archive

SEO Naver

Bonjour tout le monde !

Je voulais vous faire une comparaison des trois écritures asiatiques que je maîtrise, et qui sont les plus courantes dans les projets SEO ou web que l’on peut rencontrer. J’ai commencé le coréen mi-août, et depuis je suis passionnée par cette langue, qui dans ses racines, est très proche du chinois. A noter : 1 caractère asiatique (dans ces 3 langues en tout cas) utilise 3 octets (UTF-8). Donc la limite de caractères varie (ce n’est pas une cinquantaine de caractères avec espaces compris comme pour Google) pour les titles par exemple.

Je vous fais un petit rappel des moteurs de recherche et réseaux sociaux utilisés en Chine, au Japon et en Corée du Sud :

  • Chine : Baidu, Shenma, Sogou, Qihoo 360 (moteurs) et WeChat, Weibo, Douyin, Xiao Hong Shu (RED), BiliBili (réseaux sociaux)
  • Japon : Yahoo! Japan, Google (moteurs), et LINE
  • Corée du Sud : Naver, Daum, Google (moteurs) et KakaoTalk, LINE

En Corée du Sud, Blog Naver et Cafe Naver sont des plateformes communautaires où les publications (leurs URLs) s’indexent en quelques jours ! Afin de maîtriser correctement son SEO, il faut déjà savoir écrire correctement dans la langue car les fautes d’orthographes, d’espaces, peuvent impacter négativement le référencement et la visibilité des sites.

Voici un exemple dans les trois langues pour dire « je veux du vin rouge » ou « donnez moi du vin rouge » (ah oui … je suis bien française) avec une traduction en anglais :

  • Chinois : 我想要一杯红酒。
  • Japonais : わたしは赤ワインをのみたいです。
  • Coréen : 저눈 적포도주 한 잔을 주세요.
  • Anglais : Please give me a glass of red wine

Si vous observez bien, le chinois et le japonais sont écrits sans un seul espace, alors que le coréen si. De ce fait, en coréen, dans les titles et les méta descriptions, il ne faut surtout pas utiliser d’underscores « _ » car ce n’est pas considéré comme un séparateur. Le tiret « -« , lui oui.

seo-chinois-japonais-coreen-veronique-duong

 

Les langues asiatiques sont très différentes des langues occidentales (par exemple, lors de la segmentation technique pour les traitements automatique du langage, je vous laisse imaginer … et c’est pour cela qu’on évite les textes bilingues dans les pages web car les moteurs vont avoir du mal à bien découper les informations).

Si vous avez besoin de conseils à ce niveau, je peux vous en donner car je baigne dans la culture asiatique et la linguistique depuis des années.

Bon courage à tous !

Véronique DUONG – Passionnée d’Asie, de linguistique, de SEO et de webmarketing international – Directrice chez RANKWELL

 

Publicités

Bonjour tout le monde !

Durant l’été 2019, j’ai appris le coréen en mode intensif, pendant deux semaines, à raison de deux heures par jour ! Je suis super contente d’avoir pris cette initiative et d’avoir investi mon temps et un budget dans cette formation. Je sais maintenant lire et écrire le coréen. Certains sons ressemblent au chinois et au japonais, et cela facilite ma compréhension de la langue. Je parle plusieurs langues asiatiques, et quand je dis que « je parle », c’est vraiment que je peux comprendre le sens de ce qu’on me dit, ou je sais lire et écrire.

Je maîtrise à l’heure actuelle :

  • Cantonais 粤语
  • Mandarin 普通话
  • Teochew 潮州话
  • Japonais 日文 – 日本語 (Nihongo)
  • Coréen 韩文 – 한글 (Hangeul)

Par exemple, le Khmer, je ne le compte pas, car je ne sais pas lire, ni écrire, je n’ai que des notions très basiques.

