jour où j’écris cet article, cela va faire 7 mois que je prends des cours de japonais. Je me suis mise au japonais par pur intérêt personnel car c’est une culture et une langue qui m’ont toujours donné envie de mieux comprendre. Maintenant que je sais lire, cela me fait vraiment tout drôle ! En vrai, pour m’entraîner, j’ai commencé par choisir des sujets qui me passionnent … et vous pouvez déjà deviner lequel c’est … ben oui, le SEO !

En japonais, « SEO » s’écrit 検索エンジン最適化 et je retrouve des caractères similaires au chinois : 搜索引擎优化

seo-yahoo-japan

En vrai, j’ai aussi choisi d’apprendre le japonais car justement il y a les kanji (hanzi en chinois) qui me permettent de saisir les sens plus rapidement. Mais, je me rends compte que la prononciation n’a absolument rien à voir avec le mandarin, mais alors rien du tout !

Le SEO sur Yahoo! Japan est similaire à ce qu’on connait sur les moteurs de recherche occidentaux. Le système des webmaster tools était basé sur celui de Yahoo, et non de Bing.

J’ai commencé à m’amuser à poster des publications en japonais sur mes réseaux sociaux. Par exemple :

post-japonais-veroduong

J’ai également testé les Facebook Ads sur le Japon afin de promouvoir mon livre sur le SEO Baidu en anglais :

seo-baidu-facebook-ads-japon

Selon moi, apprendre une langue, c’est comme faire du SEO : cela requière de la patience, de la pratique, de la motivation, de la curiosité, de l’optimisme pour avancer.

がんばて 🙂

V̩ronique Duong РDirectrice @Rankwell

Bonjour tout le monde !

Lorsqu’on débute en SEO, on n’a pas forcément tous les outils (pour la plupart payants) à disposition, mais cela ne doit pas vous empêcher de vivre de votre passion (ce qui est mon cas !).

Quand j’ai commencé, je n’avais absolument rien, et pas beaucoup de sous à investir dans les outils. De ce fait, je me suis débrouillée avec les outils gratuits du marché, mais aussi (et heureusement) le langage Shell, le langage Perl. Mais je suis bien consciente que tout le monde ne sait pas forcément utiliser des lignes de commandes et la konsole d’Ubuntu ou autre (Linux).

 

outils-seo-gratuits-veroduong-autoveille

Aller, c’est parti pour ma petite liste d’outils 100% gratuits pour SEO débutants :

Audit SEO :

  • Google Search Console (santé du site, état d’indexation, etc.)
  • Xenu (Crawler)
  • Web developer (un couteau suisse très utile)

Etude de mots-clés :

  • Google Keyword Planner
  • Suggestions de mots-clés de Google
  • Regarder les sites des concurrents

Netlinking :

Temps de chargement et compatibilité mobile :

  • Page Speed insights
  • Web page test
  • AMP validator

Suivi de positionnements et de trafic SEO :

serposcope-seo-veroduong-outils-seo-gratuits

Avec tous ces outils, on peut déjà avoir une bonne vue d’ensemble du SEO, et quant à la réalisation du projet. Pour avoir des données plus poussées, il vous faudra passer par les outils payants.

Si vous avez des questions, vous pouvez m’écrire à autoveille@gmail.com

Bon courage à tous !

V̩ronique Duong РDirectrice associ̩e chez Rankwell et Grande Passionn̩e du SEO

 

Bonjour tout le monde,

Web2wap, le projet Mobile-friendly de Sogou qui consiste en la soumission de la version mobile du site au 3e moteur de recherche chinois (10% de part de marché en 2017, soit environ) :

part-de-marche-moteurs-seo-chinois-baidu-qihoo360-sogou

Il faudrait 5 à 7 jours ouvrés, à Sogou, pour traiter la soumission d’évaluation de conformité mobile du site wap. Sogou précise que passer sur web2wap n’a aucun impact sur les positionnements SEO :

注意事项
需注意,提交WEB-WAP映射规则并不影响网站排名及是否收录索引。

Voici l’interface pour déclarer ses sites classiques et mobiles :

web2wap-seo-sogou

Il existe une solution pour « accélérer » l’indexation des versions PC et Mobile :

Il faut déclarer les URLs du site classique et du site mobile dans le sitemap.xml et le soumettre à Sogou Webmaster Tools (c’est la solution proposée par Sogou dans cet article officiel : 开放适配帮助)  :

web-wap-sogou-seo

 

Si vous avez des questions sur le SEO chinois, vous pouvez m’envoyer un mail à vduong@rankwell.fr ou autoveille@gmail.com

Bon courage à tous !

V̩ronique Duong РPassion̩e de SEO chinois Baidu, Qihoo 360, Sogou, etc.

 

Bonjour tout le monde !

Je me suis intéressée à la Chine, à Hong Kong, au Japon, mais tiens et Macao alors ?

Voici un petit article pour vous donner une idée de la part de marché des moteurs de recherche à Macao ! C’est une ville chinoise ayant 650 834 habitants (chiffres de 2016). Elle a le statut de « Région administrative spéciale ». Elle était colonisée par le Portugal jusqu’en 1999.

