archive

Traitement automatique des langues

Bonjour tout le monde !

Durant l’Ă©tĂ© 2019, j’ai appris le corĂ©en en mode intensif, pendant deux semaines, Ă  raison de deux heures par jour ! Je suis super contente d’avoir pris cette initiative et d’avoir investi mon temps et un budget dans cette formation. Je sais maintenant lire et Ă©crire le corĂ©en. Certains sons ressemblent au chinois et au japonais, et cela facilite ma comprĂ©hension de la langue. Je parle plusieurs langues asiatiques, et quand je dis que « je parle », c’est vraiment que je peux comprendre le sens de ce qu’on me dit, ou je sais lire et Ă©crire.

Je maĂźtrise Ă  l’heure actuelle :

  • Cantonais çČ€èŻ­
  • Mandarin æ™źé€šèŻ
  • Teochew æœźć·žèŻ
  • Japonais æ—„æ–‡ – æ—„æœŹèȘž (Nihongo)
  • CorĂ©en 韩文 – 한Ꞁ (Hangeul)

Par exemple, le Khmer, je ne le compte pas, car je ne sais pas lire, ni Ă©crire, je n’ai que des notions trĂšs basiques.

Le corĂ©en, je l’ai appris par curiositĂ© car tout le monde me disait qu’en parlant mandarin, et sachant lire en japonais (pour les sons), cela devrait ĂȘtre simple. Je me suis donc un peu lancer le dĂ©fi (quand je vous dis que j’aime les challenges ! …). Les cours ont commencĂ© le 19 aoĂ»t et se sont terminĂ©s le 30 aoĂ»t. Tous les soirs, aprĂšs le travail, je faisais 2 heures de corĂ©en. J’adorais, et j’ai commencĂ© Ă  me passionner … au point de vouloir partir Ă  SĂ©oul l’an prochain ! Je veux dĂ©couvrir la culture corĂ©enne, la langue, les locaux de plus prĂšs 🙂

Je travaille sur Naver (SEO corĂ©en) et je ne savais pas encore lire quand j’ai commencĂ© Ă  me spĂ©cialiser sur ce moteur. Maintenant que je sais lire, je vais me spĂ©cialiser encore un peu plus sur le moteur corĂ©en (et Yahoo! Japan, j’ai lis, Ă©crit et parle plus japonais que corĂ©en pour le moment) !

SEO Naver SEO coréen SEO Asie Véronique DUONG

Naver Datalab, outil pour trouver les tendances de recherche en Corée du Sud

SEO Naver - SEO Corée du Sud - SEO Coréen - Véronique DUONG

Certains mots en corĂ©en ressemblent au chinois, et cela m’aide dans la comprĂ©hension. Dans Naver Datalab (Ă©quivalent de Google Trends ou Baidu Index), on y trouve des donnĂ©es portant sur un secteur ou un mot-clĂ© spĂ©cifique.
Par exemple, ci-dessus, « Duty Free Shop 멎섞점 (myeonsejeom) » (en chinois 慍繎ćș— (mian shui dian)) est recherchĂ© entre 90 et 100 fois par jour, principalement par des femmes en CorĂ©e du Sud (78%) qui ont entre 20 et 30 ans. Les recherches se font principalement sur appareils mobiles. Analyser les data, c’est la base pour comprendre beaucoup de choses et mieux cibler ses stratĂ©gies.

Sinon, si je devais classer par ordre de difficultĂ©, en termes d’Ă©critures, voici mon classement personnel (du plus difficile au plus facile) :

  • Chinois traditionnel (le must du difficile avec les idĂ©ogrammes traditionnels)
  • Chinois simplifiĂ©
  • Japonais
  • CorĂ©en

Dans mon apprentissage, j’ai commencĂ© par le plus dur quand j’Ă©tais petite entre la primaire et le collĂšge en chinois traditionnel, puis du collĂšge Ă  la fac, j’ai fait du chinois simplifiĂ©, et j’ai commencĂ© le japonais il y a 2 ans (dĂ©jĂ  !!), et on Ă©crit avec les kanji qui viennent du chinois traditionnel. Si vous avez des enfants, je vous conseille cet ordre pour leur apprentissage. AprĂšs je ne sais pas s’ils voudront faire autant de langues que moi ^^’ (je suis une passionnĂ©e de langues et de linguistique Ă  la base).

