archive

Archives de Tag: Conseils référencement

Bonjour tout le monde !

En effectuant ma veille informationnelle avec mon outil de veille automatisée, ce dernier a collecté une infographie, datant de 2012 certes, mais qui donne une bonne idée des étapes à suivre pour bien faire le SEO d’un site, et ne rien oublier. L’illustration a été créée par Hall Internet Marketing, et le design est assez mignon 🙂

Voici donc les étapes pour bien mettre en place le SEO d’un site web :

1 – Recherche de mots-clés et validation : quels sont les meilleurs mots-clés pour ma thématique ? sont-ils très utilisés par les concurrents et les internautes ? ont-ils un bon volume de recherche ? etc. Toutes ces questions permettront de vous guider.

2 – Architecture et structure du site : est-ce que mon site est facilement navigable par les internautes ? la structure de mon site permet-il de comprendre comment les internautes doivent arriver à l’information la plus importante ?  Si les internautes arrivent à trouver les informations sans difficulté, cela sera aussi le cas pour les moteurs de recherche

3 – Optimisation des zones stratégiques du site : title, meta description, URL, attributs alt, contenu textuel, liens internes, H1, H2, etc.

4 – Promotion du site web sur les différents média off-site : réseaux sociaux, communiqués de presse, articles de guest blogging, partenariats, annuaires de qualité, etc.

5 – Maintenir le site web en faisant des mises à jour régulièrement ! Un site web doit être maintenu … comme tout ! Sans efforts continus, on n’y arrive à rien ! Courage, we can do it!

Vous trouverez l’illustration ci-dessous :

Comprendre les étapes du SEO en un coup d'oeil - AUTOVEILLE

Que pensez-vous de cette infographie ? Suivez-vous bien toutes ces étapes ?

Si vous êtes débutant en SEO et que vous n’avez pas la moindre idée de comment cela marche, n’hésitez pas à m’envoyer un mail pour en parler : autoveille@gmail.com

Sur ce, moi je retourne à mes backlinks !

Bon courage à tous,

Véronique Duong – Consultante SEO certifiée CESEO

Bonjour tout le monde !

Suite à ma veille d’informations effectuée avec mon logiciel de veille automatique, j’ai trouvé, dans ma collecte, une nouvelle infographie de Neil Patel assez intéressante. Cette dernière porte sur « Combien de textes doivent se trouver sur le page d’accueil ?« . Les contenus textuels sont importants pour le référencement, la communication des informations avec les internautes, mais la première réponse de l’auteur est simple, c’est « cela dépend de notre but ».

Effectivement, cela dépend de ce que l’on vend, de ce que l’on veut communiquer aux visiteurs. Si l’aspect esthétique (je pense aux sites pour les marques de luxe) est important, la page d’accueil du site n’aura pas beaucoup de textes et sera composée surtout d’images (il faut absolument éviter le Flash par contre !). Personnellement, je recommande quand même d’avoir environ un paragraphe de textes sur la page d’accueil. Il peut être écrit dans une jolie police, pas trop gros et qui fasse élégant sur la page (je parle toujours pour un exemple de site d’une marque de luxe).

Le texte (ou les textes) qui se trouvera sur la page d’accueil devrait convaincre les utilisateurs à poursuivre la navigation sur le site et ce texte doit aussi répondre à des problématiques qu’ils ont (service / produit vendu qui peut être la solution à leurs problèmes).

Mais attention, selon une étude, la plupart des internautes (79%) lisent en diagonal les textes sur les écrans de PC, seulement 16% vont lire mot à mot les posts, les articles, etc. Il faut donc trouver une bonne architecture de page pour donner envie de lire rapidement et efficacement. La page fera la longueur qu’il faut pour expliquer et convaincre l’internaute à acheter ou à convertir (tout simplement !).

Chaque page d’un site doit avoir un but, un objectif. Elles doivent représenter quelque chose pour l’internaute, sinon elles n’ont pas lieu d’y être. Il faut également bien connaître les attentes des consommateurs afin d’adapter les discours à leurs motivations. Il faut également être clair dans la présentation des choses pour éviter de semer le doute ou la frustration après la lecture des textes. N’hésitez pas non plus à signaler clairement les problèmes que l’on a aujourd’hui (par exemple, sur mon site AUTOVEILLE, en page d’accueil je parle du problème de la veille manuelle des informations et que très peu d’entreprises pensent à automatiser la collecte de données), et de donner les solutions que l’on a trouvées pour résoudre les problématiques (outils d’automatisation de la veille, création d’un outil de veille, etc.).

