archive

SEO Qihoo 360

Bonjour tout le monde !

Je voulais vous faire une comparaison des trois écritures asiatiques que je maîtrise, et qui sont les plus courantes dans les projets SEO ou web que l’on peut rencontrer. J’ai commencé le coréen mi-août, et depuis je suis passionnée par cette langue, qui dans ses racines, est très proche du chinois. A noter : 1 caractère asiatique (dans ces 3 langues en tout cas) utilise 3 octets (UTF-8). Donc la limite de caractères varie (ce n’est pas une cinquantaine de caractères avec espaces compris comme pour Google) pour les titles par exemple.

Je vous fais un petit rappel des moteurs de recherche et réseaux sociaux utilisés en Chine, au Japon et en Corée du Sud :

  • Chine : Baidu, Shenma, Sogou, Qihoo 360 (moteurs) et WeChat, Weibo, Douyin, Xiao Hong Shu (RED), BiliBili (réseaux sociaux)
  • Japon : Yahoo! Japan, Google (moteurs), et LINE
  • Corée du Sud : Naver, Daum, Google (moteurs) et KakaoTalk, LINE

En Corée du Sud, Blog Naver et Cafe Naver sont des plateformes communautaires où les publications (leurs URLs) s’indexent en quelques jours ! Afin de maîtriser correctement son SEO, il faut déjà savoir écrire correctement dans la langue car les fautes d’orthographes, d’espaces, peuvent impacter négativement le référencement et la visibilité des sites.

Voici un exemple dans les trois langues pour dire « je veux du vin rouge » ou « donnez moi du vin rouge » (ah oui … je suis bien française) avec une traduction en anglais :

  • Chinois : 我想要一杯红酒。
  • Japonais : わたしは赤ワインをのみたいです。
  • Coréen : 저눈 적포도주 한 잔을 주세요.
  • Anglais : Please give me a glass of red wine

Si vous observez bien, le chinois et le japonais sont écrits sans un seul espace, alors que le coréen si. De ce fait, en coréen, dans les titles et les méta descriptions, il ne faut surtout pas utiliser d’underscores « _ » car ce n’est pas considéré comme un séparateur. Le tiret « -« , lui oui.

seo-chinois-japonais-coreen-veronique-duong

 

Les langues asiatiques sont très différentes des langues occidentales (par exemple, lors de la segmentation technique pour les traitements automatique du langage, je vous laisse imaginer … et c’est pour cela qu’on évite les textes bilingues dans les pages web car les moteurs vont avoir du mal à bien découper les informations).

Si vous avez besoin de conseils à ce niveau, je peux vous en donner car je baigne dans la culture asiatique et la linguistique depuis des années.

Bon courage à tous !

Véronique DUONG – Passionnée d’Asie, de linguistique, de SEO et de webmarketing international – Directrice chez RANKWELL

 

EDIT : l’événement est reporté à la rentrée 2019 ! Nous vous tenons au courant 🙂

Bonjour tout le monde !

Le 21 mai 2019, je co-organise avec l’école de management EMLyon Business School, Club Chine sur le sujet suivant : « A la recherche du client chinois, l’incontournable référencement des sites internet et des outils digitaux en vue d’améliorer l’activité auprès du public chinois ».

Voici le programme :

Le club chine emlyon forever est heureux de vous convier à sa prochaine conférence le jeudi 21 mai 2019, 19h sur le campus emlyon business school de Paris.

La Chine est devenu un marché incontournable, tant sur son marché domestique qu’à l’extérieur. Les entreprises occidentales ont de plus en plus besoin de se faire connaître auprès des entreprises et consommateurs chinois où qu’ils se trouvent pour pouvoir commercer avec eux. Pour cela, elles doivent référencer leurs sites internet et emprunter les canaux et supports les plus utilisés par les chinois pour s’informer et effectuer leurs règlements, par exemple, wechat, what’s app spécialement sur mobile.

emlyon-business-school-conference-veronique-duong

Cette soirée permettra de mettre l’accent sur le levier d’acquisition de trafic incontournable : le SEO sur les moteurs de recherche chinois.

Pour en présenter les enjeux de façon concrète, le club Chine emlyon forever accueillera :

– Véronique DUONG, dirigeante fondatrice de l’agence Rankwell experte SEO international et spécialiste en webmarketing et influenceuse marketing franco-chinois, expliquera comment se lancer sur le marché chinois grâce au SEO ;

– Annie GUO, fondatrice et CEOde Silkpay, interviendra sur les paiements sur mobile chinois et expliquera l’importance d’avoir Alipay et WeChat pay en boutique ;

– Huan JIN, marketer, exposera une étude de cas concrète d’une marque chinoise voulant venir s’implanter en Europe.