Le coréen, je l’ai appris par curiosité car tout le monde me disait qu’en parlant mandarin, et sachant lire en japonais (pour les sons), cela devrait être simple. Je me suis donc un peu lancer le défi (quand je vous dis que j’aime les challenges ! …). Les cours ont commencé le 19 août et se sont terminés le 30 août. Tous les soirs, après le travail, je faisais 2 heures de coréen. J’adorais, et j’ai commencé à me passionner … au point de vouloir partir à Séoul l’an prochain ! Je veux découvrir la culture coréenne, la langue, les locaux de plus près 🙂

Je travaille sur Naver (SEO coréen) et je ne savais pas encore lire quand j’ai commencé à me spécialiser sur ce moteur. Maintenant que je sais lire, je vais me spécialiser encore un peu plus sur le moteur coréen (et Yahoo! Japan, j’ai lis, écrit et parle plus japonais que coréen pour le moment) !

SEO Naver SEO coréen SEO Asie Véronique DUONG

Naver Datalab, outil pour trouver les tendances de recherche en Corée du Sud

SEO Naver - SEO Corée du Sud - SEO Coréen - Véronique DUONG

Certains mots en coréen ressemblent au chinois, et cela m’aide dans la compréhension. Dans Naver Datalab (équivalent de Google Trends ou Baidu Index), on y trouve des données portant sur un secteur ou un mot-clé spécifique.
Par exemple, ci-dessus, « Duty Free Shop 면세점 (myeonsejeom) » (en chinois 免税店 (mian shui dian)) est recherché entre 90 et 100 fois par jour, principalement par des femmes en Corée du Sud (78%) qui ont entre 20 et 30 ans. Les recherches se font principalement sur appareils mobiles. Analyser les data, c’est la base pour comprendre beaucoup de choses et mieux cibler ses stratégies.

Sinon, si je devais classer par ordre de difficulté, en termes d’écritures, voici mon classement personnel (du plus difficile au plus facile) :

  • Chinois traditionnel (le must du difficile avec les idéogrammes traditionnels)
  • Chinois simplifié
  • Japonais
  • Coréen

Dans mon apprentissage, j’ai commencé par le plus dur quand j’étais petite entre la primaire et le collège en chinois traditionnel, puis du collège à la fac, j’ai fait du chinois simplifié, et j’ai commencé le japonais il y a 2 ans (déjà !!), et on écrit avec les kanji qui viennent du chinois traditionnel. Si vous avez des enfants, je vous conseille cet ordre pour leur apprentissage. Après je ne sais pas s’ils voudront faire autant de langues que moi ^^’ (je suis une passionnée de langues et de linguistique à la base).

En faisant mettant à jour mon profil Linkedin, je maîtrise actuellement 7 langues. Cela m’a surprise car je ne compte pas tous les jours les langues que je parle. Je parle cantonais et français à un vrai niveau bilingue (langues maternelles) et je peux faire de l’interprétariat à l’improviste sans problème, l’anglais et le mandarin, j’ai un niveau professionnel complet, je le parle et l’écoute couramment, et on peut dire que j’ai aussi un niveau bilingue. Le teochew, je comprends tout car mon père me parle souvent dans cette langue (depuis bébé, donc c’est aussi une langue maternelle en fait), le japonais et le coréen, j’apprends, je découvre, je lis, je m’entraîne 🙂

Je souhaite un jour faire du russe et de l’italien, mais pour le moment, ce n’est pas prévu pour avant les 5 prochaines années à venir !

Bon courage à tous !

Véronique DUONG – Passionnée de l’Asie – Ingénieure linguiste multilingueExperte SEO certifiée CESEO – Directrice associée RANKWELL

Bonjour tout le monde !

La Chine est un sujet que je traite au quotidien, mais la Corée du Sud est également un marché qui se développe à une vitesse grande V. Je ne parle pas coréen, mais les outils de Naver sont assez ergonomiques et faciles à comprendre. Aujourd’hui, je vous montre étape par étape comment créer un compte Searchad Naver, l’équivalent de Google Adwords.

  1. Se connecter à son compte Naver (qui peut être généré par LINE, donc l’avoir installé au préalable)

compte Naver Véronique Duong

2) Après avoir obtenu son compte Naver, il faut se connecter à searchad.naver.com

compte Naver Véronique Duong, généré par LINE

3) Cliquer sur créer un nouveau compte Searchad

4) Remplir le formulaire ci-dessous, et il faut avoir une ligne de mobile coréenne ou avoir un numéro d’entreprise en Corée du Sud

ligne téléphone mobile corée naver véronique duong

La ligne mobile coréenne est pour un compte personnel / individuel et le numéro d’entreprise est pour un compte … entreprise ! Comme je n’ai pas d’entreprise en Corée du Sud, je crée un compte personnel.