En résumé, ce n’est pas la longueur du texte qui compte, mais la pertinence du texte qui va aider à faire convertir le prospect en client.

Voici l’infographie en question (signée Neil Patel – QuickSprout) :

Combien de textes sur la page d'accueil ? AUTOVEILLE

Qu’en avez-vous pensé de cette illustration ? Rédigez-vous des textes de présentation sur votre page d’accueil ? Sont-ils longs ? courts ? Est-ce juste  des textes pour le SEO ou pour vendre ? Pensez à toutes ces questions, et si nécessaire, revoyez vos introductions en page d’accueil. Il est important de convaincre par des mots pertinents.

Bon courage à tous !

Véronique Duong – autoveille@gmail.com

Bonjour à tous 🙂

Mon logiciel de veille automatisée a collecté une infographie très intéressante portant sur 10 astuces de développeurs pour optimiser le SEO d’une application pour App Store.

C’est parti pour les astuces :

  1. Choisir des noms assez descriptifs et longs pour les applications car ils se classeraient mieux dans les résultats de recherche
  2. Utiliser des tags avec des expressions et des mots comme « scary, zombie, scary zombie » ainsi vous pourriez être classé sur tous ces mots
  3. Employer systématiquement des mots-clés populaires dans les descriptions des applications (voir l’exemple de la question 3)
  4. Faire attention à la qualité de l’application et sa description
  5. Faire beaucoup de tweets et de partages n’aide pas à se faire mieux classer dans le App Store
  6. Apple pénalise les bourrages de mots-clés populaires (comme Google :))
  7. Optimiser le temps de chargement : plus il est rapide, plus l’application peut être bien classé dans les résultats de recherche
  8. Faire de la publicité de l’application aide aussi à la rendre plus visible et bien classée dans les résultats
  9. Optimiser aussi au niveau de la densité de mots-clés (voir l’exemple 9 avec le mot « education »)
  10. App Store indexe les applications en fonction de leurs noms : une app avec un nom comme « pots of gold » sera bien classée et visible sur cette expression exacte, et non sur les mots « pots » ou « gold » séparés (un peu comme pour Google quoi). Ce sont des chaînes de caractères ! Il ne faut pas oublier cela, donc penser à bien nommer vos applications.

Cette infographie a été réalisée par Search Man :

10 astuces de développeurs pour optimiser le SEO d'un site pour les App Stores - AUTOVEILLE

Avez-vous des applications mobiles indexées dans App Store ? Si oui, avez-vous appliqué ces astuces ? En avez-vous d’autres à partager ?

Merci et bon courage à tous !

Véronique Duong – autoveille@gmail.com

Bonjour tout le monde !

En effectuant ma veille informationnelle avec mon outil de veille automatique, je suis tombée sur une infographie très intéressante qui nous apprend à nous servir des données de Google Analytics pour optimiser notre stratégie web marketing ! L’illustration a été créée par QuickSprout (Neil Patel). Je trouve qu’ils produisent vraiment des infographies incroyablement bien faites. Toutes les semaines, ils en proposent une qui est topissime !

Pour en revenir à notre sujet, l’auteur donne surtout des conseils sur le référencement naturel et les rapports Google Analytics (comment les optimiser, les rendre plus stratégiques, etc.). Il y va vraiment étape par étape, de la connexion du compte Google Analytics au compte Google Webmaster Tools à l’utilisation intelligente des données pour l’optimisation des éléments on-site.

Tout le monde n’y pense pas, mais il faut connecter les comptes GA et GWT ensemble pour avoir un bon tracking de toutes les informations. Il faut suivre les mots-clés qui ont le plus d’impressions. On peut améliorer le CTR sur ces mots-clés en les insérant correctement aux bons endroits (les titles des pages appropriées).