En faisant mettant Ă  jour mon profil Linkedin, je maĂźtrise actuellement 7 langues. Cela m’a surprise car je ne compte pas tous les jours les langues que je parle. Je parle cantonais et français Ă  un vrai niveau bilingue (langues maternelles) et je peux faire de l’interprĂ©tariat Ă  l’improviste sans problĂšme, l’anglais et le mandarin, j’ai un niveau professionnel complet, je le parle et l’Ă©coute couramment, et on peut dire que j’ai aussi un niveau bilingue. Le teochew, je comprends tout car mon pĂšre me parle souvent dans cette langue (depuis bĂ©bĂ©, donc c’est aussi une langue maternelle en fait), le japonais et le corĂ©en, j’apprends, je dĂ©couvre, je lis, je m’entraĂźne 🙂

Je souhaite un jour faire du russe et de l’italien, mais pour le moment, ce n’est pas prĂ©vu pour avant les 5 prochaines annĂ©es Ă  venir !

Bon courage Ă  tous !

VĂ©ronique DUONG – PassionnĂ©e de l’Asie – IngĂ©nieure linguiste multilingueExperte SEO certifiĂ©e CESEO – Directrice associĂ©e RANKWELL

Bonjour tout le monde,

Chaque annĂ©e, arriver au mois d’aoĂ»t, c’est le calme dans les grandes villes (notamment Paris), et il y a une lĂ©gĂšre baisse des activitĂ©s. La majoritĂ© des personnes sont en vacances, Ă  l’Ă©tranger, et avec cette baisse d’audience en ligne comme dans la vie rĂ©elle, on peut se demander s’il est intĂ©ressant de publier des articles, des news, des nouvelles pages sur son blog ou site.

De mon point de vue, il faut continuer Ă  publier car vous ĂȘtes en vacances, mais les algorithmes non ! Googlebot, Baiduspider, YandexBot, etc. sont tous lĂ , et ils continuent Ă  crawler vos sites, Ă  chercher les nouveautĂ©s, les contenus rĂ©cemment publiĂ©s, et s’ils n’en trouvent pas chez vous, ils vont aller passer plus de temps avec les sites des autres ! … Donc pensez Ă  publier au moins une petite actualitĂ© par semaine, car je suis certaine que vous avez des choses Ă  dire sur votre activitĂ©, vos nouveaux services, produits, idĂ©es Ă  venir !

seo-articles-vacances-aout-veronique-duong

Source : image gratuite sur Pixabay

J’aime rĂ©diger, et j’ai souvent de l’inspiration, mais cela m’arrive aussi d’avoir un manque d’idĂ©es de me dire … mais qu’est ce que je peux leurs raconter cette semaine … mais en rĂ©flĂ©chissant 2 minutes, on a souvent pas mal de choses Ă  partager, et ce n’est pas forcĂ©ment que porter sur des compĂ©tences techniques. Je partage de plus en plus de choses sur ma vie professionnelle en tant qu’entrepreneure, auteure, confĂ©renciĂšre, formatrice, spĂ©cialiste du SEO, etc. Ce sont des Ă©lĂ©ments tout aussi importants pour mon lectorat afin qu’ils sachent comment j’ai fait pour rĂ©ussir Ă  tout enchaĂźner en l’espace de quelques annĂ©es. Parfois, j’ai aussi envie d’Ă©crire sur certains faits comme les clients de mauvaise foi, les cas compliquĂ©s, etc. car la vie n’est jamais tout rose, mais on doit faire le maximum pour qu’elle soit bien.

Tout ça pour dire que pendant que vous ĂȘtes au repos, d’autres vont travailler leurs sites, et si vous ne gardez pas un Ɠil sur vos sites, cela peut ĂȘtre impactant pour vous.

Bon courage Ă  tous !

VĂ©ronique DUONG – Experte SEO international – PassionnĂ©e de SEO et de webmarketing – Directrice chez RANKWELL

 

Bonjour tout le monde !

Parfois, dans la vie, on ne sait jamais ce qui peut nous arriver. Si c’est une situation compliquĂ©e, sur l’instant, bien Ă©videmment qu’on ne sent pas bien, et qu’on ne voit que les difficultĂ©s. Aujourd’hui, avec le recul, j’ai envie de revenir sur ce projet de thĂšse que je n’ai pas rĂ©alisĂ© Ă  cause de blocages administratifs (eh oui !), mais qui a vraiment bien Ă©voluĂ© : au lieu de soumettre une thĂšse de doctorat (je ne suis pas devenue docteure), je suis devenue auteure d’ouvrages dans un domaine incontournable du web (et surtout ma passion) actuellement : le SEO.