Après avoir créé le compte, on peut accéder aux outils, dont le générateur de mots-clés de Naver :

seo-naver-search-coreen-veronique-duong

Les volumes de recherche pour la Corée du Sud sur Naver sont très différents de ceux qui sont dans Google ! Les coréens qui utilisent Google (souvent des coréens qui sont à l’étranger, qui ne sont pas sur place, etc.) ne chercheraient pas les éléments de la même manière que les coréens locaux, par exemple. Mais il existe plusieurs hypothèses, et cela relève plus de la sociologie.

En tout cas, si vous êtes intéressés pour en savoir plus sur le SEO en Asie (Chine, Corée du Sud, Japon), envoyez moi un mail 🙂

Bon courage à tous !

Véronique Duong – Passionnée de SEO et d’Asie depuis 2010 – Directrice chez Rankwell

 

Bonjour tout le monde !

Au mois de mars, je pars avec une amie à Taiwan et au Japon ! Pour payer sur place, à part avoir du cash, sa CB, le plus pratique est encore d’avoir LINE Pay (LINE étant l’application la plus utilisée au Japon, en Corée du Sud et à Taiwan, et c’est un peu le WeChat de ces territoires).

Il suffit de télécharger l’application LINE et de suivre ces étapes :

  • Aller dans LINE Services
  • Cliquer sur LINE Pay
  • Entrer la carte de crédit
  • Renseigner le numéro de mobile pour recevoir le code de vérification
  • Entrer le code de vérification
  • Attendre le message de confirmation de LINE

LINE Pay débite 1 dollar pour activer le compte, mais rembourse de suite cette somme également.

Et voilà LINE Pay, plus qu’à aller tester en Asie 😉 :

line-pay-veronique-duong

L’activation du compte m’a pris 5 minutes maximum ! Avoir un compte LINE est super pratique aussi pour créer un compte NAVER, et utiliser les services du géant coréen :

naver-veroduong-3

Dans un prochain article, je vous montre comment créer un compte Searchad Naver … et croyez moi que c’est compliqué car il faut une ligne de téléphone mobile coréenne (un peu beaucoup comme pour Baidu !)

Bon courage à tous !

V̩ronique Duong РPassionn̩e de SEO et webmarketing international

 

Bonjour tout le monde !

J’ai souvent des questions sur le choix des noms de domaine pour l’international. Je ne vais pas revenir sur la définition des domaines génériques, nationaux, spécifiques, etc. car vous pouvez trouver l’information sur le web. L’idée de ce mini article est juste de vous donner ma vision des choses et une petite partie de ma réflexion stratégique.

Pour une marque qui veut communiquer à l’international et qui vend à peu près les mêmes produits partout, on prendra du .com/pays

Celles qui veulent communiquer de façon locale, et qui ont des offres différentes selon les pays, on prendra du .fr, .cn, .ru, .es, .de, etc.

Pour celles qui veulent communiquer de façon continentale, on peut prendre des sous domaines comme asia .brand .com, africa .brand .com, etc., et ces sous domaines peuvent avoir les autres pays en répertoire, comme asia .brand .com /china.

seo-multilingue-international-veronique-duong

Ayez le monde entre vos mains 😉

Il faut un peu de gymnastique du cerveau par moment pour bien trouver son axe de communication, et avec l’international, encore plus ! J’ai l’habitude de gérer cela depuis des années, et si vous voulez plus d’informations, écrivez moi à autoveille@gmail.com !

Bon courage à tous,

V̩ronique Duong РPassion̩e de SEO multilingue et experte SEO international sur Baidu, Yandex, Naver et Yahoo! Japan

Directrice associée chez Rankwell

Bonjour tout le monde !

