archive

Archives de Tag: SEO multilingue

Bonjour tout le monde !

Parmi les moteurs de recherche chinois, vous connaissez sans doute Baidu (surtout si vous lisez mon blog ou suivez mes actualités), Qihoo 360, Sogou, Shenma (j’étais la première française à écrire un article sur le JDN sur ce moteur qui a énormément gagné en part de marché en Chine continentale). Mais connaissiez-vous Youdao 有道 ? Je suppose que peu de monde en ont entendu parlé de lui.

Youdao 有道 a été créé en 2007, qui est une filiale de NetEase 網易 (très connu en Chine, sous le domaine 163 .com). Mais à la différence de Baidu et les autres, Youdao est un moteur de recherche sémantique. Il ne vous retournera pas des résultats de recherche liés à votre requête, mais … les contextes où votre requête peut être utilisée / se trouver. Quand j’ai vu cela, Youdao me fait tout de suite penser à un concordancier multilingue, et cela me rappelle un peu les outils linguistiques comme Lexico 3 par exemple.

Youdao est plus un dictionnaire, un moteur de recherche de contexte, et faire du SEO dessus me paraît bien plus compliqué car le moteur prend essentiellement des pages d’encyclopédie comme Baike Baidu (ou des sites chinois en .cn).

Voici à quoi ressemble l’interface, et il est possible de faire traduire des requêtes du chinois (que j’ai encadrés ici en rose) vers le français, l’anglais, le japonais et le coréen (ce que j’ai encadré en orange) :

youdao-concordancier-multilingue-seo-chinois-veronique-duong

Si je vous montre un exemple avec plus de contextes, cela ressemble vraiment à un concordancier multilingue, c’est à dire qu’on a un corpus de contextes où se trouve la requête ou le mot-clé qu’on recherche (ici « search engine optimization »), et on a une liste de pages web qui remonte avec un extrait du contexte où se trouve le terme recherché.

Je trouve cela hyper utile pour faire du SEO personnellement. Je viens du monde de la linguistique (de l’ingénierie linguistique, plus précisément, et c’est une passion !), et pour faire les analyses sémantiques, et comprendre pourquoi les internautes tapent plus un terme qu’un autre, les concordanciers peuvent aider car justement on a un panel large des situations où le terme est cherché.

youdao-concordancier-multilingue-seo-chinois-veronique-duong-1

Voici à quoi ressemble le concordancier de Lexico 3 dont je me sers pour faire des analyses sémantiques :

concordancier-lexico3-analyse-semantique-veronique-duong

Source : analyse sémantique de la crise financière en 2011 (lors de mon M2 en ingénierie linguistique)

Il existe d’autres outils de concordance comme ceux d’AntConc, Hyperbase, etc.

Tout cela pour dire que Youdao m’est hyper utile car je travaille dans un contexte européen et asiatique, et savoir les contextes dans lesquels remontent des termes clés, et bien, c’est ce qu’il faut pour des SEO ayant un profil technico-linguiste multilingue (je crois que je viens d’inventer un mot) comme moi.

Si vous avez des questions sur le marketing franco-chinois ou sur le SEO chinois sur Baidu, Shenma, etc. ou encore tout simplement des questions sur le SEO Google, je serais ravie d’y répondre !

Bon courage à tous !

V̩ronique DUONG РPassionn̩e de marketing franco-chinois, sp̩cialiste SEO international et directrice chez RANKWELL

 

 

 

Bonjour tout le monde !

L’infographie ci-dessous nous est fourni par SEMRush, et nous délivre en français les erreurs les plus communes lors de l’intégration des attributs hreflang. Les attributs hreflang sont super importants pour gérer des sites multilingues qui sont sur un même domaine. Typiquement, les sites internationaux sont complétement dans la cible. Pour montrer la bonne version linguistique à Google, il faut absolument montrer les bonnes versions linguistiques à ce dernier, sinon cela ne marche pas.