La discussion autour d’un sujet de thĂšse, de trouver une Ă©cole doctorale, etc. a commencĂ© en octobre 2014, et j’avais Ă  peu prĂšs les idĂ©es claires pour rĂ©diger sur un sujet (que je ne vais pas dĂ©voiler car on ne sait jamais) et les Ă©changes avec celui qui aurait pu ĂȘtre mon directeur de thĂšse, Damien Nouvel, se sont poursuivis jusqu’en 2015 quand je vois que cela bloque cĂŽtĂ© administratif et employeur de l’Ă©poque (dĂ©jĂ  embauchĂ©e plus de 9 mois dans l’entreprise … ça faisait dĂ©jĂ  3 ans que j’y Ă©tais, donc bon !).

these-doctorat-seo-veronique-duong

Premier retour sur la thùse 😉

La thĂšse aurait eu un aspect multilingue et linguistique trĂšs poussĂ©, bien Ă©videmment, car c’est l’ERTIM, l’Ă©cole doctorale de l’INALCO qui l’aurait encadrĂ©e. Quand j’ai vu ces blocages administratifs alors que tout le monde avait la bonne volontĂ© d’avancer, j’Ă©tais trĂšs « bouleversĂ©e ». Je me suis dit que je ne pourrais pas partager mes recherches et ma passion dans un manuscrit qui synthĂ©tise tout …

Mais c’est lĂ  que l’idĂ©e d’Ă©crire un livre me vient. J’ai commencĂ© Ă  contacter diffĂ©rents Ă©diteurs, et c’est grĂące Ă  mes professeurs (ou collĂšgues ? comme je suis chargĂ©e de TD dans la mĂȘme facultĂ©) que j’ai eu mon Ă©diteur qui a acceptĂ© trĂšs trĂšs rapidement mon projet original sur le SEO Baidu 🙂

La suite, vous la connaissez 🙂 … J’ai mon Knowledge Panel en tant qu’auteure dans Google : *emotions*

veronique-duong-ouvrages-seo

Comme quoi, il ne faut jamais baisser les bras ! Je suis actuellement Ă  mon troisiĂšme livre prĂȘt Ă  publier, et un 4e (version anglaise du 3e) est en cours de prĂ©paration !

Bon courage Ă  tous,

VĂ©ronique Duong – IngĂ©nieure linguiste et experte SEO et webmarketing franco chinois depuis 2010 – Directrice chez Rankwell

Bonjour tout le monde !

Lorsqu’on dĂ©bute en SEO, on n’a pas forcĂ©ment tous les outils (pour la plupart payants) Ă  disposition, mais cela ne doit pas vous empĂȘcher de vivre de votre passion (ce qui est mon cas !).

Quand j’ai commencĂ©, je n’avais absolument rien, et pas beaucoup de sous Ă  investir dans les outils. De ce fait, je me suis dĂ©brouillĂ©e avec les outils gratuits du marchĂ©, mais aussi (et heureusement) le langage Shell, le langage Perl. Mais je suis bien consciente que tout le monde ne sait pas forcĂ©ment utiliser des lignes de commandes et la konsole d’Ubuntu ou autre (Linux).

 

outils-seo-gratuits-veroduong-autoveille

Aller, c’est parti pour ma petite liste d’outils 100% gratuits pour SEO dĂ©butants :

Audit SEO :

  • Google Search Console (santĂ© du site, Ă©tat d’indexation, etc.)
  • Xenu (Crawler)
  • Web developer (un couteau suisse trĂšs utile)

Etude de mots-clés :

  • Google Keyword Planner
  • Suggestions de mots-clĂ©s de Google
  • Regarder les sites des concurrents

Netlinking :

Temps de chargement et compatibilité mobile :

  • Page Speed insights
  • Web page test
  • AMP validator

Suivi de positionnements et de trafic SEO :

serposcope-seo-veroduong-outils-seo-gratuits

Avec tous ces outils, on peut dĂ©jĂ  avoir une bonne vue d’ensemble du SEO, et quant Ă  la rĂ©alisation du projet. Pour avoir des donnĂ©es plus poussĂ©es, il vous faudra passer par les outils payants.

Si vous avez des questions, vous pouvez m’Ă©crire Ă  autoveille@gmail.com

Bon courage Ă  tous !

VĂ©ronique Duong – Directrice associĂ©e chez Rankwell et Grande PassionnĂ©e du SEO

 

Bonjour tout le monde !