Récemment, j’ai répondu à des questions sur Twitter que les confrères SEO tels qu’Olivier Andrieu m’ont posées sur le SEO en Asie, et je réalise que mes deux articles précédents portent sur le SEO japonais sur Yahoo! Japan et le SEO russe sur Yandex, et je me suis dit que je pourrais regrouper ce que je sais sur le SEO coréen sur Naver ici.

Voici les tweets en question sur le SEO Naver et le SEO Baidu :

C’est hyper intéressant d’interagir avec les autres, et de chercher un peu ensemble les solutions et les réponses 🙂

Par rapport à Naver, le title et la méta description ont officiellement des longueurs différentes de Google (normal, ce sont des caractères asiatiques, et ils comptent 2 ou 3 octets) :

  • 15 caractères coréens pour le title
  • 45 caractères coréen pour la méta description

Capture écran du blog officiel de Naver disant cela par rapport à la title :

Title - seo-coreen-naver-veronique-duong

Et pour la méta description :

Meta description - seo-coreen-naver-veronique-duong

Comme pour Baidu, il faut bien évidemment localiser les textes, et ne pas les traduire littéralement (qu’est ce que j’ai horreur de ça personnellement !! ça ne traduit pas du tout les nuances culturelles, et les aspects locaux des pays, qui sont leurs richesses !)

Naver accepte bien les méta Open Graph, mais Baidu non ! Il prend en compte les balises canonical aussi 🙂

Naver Webmaster Tools permet aussi de suivre les statistiques de crawl de NaverBot, et de voir combien de fois il passe en moyenne sur le site par jour :

Naver Webmaster Tools - seo-coreen-naver-veronique-duong

Je ne lis pas le coréen, mais ce n’est pas très compliqué car l’interface est assez simple dans Naver Webmaster Tools, et il n’y a pas de version anglaise, comme Baidu ! Il existe également un Naver Trends (Naver Datalab) :

Naver Trends, Naver Datalab - SEO coreen- Veronique Duong

Ci-dessus, j’ai comparé les tendances de recherche « Naver » vs « Daum » entre 2016 et 2018. Naver est bien plus au dessus de Daum en Corée !

Je vous conseille de manipuler les outils des différents moteurs de recherche, il y a souvent des équivalents de Google. C’est bien de connaître Google, mais pour moi, lorsqu’on fait du SEO, il faut connaître à peu près tous les moteurs et ce qui se passe dans le monde. Je suis une personne qui aime apprendre, découvrir, je suis curieuse, et ça me donne toujours envie de creuser plus quand je tombe sur un nouveau moteur. Je commence à avoir une certaine parité entre Yandex, Naver, Yahoo! Japan, mais Baidu et Google restent bien évidemment mes deux grands moteurs de spécialisation.

Un petit m’intéresse aussi … Seznam 🙂

J’espère que cet article vous aura un peu aiguiller ! Si vous avez des questions sur le SEO coréen, asiatique, chinois, je suis à disposition pour en parler ! Ecrivez moi à vduong@rankwell.fr

Bon courage à tous,

V̩ronique Duong РDirectrice chez Rankwell et Experte SEO multilingue passionn̩e et certifi̩e CESEO

 

Bonjour tout le monde !

L’infographie ci-dessous nous est fourni par SEMRush, et nous délivre en français les erreurs les plus communes lors de l’intégration des attributs hreflang. Les attributs hreflang sont super importants pour gérer des sites multilingues qui sont sur un même domaine. Typiquement, les sites internationaux sont complétement dans la cible. Pour montrer la bonne version linguistique à Google, il faut absolument montrer les bonnes versions linguistiques à ce dernier, sinon cela ne marche pas.

Les hreflang marchent chez Google, Yandex et Seznam (moteur de la République Tchèque), mais ne marcheraient pas chez Baidu, 360, Sogou, Naver et Yahoo! Japan (quasiment tous les moteurs de recherche asiatiques). Pour Qwant, je vous avoue que je ne sais pas. Quelqu’un aurait une idée ?

Voici l’infographie de SEMRush :

Infographie-HrefLang-Semrush-autoveille

Si vous avez envie de tester l’outil SEMRush, n’hésitez pas à cliquer ci-dessous pour avoir un test gratuit :

Test gratuit outil SEMRush

%d blogueurs aiment cette page :