Les données viennent de statcounter, et elles doivent être prises en compte avec des pincettes car je ne sais pas si elles sont officielles et tout à fait fiables ou non … A en croire la liste, Google a le monopôle à Macao avec 90,63% de part de marché ! Il est suivi par Yahoo avec 4,45%, puis de Baidu 3,01% qui est devant Bing qui a 1,27%.

Shenma, le moteur mobile d’Alibaba a 0,25% et Sogou a 0,14% ! Très peu, mais ils sont quand même dans la liste :

 

part de marché des moteurs de recherche à Macao - veroduong

A Macao, on parle Portugais et Cantonais (langues officielles), et les usages sont un mélange culturel très original ! Il faut s’adapter à la population locale pour réussir votre SEO international ! Je suis allée à Macao en 2015, et j’ai aimé, même si je trouvais la ville un peu artificielle avec tous ses casinos (opportunités ~w~) !

veroduong à macao en 2015 - seo international - seo chinois

Devant le symbole de la rétrocession de Macao à la Chine

A Macao a été rétrocédée à la Chine en 1999, et depuis, c’est un territoire chinois également. On y écrit les chinois simplifiés et traditionnels.

Si vous êtes intéressé par des projets SEO chinois à Macao, on peut s’organiser pour faire des appels et des missions ensemble en cantonais ! 

Bon courage à tous

Véronique Duong – Directrice @Rankwell et passionnée d’Asie et de SEO

Bonjour tout le monde !

Je viens de remarquer que je n’ai jamais publié l’information sur mon passage à la radio sur ICI Radio Canada en début d’année 2018 ! Bon, on est en novembre, mais ce n’est pas trop tard non ? 😉

En janvier 2018, j’ai été contactée par la radio canadienne pour faire une entrevue sur le digital en Chine et les axes d’innovation, et ce n’était pas uniquement orienté SEO SEO ! J’ai été interviewée par Matthieu Dugal, animateur québécois (Canada) à la radio et à la télévision. C’était un moment très enrichissant, et je renouvellerais l’expérience sans hésiter !

Je vous remets donc l’article ici, ainsi que le postcast à écouter … sans modération 🙂

interview-ici-radio-canada-premiere

Voici l’article :

Avec ces géants des nouvelles technologies que sont Tencent Holdings, Alibaba, Huawei et Baidu, la Chine n’a rien à envier au reste du monde et fait même figure de pionnière dans plusieurs domaines. Mais l’écosystème technologique chinois semble évoluer dans une bulle parfois très opaque pour les Occidentaux. Véronique Duong, directrice associée de Rankwell et spécialiste du référencement des sites chinois, explique à Matthieu Dugal les particularités d’Internet dans l’Empire du Milieu.

Derrière la grande muraille numérique de Chine se cache une société où l’innovation est omniprésente, si bien que certaines avancées paraissent presque banales. Et en l’absence de Facebook et de Google, le moteur de cette innovation est une autre des plus grandes entreprises de la planète : Tencent Holdings et son application WeChat.

WeChat, au cœur de la vie chinoise

Cette application de messagerie chinoise, d’un polyvalence inégalée en Occident, a toutes sortes d’applications pratiques qui vont bien au-delà des simples messages textes ou des conversations vidéo.

« WeChat, c’est l’application par excellence en ce moment en Chine, car les Chinois font tout dessus, indique Mme Duong. En Europe et en Amérique, on n’a pas ce type d’application : on a des applications spécifiques pour chaque chose. Les Chinois peuvent par exemple commander quelque chose (avec WeChat), et une boutique locale va le leur livrer dans les 30 minutes. »

Le domaine des affaires se sert aussi beaucoup de cette application, entre autres pour envoyer des documents comme des contrats, des bons de commande et des factures, précise cette spécialiste.

WeChat est aussi très populaire pour payer des transactions avec son téléphone cellulaire, une méthode de paiement déjà très répandue en Chine.

« J’ai des contacts en Chine qui me disent que lorsqu’ils sortent dans la rue, ils ont seulement besoin de leur téléphone, explique Véronique Duong. S’ils n’ont pas pris leur carte de crédit, ce n’est pas grave. C’est tellement évolué qu’on peut même payer avec son visage [grâce à la reconnaissance faciale, NDLR]. »

Comme une rue commerçante

Outre l’utilisation des téléphones intelligents, Internet a aussi de quoi désorienter ceux qui ignorent les coutumes du pays.

En raison des coutumes et des codes culturels chinois, les sites Internet de ce pays sont souvent très différents de ceux d’ici. Là où les Occidentaux préfèrent un design épuré et sobre, les Chinois choisissent plutôt les couleurs vives et les pages très encombrées. Un style qui n’est pas sans rappeler les rues commerçantes du pays, placardées d’enseignes lumineuses, souligne Véronique Duong.

« En Chine, ce n’est pas dérangeant d’avoir des bannières publicitaires qui clignotent dans tous les sens, dit-elle. Ce que vous voyez dans la vie réelle est complètement retranscrit sur le web. »

Vous pouvez réécouter le podcast ici : Une journée numérique dans la vie d’un chinois, entrevue avec Véronique Duong

Si vous avez des questions sur le webmarketing et / ou le SEO en Chine, n’hésitez pas à m’envoyer un mail pour en parler !

Bon courage à tous !

V̩ronique Duong РPassionn̩e par le SEO et le Webmarketing chinois РDirectrice chez Rankwell

 

%d blogueurs aiment cette page :