Je m’adresse Ă  tous les content strategist, content specialist, toutes les personnes qui travaillent avec les contenus et qui ont besoin de les rendre SEO-friendly : On a mis en en place une solution automatique pour extraire les contenus des rubriques intĂ©ressantes (fiches produits, best sellers, actualitĂ©s, etc.) d’un site afin qu’ils puissent ĂȘtre optimisĂ©s ensuite.

A l’heure actuelle, il n’existe pas vraiment d’outils ou de logiciels gĂ©nĂ©riques (si ce n’est que des scripts sur-mesure) pour crawler les contenus textuels d’un site et qui puissent sortir des donnĂ©es exhaustives sur ces derniers.

Problématiques de Crawler de Contenu :

Est-ce que le site de mon client est optimisé sémantiquement parlant ?
➔ NON > OK, pas de chaüne de traitement à mettre en place
➔ OUI > Pour quels mots-clĂ©s ? (On n’a pas de crawler de contenu qui permet de les trouver automatiquement)
➔ Il faut ensuite calculer le poids des mots-clĂ©s dans le site au global (mais comment dĂ©terminer ce poids ?), et calculer la pertinence des pages par mots-clĂ©s (quel poids pour quel critĂšre ? et quels documents parlent de ces mots-clĂ©s ?)
➔ Pour les mots-clĂ©s, on doit calculer les positions, les volumes de recherche, les poids et pertinence de ces derniers

On aura donc besoin de deux corpus : le corpus de test (le site du client), et un corpus d’apprentissage (les sites des concurrents), par exemple.

Exemple de scraping de contenu de fiches produits (extraction brute) :

crawler-semantique-seo-veroduong

On est Ă  la phase prototype ! Si vous voulez rejoindre ce projet innovant, Ă©crivez-moi vite Ă  autoveille@gmail.com ou vduong@rankwell.fr

Bon courage Ă  tous !

VĂ©ronique Duong – TAListe x SEO lover & Directrice @Rankwell

Bonjour tout le monde !

SI vous suivez mon blog depuis un moment, vous savez certainement que je suis ingénieure linguiste de formation, et je suis méga sensible aux évolutions dans le monde du traitement automatique des langues !

L’an passĂ©, j’ai fait le HackaTAL sur l’analyse d’opinions, et cela m’a rappelĂ© beaucoup d’Ă©tudes et d’analyses que je faisais en Master 2 ! C’Ă©tait gĂ©nial, j’ai adorĂ© 🙂 Et pour cause, c’Ă©tait mon Ă©quipe, Wild, qui avait gagnĂ© le HackaTAL 2017 !

Cette annĂ©e, le HackaTAL revient sur un sujet qui a Ă©tĂ© d’actualitĂ© : les Fake News !

fake-news-autoveille-veroduong-SEO

Je vous laisse découvrir le programme ci-dessous :

Description

Dans le cadre de la confĂ©rence TALN-RECITAL 2018, sera organisĂ© un hackathon, la troisiĂšme Ă©dition cĂŽtĂ© CORIA (Hack Days) et TALN (HackaTAL) et sera dĂ©diĂ© Ă  des problĂ©matiques liĂ©es Ă  la RI et au TAL. L’objectif est de rĂ©unir ces communautĂ©s autour de dĂ©fis Ă  relever Ă  l’aide de donnĂ©es et briques logicielles, en consacrant ces journĂ©es Ă  modĂ©liser, prototyper, coder, expĂ©rimenter, dĂ©velopper, tester, Ă©valuer, comparer, Ă©changer, etc. – par Ă©quipes et dans une ambiance dĂ©contractĂ©e 🙂

Les tĂąches proposĂ©es cette annĂ©e seront centrĂ©es sur la dĂ©tection et le traitement des fake news (Ă  prĂ©ciser), en interaction avec le monde des mĂ©dias et les journalistes. L’évĂ©nement est ouvert Ă  tous, ne nĂ©cessite pas de prĂ©paration particuliĂšre (sauf d’amener sa machine) et ne requiert pas de compĂ©tences spĂ©cifiques aux tĂąches que nous proposons : tout le monde est bienvenu !
TĂąches

Quelques questions parmi celles évoquées :

peut-on caractériser le langage des fake news point de vue linguistique ?
peut-on évaluer une échelle sur laquelle placer un article quant à sa vérifiabilité ?
peut-on catégoriser des articles, par exemple dans les classes suivantes : fiables / parodiques / orientés / douteux (cf Datapol Science Po) ?
comment assister au mieux un journaliste dans sa tĂąche de debunking ?
est-il possible d’utiliser des sources d’informations telles que twitter (contenu) ou bien le web (graphe des liens) pour repĂ©rer les fake news ?