Voici quelques étapes qui permettent d’utiliser intelligemment les données de Google Analytics pour le SEO :

  • Utiliser les mots-clés à bon escient en les faisant « matcher » avec les thématiques du site
  • Utiliser les mots-clés dans les attributs alt
  • Mettre à jour les titles avec ces mots-clés
  • S’assurer que le title et la méta description utilisent des mots-clés similaires pour booster au maximum la visibilité de la page sur ces mots
  • Employer ces termes-clés en tant que ancres de textes pour les liens internes
  • Créer plus de contenus en utilisant ces mots-clés populaires

L’illustration propose d’autres idées, d’autres astuces, et je vous propose de la lire ci-dessous :

Utiliser les données de Google Analytics pour optimiser le Web marketing - AUTOVEILLELes données de Google Analytics sont vraiment précieuses car elles permettent de voir l’évolution d’un site et de comprendre (parfois) pourquoi on a un gain ou une perte de trafic. Je travaille pour certains clients (surtout en Asie) qui ne connaissent pas cet outil et qui n’ont jamais suivi leur site auparavant ! Mais il n’est jamais trop tard pour se rattraper 🙂

Qu’avez-vous pensé de cette illustration ? Perso, je la trouve vraiment complète et elle propose de très bonnes astuces.

N’hésitez pas à laisser vos commentaires !

Bon courage à tous !

Véronique Duong – autoveille@gmail.com

Bonjour bonjour,

En faisant ma veille d’informations avec mon logiciel de veille, ce dernier a collecté une petite illustration intéressante avec quelques messages qui font réfléchir sur l’importance du storytelling.

Personnellement, je pense que le SEO, l’inbound marketing et le storytelling doivent systématiquement fonctionner ensemble. Maintenant, avec toutes les informations que l’on trouve sur Internet, les consommateurs doivent avant tout être « convaincus » par l’expertise d’une marque dans son domaine. Les grandes marques ont moins ce problème grâce à leurs popularités, mais elles doivent tout de même faire attention à leurs réputations en ligne en publiant régulièrement des nouveaux contenus.

Dans l’infographie, on peut lire que le sens de persuasion est très important pour convaincre les internautes à acheter ou, tout simplement, à croire une information trouvée sur le web. La façon de communiquer ces informations est également primordiale. Il faut employer un certain langage et l’adapter à l’audience concernée avec le vocabulaire qu’il faut. Si on s’adresse à des spécialistes, il vaut mieux utiliser le jargon pour montrer qu’on est « expert », et si c’est à un public moins spécialiste, une terminologie vulgarisée conviendrait mieux.

On évite absolument les clichés qui empêchent les internautes de « réfléchir » et de voir les choses dans une autre façon … que le cliché justement ! Si vous commencez avec ce genre de stéréotypes, cela ne va pas très bien marcher pour vous …

Pour pousser les choses encore plus loin, vous pouvez lancer une petite mélodie automatiquement (qui accompagne le style du site et des textes) sur votre site afin de « transporter » complétement l’internaute dans votre univers. Ce petit détail pourrait vraiment tout changer. La musique est un facteur puissant qui joue sur les humeurs, les émotions et les pensées.

Cette infographie est signée Kapost :

la Science du Storytelling - AUTOVEILLEJ’ai beaucoup aimé la partie sur la musique ! Je n’y ai jamais pensé, mais c’est vrai qu’une petite mélodie ou un morceau de musique qui colle bien au style du site peut provoquer beaucoup de choses dans les réactions des internautes. Cela rend le site plus vivant et met un peu de rythme ! De plus, la musique est également un contenu multimédia qui peut être bien travaillé pour optimiser le taux de rebond (les gens restent plus longtemps sur le site si vous mettez de bons morceaux, des sons originaux, etc.), les visites des pages, etc.

En tout cas, n’hésitez pas à laisser vos impressions dans les commentaires !

Bon courage à tous,

Véronique Duong – autoveille@gmail.com

Bonjour tout le monde !

Je suis une grande fan des infographies. Elles m’inspirent beaucoup pour rédiger mes articles sur ce blog et je suis toujours en mode « veille stratégique » sur ces belles illustrations ! Aujourd’hui, je vous propose de connaître 5 astuces pour créer des infographies simples et sympathiques !

Personnellement, je ne connais pas du tout le web design, ni comment faire du graphisme. Mais je me débrouille souvent avec les moyens du bord pour créer de petites choses. Je dessine beaucoup, mais cela n’est pas pareil quand il s’agit de passer les choses au format numérique !