Les hreflang marchent chez Google, Yandex et Seznam (moteur de la République Tchèque), mais ne marcheraient pas chez Baidu, 360, Sogou, Naver et Yahoo! Japan (quasiment tous les moteurs de recherche asiatiques). Pour Qwant, je vous avoue que je ne sais pas. Quelqu’un aurait une idée ?

Voici l’infographie de SEMRush :

Infographie-HrefLang-Semrush-autoveille

Si vous avez envie de tester l’outil SEMRush, n’hésitez pas à cliquer ci-dessous pour avoir un test gratuit :

Test gratuit outil SEMRush

Bonjour à tous 🙂

Pour changer de la veille automatique et de mon logiciel de veille, je vais vous reparler d’outils SEO. Ces derniers temps, j’ai eu droit à pas mal de problématiques sur le SEO chinois, dont certaines sur BaiduSpider (le crawler de Baidu, équivalent à Googlebot) et sur le robots.txt.

Baidu Webmaster Tools (百度站长平台) propose de tester son robots.txt sans avoir à créer un compte sur l’outil. Cela est donc très pratique si vous ne voulez pas créer de compte, mais juste pour tester afin de voir si votre fichier texte ne comporte pas d’erreurs.

Logo-baidu-webmaster-tools

 

En effet, Baidu signale aussi les erreurs dans la spécification des moteurs de recherche (User-agent), et également dans les règles / chemins des Allow et Disallow.

Voici les étapes pour faire le test de votre robots.txt (cliquez sur les images pour les agrandir):

1) Allez sur la page de Baidu Webmaster Tools : http://zhanzhang.baidu.com/site/index

2) Choisissez « Robots » dans le menu à gauche :

Outil robots.txt de Baidu Test AUTOVEILLE

 

3) Vous vous retrouvez alors sur l’interface de l’outil Robots de Baidu.

  • Renseignez le champs encadré en orange pour analyser votre robots.txt
  • Appuyez sur le bouton ci-dessous pour valider
  • Patientez (le message 检测中,请稍等…… s’affiche pendant l’attente)

Analyse de fichier robots.txt par Baidu

 

4) Voici le résultat de l’analyse de Baidu. Les mots en rouge indiquent les erreurs dans le robots.txt

Résultats d'analyse du robots.txt par Baidu

 

5) Les messages d’erreurs en rouge indiquent que le robots.txt doit commencer par un slash « / ». Comme on peut le constater, les deux Disallow commencent par un « ? ». Si BaiduSpider ne prend pas en compte ces deux règles d’interdiction, cela veut dire que Baidu pourrait continuer à crawler (et indexer) ces parties du site.

6) On peut également créer un robots.txt grâce à Baidu Webmaster Tools > Robots

Générer un fichier robots.txt avec Baidu webmaster tools

 

Le robots.txt généré peut bien sûr être téléchargé :

Télécharger le robots.txt généré par Baidu

 

Personnellement, je trouve que l’outil Robots de Baidu est beaucoup plus complet, ergonomique et pratique que celui de Google :

Outil robots.txt de Google

 

Après pour pouvoir utiliser les outils de Baidu, il faut savoir lire le chinois … quoi qu’avec la traduction automatique vous pouvez très bien vous débrouiller car les termes sont courts (« valider », « créer », etc.).

Si vous souhaitez en savoir plus sur mes tests de veille automatique ou de SEO, écrivez-moi pour en discuter.

Bon courage à tous 🙂

Véronique Duong –

Bonjour tout le monde !

Je suis en train de faire une étude sur la longueur des méta tags pour optimiser le SEO chinois de mes clients, et je découvre des données très intéressantes à partager avec vous !