Pour en savoir plus, je vous invite à aller sur le site du Hackathon : https://hackatal.github.io/2018/

Je pense m’y inscrire pour cette session car j’ai trĂšs envie de me pencher sur le sujet des Fake news aussi !

Bon courage Ă  tous !

VĂ©ronique Duong – Consultante SEO certifiĂ©e CESEO / IngĂ©nieure Linguiste / Directrice associĂ©e @Rankwell

Bonjour Ă  tous !

Je vais vous proposer une petite sĂ©rie d’interviews d’experts en ingĂ©nierie linguistique, qui pour moi, est complĂštement corrĂ©lĂ©e au SEO / rĂ©fĂ©rencement naturel ! J’ai l’honneur de commencer cette sĂ©rie avec Damien Nouvel, maĂźtre de confĂ©rences Ă  l’INALCO, et qui allait devenir mon directeur de thĂšses (mais Ă  la place, j’ai publiĂ© deux bouquins ! car on ne fait pas les choses Ă  moitiĂ© ici ;)) !

C’est parti pour l’interview :

PrĂ©sentation de l’expert TAListe :

Je suis maĂźtre de confĂ©rences Ă  l’Inalco, membre du laboratoire ERTIM. J’y travaille dans le domaine du traitement automatique des langues (TAL), en particulier sur la fouille de donnĂ©es textuelles et le multilinguisme pour une large variĂ©tĂ© de langues (occidentales et orientales) et pour des objectifs variĂ©s (translittĂ©ration, dĂ©sambiguisation lexicale, opinion, analyse textomĂ©trique, etc.). J’ai prĂ©cĂ©demment travaillĂ© au LIMSI-CNRS (extraction d’information), Ă  INRIA Alpage (mots hors-vocabulaire dans les fils de dĂ©pĂȘches). Ma thĂšse, faite dans l’équipe BDTLN du LI de Tours, a portĂ© sur la reconnaissance automatique des entitĂ©s nommĂ©es (disons les noms propres), par d’extraction automatique de motifs sĂ©quentiels (de la fouille de donnĂ©es).

Comment définirais-tu la notion de TF-IDF ?

Le TF-IDF est une mĂ©thode historique, fondĂ©e dans les annĂ©es 80, pour implĂ©menter des outils de recherche d’information. L’exemple typique est le moteur de recherche, qui doit sĂ©lectionner les documents les plus pertinents pour une requĂȘte donnĂ©e. Une simple recherche boolĂ©enne dans les index donne trop de rĂ©sultats, qui ne sont pas ordonnĂ©s. L’algorithme TF-IDF pallie cela en exploitant simultanĂ©ment le nombre d’occurrences des termes (TF) et leur importance sĂ©mantique dans la collection de documents (IDF) pour ordonner les rĂ©sultats, et prĂ©senter en haut de la liste ceux qu’un calcul statistique simple nous indique ĂȘtre les plus pertinents. D’autres algorithmes sont aujourd’hui plus performants, mais celui-ci reste fondateur car il est trĂšs fiable, solide et stable : il peut ĂȘtre implĂ©mentĂ© facilement et constitue un excellent point de dĂ©part.

tfidf-interview-damien-nouvel-autoveille

Et pour le Rappel et la Précision ?

Pour expliquer ces deux mesures de qualitĂ© de rĂ©sultats (par exemple pour un moteur de recherche), il faut faire appel Ă  deux notions complĂ©mentaires : le silence et le bruit. Le rappel indique Ă  quel point un algorithme donne tous les rĂ©sultats attendus, sinon on dit qu’il y a du silence. La prĂ©cision calcul la proportion de rĂ©sultats ramenĂ©s sont pertinents, ceux qui ne le sont pas donnent du bruit. Le dĂ©fi, en particulier en recherche d’information, est de trouver le meilleur compromis possible : il faut Ă  la fois amĂ©liorer la prĂ©cision et le rappel, ou, dit autrement, rĂ©duire le bruit et le silence ! Pour mesurer cela globalement, il existe une troisiĂšme mĂ©trique qui combine le rappel et la prĂ©cision, que l’on appelle la F-mesure, qui est la moyenne (harmonique) des deux prĂ©cĂ©dentes. Ceci dit, dans le domaine de la recherche d’information, si ces mesures restent valables, elles sont aujourd’hui moins utilisĂ©es au profit d’autres mĂ©triques plus adaptĂ©es.