Voici 5 astuces faciles à appliquer pour créer des infographies simples :

  1. Choisir un sujet ou un objectif et rester concentré sur ce dernier
  2. Utiliser des images et des graphiques pour illustrer la future infographie (90% des informations retenues par les internautes … sont visuelles)
  3. Choisir une palette de couleur (des dégradés, des couleurs complémentaires, mais on évite le fluo et les choses trop tape-à-l’oeil)
  4. Positionner les données horizontalement (les internautes lisent plus souvent de gauche à droite que d’une autre façon)
  5. Rendre l’infographie courte et informative rapidement (les visiteurs doivent comprendre le message dans les 8 à 15 secondes).

Cette infographie est signée eLearning | Online Training Software :

5 astuces pour créer des infographies - AUTOVEILLE

J’ai encore appris de nouvelles choses ! Pensez vraiment à faire des infographies courtes car les informations doivent être enregistrées par l’utilisateur très rapidement. J’aime beaucoup travailler sur des illustrations très parlantes. Celles qui ressemblent à de l’art abstrait, je les laisse de côté car je sais que mon audience risque de ne pas comprendre non plus.

Sur le web, il faut des choses faciles à lire et à retenir avec des sources officielles. Si on arrive à ça, le tour est joué 🙂

Bon courage à tous !

Véronique Duong – autoveille@gmail.com

(Je suis toujours à Hong Kong ! =))

Bonjour, bonjour !

En effectuant ma veille informationnelle de ce matin, mon outil de veille technologique m’a rapatriée une superbe infographie qui indique 12 éléments indispensables à mettre en place sur une page d’accueil. Souvent, j’ai remarqué que les pages d’accueil sont pratiquement vides ! Pas de textes, pas de titres, que des images et des liens. Cela n’est pas très bon pour le référencement de cette dernière.

De ce fait, je me suis dit que cette infographie doit être partagée massivement avec la blogosphère et la SEOsphère !

Voici les fameux éléments indispensables :

  1. Un grand titre éditorial (optimisé avec des mots-clés)
  2. Un sous titre éditorial (également optimisé avec des mots-clés)
  3. Un paragraphe qui mentionne l’intérêt de votre site
  4. Des call-to-actions principaux (mettre en valeur les produits et les services phares)
  5. Un paragraphe pour mentionner les caractéristiques principales de vos services et de vos produits
  6. Quelques témoignages des clients
  7. Des indicateurs de succès
  8. Un fil d’Ariane pour faciliter la navigation
  9. Des images de qualité
  10. Une offre de contenus téléchargeables (livres blancs, e-book, etc.)
  11. Une information sur les ressources et les stocks (pour les sites e-commerce)
  12. Des calls-to-actions secondaires

Cette infographie est signée HubSpot :

12 éléments qu'une page d'accueil doit avoir - AUTOVEILLEIl est très rare que je vois toutes ces informations sur une page d’accueil. Souvent avec les design avancés actuels (Parallax, Long Scrolling, etc.), on a pratiquement aucune donnée textuelle sur les pages d’accueil. Juste des images ou des vidéos. Cela est très mauvais pour le référencement naturel.

Je vous conseille de rajouter à minima de textes sur vos pages d’accueil et d’introduction car elles sont importantes pour votre visibilité et votre SEO.

N’hésitez pas à m’écrire si vous souhaitez avoir plus d’informations sur le SEO, l’inbound marketing, etc.

Bon courage à tous !

Véronique Duong – autoveille@gmail.com

Bonjour tout le monde !

Après avoir effectué ma veille stratégique d’informations avec mon logiciel de veille, je suis à nouveau tombée sur une infographie de Neil Patel. Cette fois, l’illustration porte sur l’optimisation du taux de conversion grâce à l’A/B testing. L’auteur de l’infographie estime qu’il y a trop d’individus qui font de l’A/B testing en utilisant les mauvais éléments, en les choisissant le plus souvent « au hasard ». Ils ne consacrent pas assez de temps aux tests aussi. Souvent, il leur suffirait de  5 heures pour avoir réalisé le test en entier (temps estimé pour les phases d’idées à leurs exécutions). C’est beaucoup trop court. Pour tester quelque chose, il faut que cela soit réalisé sur du long terme. Au moins une semaine je dirais.