Baidu n’affiche pas les méta descriptions, ou plutôt il les affiche selon des critères très précis, et cela devient bien plus compliquer pour l’optimisation des descriptions sur Baidu que sur Google …

Pour le chinois, on ne compte pas en caractères, mais en octets à cause des encodages. Le chinois peut s’encoder en UTF-8, GB2312 (oui, c’est le retour de l’ingénieure linguiste), et il faut compter 1 caractère chinois comme 3 octets … vous me suivez toujours ? lol

Par exemple:

logiciel-de-veille-seo-caracteres-chinoisIci, nous avons les caractères de « Baidu 百度 » qui font deux caractères « physiques ». Mais en réalité, l’ordinateur voit 6 octets (3 x 2 = 6).

Donc après avoir compris cela, on peut appliquer les recommandations proposées par SEOWHY (le WRI chinois) pour optimiser les méta tags:

  • Longueur de la méta title chinoise: 64 octets
  • Longueur de la méta description chinoise: 300 octets

Il faut diviser ces deux nombres par 3 pour trouver le nombre de caractères physiques exacts. Soit:

  • Longueur de la méta title chinoise: 20 caractères physiques (environ 21 en fait, mais pour être sûr de respecter la limite, je mets 20)
  • Longueur de la méta description chinoise: 100 caractères physiques

Il ne faut donc pas appliquer les méthode occidentales à Baidu, sinon il affichera ce qu’il veut dans les résultats …

J’ai utilisé un outil SEO chinois (un peu comme Woorank) de SEOWHY pour analyser mon site. Par exemple, le title de mon site officiel sur la veille automatique, AUTOVEILLE, respecte la longueur limitée à 64 octets, mais la méta description non (elle est trop courte).

logiciel de veille SEO chinois par AUTOVEILLESi vous avez des questions, je suis à votre écoute ! 🙂

Bon courage à tous !

Véronique Duong –

Bonjour tout le monde 🙂

Aujourd’hui, je vais vous parler un petit peu de SEO, et plus particulièrement de SEO multilingue. Je gère plusieurs projets SEO dans différentes langues, et j’ai quelques petits conseils à vous donner si vous aussi, vous faites ou souhaitez faire du référencement naturel multilingue.

Je travaille dans 4 langues: français, anglais, mandarin et cantonais. Elles sont toutes très différentes les unes des autres. Sémantiquement parlant, dans différentes langues, un même concept ne s’exprime pas du tout dans les mêmes formes. Il y a donc une grande étape d’analyse sémantique à faire via les forums, les blogs, les sites communautaires, par exemple, du pays en question pour trouver la phraséologie / terminologie.

Voici quelques petits conseils principaux que je peux donner (après les études de cas et les tests que j’ai effectués):

1) Utilisez le générateur de mots-clés du moteur de recherche le plus utilisé du pays (Baidu, Naver, Yandex, Yahoo! Japan, etc.)

2) NE traduisez PAS littéralement les mots-clés. Il faut faire des adaptations de ces mots. J’ai fait la mauvaise expérience de deux ou trois cas (surtout en chinois) avec des traductions littérales des expressions clés. Ces traductions n’étaient pas du tout recherchées par les internautes, et de ce fait, je n’ai pas pu les intégrer dans le site.

3) Si possible, faites des études de mots-clés directement dans la langue de travail. C’est la meilleure façon de s’assurer d’une bonne qualité et d’une haute pertinence.

4) Si possible (également), discutez avec des internautes et des experts métiers qui travaillent ou sont passionés par les domaines dans lesquels vous travaillez le référencement naturel. C’est ainsi que vous enrichir votre « vocabulaire ».

5) Utilisez les réseaux sociaux du pays 🙂 Par exemple: Weibo, Tencent, etc. pour la Chine

J’ai récemment créé une communauté de SEO multilingue sur Google+, n’hésitez pas à la rejoindre ! C’est par ici: https://plus.google.com/u/0/communities/117188661633379266436

 

SEO Multilingue: astuces et conseils

Bon courage !

Véronique Duong –

AUTOVEILLE

%d blogueurs aiment cette page :