Inscrivez-vous nombreux !

Jeudi 21 mai 2019 à 19h
campus emlyon business school
15, boulevard Diderot
75012 Paris
Métro le plus proche : Gare de Lyon (ligne 1)

Réservez dès à présent votre soirée et n’hésitez pas à en parler autour de vous !

Un cocktail suivra permettant de faire plus ample connaissance entre participants et avec les intervenants.
(les inscriptions sont prises en compte dans l’ordre d’arrivée et dans la limite des places disponibles. Veuillez nous informer de tout désistement au plus tard 2 jours avant l’événement)

Lien d’inscription et billetterie : Acquisition du client chinois via du SEO (emlyon business school)

Venez nombreux l’événement !

Véronique DUONG – Passionnée de SEO depuis 2010 et Directrice chez RANKWELL

Bonjour tout le monde !

Mon nouvel ouvrage est en cours de production, et les étapes avant l’impression sont déjà réalisées. Je me dis qu’il serait intéressant pour vous de savoir comment un livre est produit. Après avoir rédigé mon manuscrit complet, brut, sans aucune mise en page car l’éditeur s’occupe d’appliquer sa charte graphique, je l’envoie à ce dernier pour une validation avant la première relecture.

Il y a plusieurs relectures qui sont faites. La première par une relectrice spécialisée, ensuite c’est moi, puis c’est la relectrice à nouveau, et à nouveau moi, et finalement l’éditeur. Ces relectures peuvent prendre plusieurs semaines, voire 1 mois ou 2, dépendant du rythme et de la volumétrie de l’ouvrage. Avec ma première expérience avec mon ouvrage « SEO Baidu », elles ont pris environ 2 mois en tout.

Cela peut prendre jusqu’à 8 mois en tout pour finaliser l’ouvrage. Pour mes premiers ouvrages, cela a été le cas. J’avais commencé à rédigé en juillet 2016, et mon premier livre a été publié en février 2017. Ensuite, le livre en anglais a été traduit et a été publié en juin 2017 (donc environ 4 à 5 mois après la version française).

Ce sont mes plus beaux challenges. Ils prennent du temps, mais ça en vaut tellement la peine ! Je suis devenue auteure grâce à ma motivation, ma persévérance et ma patience. Écrire un livre technique n’est pas facile (écrire un livre n’est pas facile tout court) même lorsqu’on maîtrise le sujet, il n’y a pas de scénario. Il faut plus le faire comme un mémoire de recherche ou une thèse, ce qui a été mon cas.

veronique-duong-ouvrages-seo

J’ai passé des heures pendant mon temps libre et mes week-ends devant mon PC à rédiger, et vraiment et sincèrement, je « m’amusais » ! Je savais que cela allait me prendre beaucoup de temps, mais j’ai préféré investir mes heures dans la rédaction d’ouvrages qui allaient aider plus d’une personne et faire connaître le domaine du SEO un peu plus, et surtout expliquer par une nouvelle personne.

veronique-duong-ouvrages-seo-baidu

Maintenant mes livres sont disponibles pour un aperçu sur Google Books !

veronique-duong-ouvrages-seo-baidu-francais

J’ai optimisé mon temps pour rédiger mes ouvrages, et comme je le disais dans mon article de la « nouvelle ère » (haha), je vais me concentrer désormais sur l’essentiel après la publication de mes deux prochains ouvrages. Je ne pourrais plus passer des heures devant l’ordinateur durant le week-end ! (sinon je vais avoir mon entourage qui va venir me chercher … !!) #private_joke

Bon courage à tous, et vivez vos rêves intensément !

Véronique Duong – Experte SEO international & Directrice de Rankwell, agence search international

 

Bonjour tout le monde !