Dans l’illustration, on peut également y lire les différentes parties d’un site qui sont souvent testées : les titres, le design / layout, les formulaires, les contenus textuels (articles, news, etc.) ou encore les contenus multimédias.

En même temps, lors des tests, il faudrait se poser les questions suivantes :

  • Que s’est-il passé ? (ex : les changements ? l’évolution ? positive ? négative ?)
  • Comment répartir le succès d’un élément sur les autres du site ? (meilleur maillage interne ? meilleure ergonomie ? etc.)
  • Comment clarifier ses offres en tenant compte des idées / visions des visiteurs ?

Quand un test est bien effectué, le taux de conversion peut évoluer très positivement et avoir une augmentation pouvant aller jusqu’à 49% ! Pour les sites e-commerce, le revenu moyen peut être booster de 50% également, ce qui est très bien !

Neil Patel nous donne aussi quelques étapes pour implémenter correctement un A/B testing :

  1. Définir les points pour améliorer le taux de conversion et se fixer des objectifs (on pourra commencer le test avec les 5 pages ayant le plus de taux de rebond, d’abandon ou les 5 pages les plus populaires du site)
  2. Établir des points de comparaison (regardez vos métriques ou statistiques à mesurer et prenez des photos à date)
  3. Former des hypothèses de tests
  4. Mesurer vos tests en commençant par de petits changements. Si vous changez trop de choses à la fois, vous n’allez plus savoir qu’est ce qui aurait impacter les résultats finaux. De plus, n’arrêtez pas vos tests trop tôt
  5. Faire tourner le test ! Un test devrait durer plus d’une semaine, mais pas plus de deux mois

L’auteur livre aussi quelques outils à utiliser pour faire les tests : Google Analytics, Qualaroo, CrazyEgg, VWO & Optimizely

Pour finir, l’optimisation du taux de conversion ne se résume pas uniquement à de l’A/B testing. D’après Kathy Sierra, il faut aussi se poser les questions suivantes par rapport à un site :

  • Est-il fonctionnel ?
  • Est-il accessible ?
  • Est-il ergonomique / facile à utiliser ?
  • Est-il intuitif ?
  • Est-il convaincant ? Donne t-il confiance aux acheteurs ou aux visiteurs ?

Pour être sûr de réussir à optimiser les taux de conversions, il faut vraiment se baser sur les retours des visiteurs et les données afin de définir des schémas plus appropriés (tunnel de conversion, landing pages, etc.) pour ces derniers.

Optimiser son taux de conversion - Analytics - AUTOVEILLE

Cette infographie m’a bien aidée à structurer mes idées si je veux lancer un A/B testing. Actuellement, je suis en train de travailler sur du SEA pour le site de ma société et je dois faire des tests pour voir comment je pourrais améliorer les conversions.

Cette illustration tombe vraiment bien. Je vais pouvoir mieux définir les métriques à surveiller et surtout faire attention à ne pas changer trop de choses à la fois pour savoir ce qui a réellement impacté les résultats.

Qu’en pensez-vous de cette infographie ? Faites-vous de l’A/B testing ? Si oui, avez-vous des astuces à partager aussi ?

Cela me ferait plaisir que vous laissez des commentaires sur vos tests, qu’est ce qui a marché ? (ou pas), et pourquoi ? etc. 🙂

Merci beaucoup et bon courage à tous !

Véronique Duong – autoveille@gmail.com

Bonjour tout le monde !

Mon blog a été récemment sélectionné pour devenir partenaire de l’événement très connu dans le monde du Search … j’ai nommé SMX France ! L’édition 2015 se déroulera en juin à Paris. Pour ceux qui ne connaissent pas ce qu’est SMX, voici une petite présentation de cet événement :

Ce sont des conférences liées au domaine du Search (SEO, SEA, etc.) qui sont tenues sur quelques journées de l’année (cette année se sera deux jours en juin – le 8 et 9 juin 2015 pour être exacte). Pour y assister, il faut s’inscrire sur le site pour acheter les billets d’entrée ! Si vous êtes intéressés par ces conférences riches en connaissances et en partage d’informations (mieux que de la veille informationnelle pour tout savoir sur les tendances, les prédictions des experts ;)), je vous conseille de vous y inscrire ci-dessous.