Dans quels cas utilises-tu le TF-IDF ? et pourquoi ?

Le TF-DIF est implĂ©mentĂ© dans de trĂšs nombreux langages sous forme de librairies, il nĂ©cessite trĂšs peu de programmation pour son implĂ©mentation et des ressources limitĂ©es (temps de calcul ou mĂ©moire) lors de son exĂ©cution. Il est robuste et stable. Ainsi, lorsque je travaille sur des projets pour lesquels j’ai besoin de rĂ©sultats rapidement et pour lesquels les exigences ne pas trop fortes en terme de pertinence, le TF-IDF convient trĂšs bien
 si les exigences sont plus fortes, il est possible de s’en servir comme point de rĂ©fĂ©rence avant d’utiliser d’autres modĂšles plus sophistiquĂ©s, comme par exemple le LSA.
Il faut cependant noter que le TF-IDF n’exploite que les textes des documents. Ceci peut-ĂȘtre un avantage pour les bases documentaires, mais un inconvĂ©nient si des liens sont faits entre les documents (sur le web, les hyperliens) : ils apportent une information trĂšs importante, qui ne sera pas prise en compte par TF-IDF.

Aurais-tu un exemple concret liĂ© Ă  l’usage du TF-IDF ?

Une entreprise vous sollicite pour mettre en place un moteur de recherche interne sur ses documents et l’intĂ©grer Ă  son portail. Elle ne sait quel moteur choisir, s’il lui faut une solution gratuite ou payante et quelles technologies sont adĂ©quates. Vous pouvez alors facilement et rapidement lui proposer un dĂ©veloppement prĂ©liminaire : mettre en place un TF-IDF, permettre aux utilisateur de faire leurs premiĂšres requĂȘtes, avant d’analyser les limites de cette premiĂšre approche. Par la suite, selon les retours, il pourra ĂȘtre prioritaire d’amĂ©liorer le moteur, mais peut-ĂȘtre aussi de travailler sur la qualitĂ© des documents, la crĂ©ation de ressources adĂ©quates pour amĂ©liorer les recherche, la mise en place d’autres fonctionnalitĂ©s, etc. !

Comment vois-tu l’avenir du TAL ?

Plusieurs pistes Ă©mergent aujourd’hui. Les derniĂšres avancĂ©es cĂŽtĂ© recherche se sont beaucoup focalisĂ©es sur l’utilisation gĂ©nĂ©ralisĂ©e du Deep Learning, qui a de nombreuses applications et rĂ©duisent les difficultĂ©s Ă  mettre en Ɠuvre certains traitements, en particulier pour la sĂ©mantique. Les progrĂšs en reconnaissance vocale et l’engouement rĂ©cent pour les systĂšmes de dialogues (dont les chatbots / robots) sont Ă©galement trĂšs en vue et vont certainement remodeler en profondeur le paysage du TAL, Ă  l’international comme en France. Nous constatons Ă©galement l’impact, parfois trop peu visible, des systĂšmes de gĂ©nĂ©ration automatique de contenus (dont textuel), autant sur les forums que dans les mĂ©dias et les rĂ©seaux sociaux, il faut ĂȘtre vigilant Ă  cet Ă©gard, ĂȘtre conscient des limites et des risques, les utiliser Ă  bon escient ! En lien avec cela, je me penche ces derniers temps sur la dĂ©tection et la caractĂ©risation des Fake News, qui reprĂ©sente Ă  mes yeux un enjeu scientifique et sociĂ©tal majeur, nous allons d’ailleurs organiser un hackathon sur le sujet en mai.
Sur le fond, et comme je le dis souvent aux Ă©tudiants, il me semble que le TAL doit rester une discipline qui “permette aux humains de manipuler le langage par d’autres moyens et Ă  une autre Ă©chelle”. Il est essentiel Ă  mes yeux que les outils, ressources et technologies que nous dĂ©veloppons restent au service du plus grand nombre !

Merci infiniment Ă  Damien Nouvel d’avoir acceptĂ© de rĂ©pondre Ă  cette interview hyper enrichissante !

J’espĂšre que vous comprenez mieux l’intĂ©rĂȘt du TAL maintenant, et pourquoi je vous rabĂąche avec cela dans le monde du SEO 😉 C’est complĂ©tement liĂ© !

Bon courage Ă  tous,

VĂ©ronique Duong – Directrice associĂ©e chez Rankwell et consultante SEO certifiĂ©e CESEO !

%d blogueurs aiment cette page :