Grâce à mes articles, mes conférences, et même mes ouvrages, je reçois souvent des demandes, et surtout la même question : « comment j’ai fait pour me spécialiser sur le SEO sur Baidu, en Chine ? » car il n’existe pas de formations ou d’ateliers sur cette thématique ! C’est vrai. Alors dans cet article, j’ai décidé de vous raconter dans les grandes lignes comment cela est arrivé … 😉

Avant de me spécialiser sur Baidu, je faisais déjà du référencement naturel sur Google depuis 3 ou 4 ans. Google a donc toujours été mon point de départ. Un jour, je me suis dit « ah c’est dommage, je ne pratique plus trop le chinois mandarin dans le cadre du travail » (après avoir changé de poste de chef de projet de veille juridique sur la Chine dans le domaine du HSE à SEO Manager en agence). J’ai donc décidé de creuser un peu et de voir quels sont les moteurs de recherche utilisés en Chine, et là, je tombe sur le futur moteur de recherche sur lequel je me spécialiserai en tant que (quasi) pionnière aussi : BAIDU.

livre-seo-baidu-books-veronique-duong-autoveille2

Je me suis dit à l’instant « ah, ce n’est pas Google CN qui est utilisé ! », et j’ai vu une opportunité pour m’entraîner à lire en mandarin, à tester des nouveautés, et là, ma passion grandissait encore un peu plus ! Au fur et à mesure, je me suis rendue compte que les critères de référencement, les critères de code, de balisage sont tout de même assez différents de Google. Mais surtout, faire du SEO en Chine demande de s’adapter totalement à la culture, et heureusement que j’ai cette chance d’être biculturelle. Je me sens tout aussi française que chinoise / cambodgienne. J’ai les valeurs des deux côtés, et je me sens bien équilibrée.

Finalement faire du marketing fait appel à des aspects culturels, de comprendre les coutumes locales, etc. C’est HYPER important. Vous me verrez jamais traduire littéralement des contenus (surtout que je suis issues d’une formation d’ingénierie linguistique).

C’est un peu ainsi que je suis devenue une spécialiste du moteur de recherche Baidu, puis j’ai creusé du côté de Qihoo 360, Sogou, Shenma pour comprendre leurs différences avec Baidu, et j’ai étendu mes compétences à ces autres moteurs.

J’adore le web, les langues, la technique, et j’ai appris par la suite le japonais pour comprendre Yahoo! Japan, et aussi parce que le japonais a toujours une langue que je veux apprendre 🙂

Vous connaissez mon histoire maintenant, et je veux continuer à l’écrire avec vous.

Bon courage à tous !

Véronique Duong – Directrice associée chez Rankwell, mais avant tout passionnée par le SEO et les langues

 

 

 

Bonjour tout le monde !

Tant que cela est encore frais, je vous fais mon retour sur la première édition de Search Y, un événement orienté search international. Selon moi, c’est une très belle réussite ! L’événement a réuni plus de 600 personnes, et les salles étaient pleines. J’avais personnellement un programme chargé pour cette journée car j’avais :

  • la surveillance de la certification QASEO du SEO CAMP (comme je suis dans le jury des certifications, dans la commission CESEO, et ex-présidente de l’association, cela est tout à fait légitime !)
  • ma conférence sur le SEO chinois à donner
  • ma participation à la grande discussion sur le futur des moteurs de recherche (Google, Bing, Yandex et Baidu)
  • mon podcast en anglais sur « What Baidu does better than Google? » avec Jason Barnard

Ce n’était pas tout repos, mais j’ai adoré cette journée ! Je n’ai pas pu voir beaucoup de conférences, mais j’ai entendu des retours super positifs.

Plusieurs personnes m’ont demandé si mes slides seront mis à disposition, et je vais les mettre en ligne sur mon espace Academia dès que possible, donc ne vous inquiétez pas 😉 Au pire, envoyez moi un mail à vduong@rankwell.fr

Voici les clichés pris pendant ma conférence sur Baidu, et les participants ont bien pris notes de mes astuces SEO chinois (que vous pouvez récupérer et garder ci-dessous) :

Lors de la table ronde, j’ai surtout orienté mon discours sur les enceintes connectées de Baidu, d’Alibaba, et le mobile (Baidu ne propose presque plus les volumes de recherche PC !) :

Voici quelques retours du Search Y :

D’autres retours sous formes de tweets sur l’événement !

Ah et surtout la veille … on s’est bien amusé dans le parc Walt Disney Studios avec Roger, Vincent, Daniel, Will (et Kelvin … qui avait une conf call !!)

La tour de la terreur m’a marquée !

Search Y intervenants et organisateurs : Roger SIM, Vincent Terrasi, Will Critchlow, Daniel de Search Foresight

Puis un petit dîner avec Olivier Andrieu, Vincent Courson (Google), Fabrice Canel et Frédéric Dubut (Bing) ;

Diner Google, Bing, Baidu, Olivier Andrieu, Véronique Duong, Vincent Courson, Frédéric Dubut, Fabrice Canel

Le lendemain, déjeuner avec Thomas Grange et Benjamin Bussière (Botify), Aymeric Bouillat et Vincent Courson (Google) :

dejeuner google botify Thomas Grange, Benjamin Bussière, Aymeric bouillat, Véronique duong, Vincent Courson

Et bien sûr … sur scène, selfies (les participants ne voulaient vraiment pas se mettre devant ^^ ») :

Véronique Duong (SEO Baidu) et Google, Bing, Yandex sur scène à Search Y

Bon, vous l’aurez compris, je suis aussi la reine des selfies !

veronique-duong-philippe-yonnet-search-y-2019

Et bien sûr, avec Philippe Yonnet pour finir ! Sans lui, il n’y aura pas eu Search Y !

Quelle journée, je me suis amusée, j’ai pu partager ma passion, et wow, quelles rencontres !

Vivement la prochaine édition ! Et peut être qu’on pourra parler de Naver ou de Yahoo! Japan ? 

Bon courage à tous 🙂

Véronique Duong – Experte SEO international passionnée et Directrice chez Rankwell

Bonsoir tout le monde !

Un petit article express pour vous faire un update sur les parts de marché des moteurs de recherche chinois en Chine en début d’année 2018. Baidu reste le premier moteur de recherche le plus utilisé en Chine, mais les pourcentages ont un peu changé !

Récemment j’ai rencontré beaucoup de monde travaillant entre la Chine et la France, et je voulais vous faire part de cette information afin d’être toujours d’actualité par rapport aux tendances dans l’Empire du Milieu.

Alors, je vais vous donner plusieurs statistiques : PC et Mobile car ce n’est pas pareil.

Au global, Baidu reste premier avec 69,74% de part de marché, suivi de Qihoo 360 qui n’a plus que 15,76% (mais cela reste gros pour une population comme la Chine) et en troisième on a Shenma (moteur mobile d’Alibaba) qui a 7,51% !

part-marche-moteur-recherche-chine-seo-baidu-veroduong

Je vous mets la source d’information en chinois ci-dessous aussi :

一、2018年1月,搜索引擎市场占有率排行榜(中国)

2018年1月,百度中国市场份额为69.74%,排名第一(中国无可置疑的NO:1);

360搜索第二,市场份额为15.76%;

神马第三,市场份额为7.51%;

搜狗搜索第四,市场份额为3.96%;

Google第五,市场份额为1.53%;

必应第六,市场份额为1.15%;

其他搜索引擎的市场份额为0.35%。

Pour les recherches sur PC, Baidu est premier également, avec 57,16% de part de marché, 360 a 30,09% et … Google a 4,53% (il en a regagné !) … Par contre Sogou est loin, avec 3,71% !

part-marche-moteur-recherche-chine-seo-baidu-veroduong-2

Informations en chinois ci-dessous :

二、2018年1月,中国搜索引擎的PC端市场份额

百度:57.16%;

360搜索:30.09%;

Google:4.53%;

必应:3.81%;

搜狗搜索:3.71%

其他:0.7

Pour le mobile … le device le plus intéressant en Chine, Shenma est en train de prendre pas mal de part, mais Baidu reste premier !! Shenma est à surveiller de super près :

part-marche-moteur-recherche-chine-seo-baidu-veroduong-3

Sur Mobile, Baidu a 73,1% de part de marché, Shenma a 19,9% (!!!!), Sogou a 3,86% et Qihoo 360 a 2,17% !

Informations officielles en chinois :

三、2018年1月,中国搜索引擎的移动端市场份额

百度:73.10%;

神马:19.90%;

搜狗搜索:3.86%;

360搜索:2.17%;

Google:0.50%

其他:0.47

Shenma est le moteur d’Alibaba et il évolue à une vitesse grande V ! J’en avais parlé sur le Journal du Net, et je vous conseille de relire mon article : Shenma, le moteur de recherche mobile d’Alibaba, obtient 9% de part de marché en Chine

Quand j’avais rédigé l’article en septembre 2017 sur le JDN, Shenma n’avait que 9%, là il en a presque 20% !

Je suis l’actualité SEO en Chine de super près, et donc si vous avez une question sur le SEO chinois, écrivez moi vite pour en parler !! Il ne faut pas attendre pour faire affaire avec la Chine désormais !

Bon courage à tous

Véronique Duong – Directrice chez Rankwell et passionnée de SEO et de la Chine

%d blogueurs aiment cette page :