De plus si vous faites l’inscription via mon blog, vous pouvez bénéficier d’une réduction de 15% en utilisant le code promo VEILLE15 :

SMX France 2015 - Paris - AUTOVEILLEJe vous conseille aussi de vous rendre sur le site pour en savoir plus sur cet événement : http://smxfrance.com/presse/

Si j’ai le temps, j’aimerais vraiment participer à cette édition pour voir comment cela va se passer et je suis certaine que je vais apprendre de nombreuses choses intéressantes et rencontrer des spécialistes de ce milieu qui viennent du quatre coins du monde ! Je vais déjà réserver ces deux dates et espérer qu’à ce moment là je ne serais pas trop chargée. Si vous êtes intéressés par le Search, je vous conseille vraiment d’y participer, cela en vaudrait la peine.

Pour connaître tous les partenaires de cet événement, rendez-vous sur ce lien : Blogueurs Partenaires

En cas de questions, n’hésitez pas à m’écrire à autoveille@gmail.com et je tenterais de vous répondre au plus vite !

Bon courage à tous !

Véronique Duong – autoveille@gmail.com

Bonjour tout le monde !

En veillant stratégiquement et en lisant à nouveau de blog de Neil Patel, j’ai encore trouvé une superbe infographie ! Celle-ci m’a particulièrement intéressée parce qu’elle parle des moments qui nous permettent d’avoir plus d’inspiration pour rédiger des articles, des publications, etc. Comme je rédige très régulièrement, j’ai besoin sans cesse d’inspiration pour rester créative. Il m’arrive parfois de ne plus savoir quoi écrire (comme tout le monde !) et je me rends compte que cela m’arrive souvent en fin de journée.

La plupart du temps, je rédige mes articles dans la matinée (comme maintenant :)) et je suis vraiment très productive. Je peux enchaîner plusieurs tâches sans prendre de pause. Mais souvent vers 17h30 / 18h, je peux ressentir un certain « vide ». Cependant, en quittant mon travail, dans les transports ou en faisant du shopping (oui, j’en fais souvent après le travail pour prendre l’air), je retrouve de l’inspiration, des idées.

D’après l’illustration de Neil Patel, il existe deux type de personnes : celles qui sont du matin (mon cas), et celles qui sont productives le soir. Mais le plus souvent, les individus trouvent de l’inspiration en pratiquant ces activités suivantes :

  • La douche
  • La conduite
  • La course ou le jogging
  • En rêvant 🙂

Ces activités permettent à notre corps de produire de la dopamine et notre esprit est distrait pendant ces moments. Nous ne sommes pas sous tension, et on arrive à réfléchir et à penser plus « ouvertement ». C’est vrai que lorsque je suis au sport ou sous la douche, j’ai beaucoup d’idées qui m’arrivent ! Et vous ? Est-ce que vous êtes plus inspirés lorsque vous pratiquez l’une de ces activités ?

D’après l’infographie, le matin :

  • nous avons beaucoup plus de volonté et de force
  • nous sommes plus créatifs
  • nous sommes normalement dans une meilleure humeur
  • nous permet de nous créer de bonnes habitudes

L’astuce serait d’utiliser le matin pour rédiger car on est beaucoup plus en forme et productif ! (ne regardez pas vos mails, FB, etc. Faites le après la rédaction. Je fais souvent ça. Je lis mes mails après).

Et le soir :

  • nous avons moins de distractions (je ne suis pas tout à fait d’accord, parfois le soir, il y a plus de distractions que le matin (TV, chats virtuels, etc.), mais ce sont des distractions que nous pouvons facilement gérer. Neil Patel doit parler des distractions professionnelles (interruptions à cause de demandes imprévues, etc.)
  • nous sommes plus inspirés après une journée riche (en boulot ou en émotion 😉 )
  • nous avons l’esprit plus tranquille car nous n’avons pas d’autres tâches qui nous attendent

Mon astuce pour le soir serait de noter toutes les idées qui nous passent par la tête pour faire des recherches le lendemain et y rédiger des articles.

Voici l’infographie en question :

Meilleurs moments pour rédiger un article - AUTOVEILLE

Cette infographie m’a beaucoup amusée ! En tout cas, si vous avez des problèmes d’inspiration, je vous recommande aussi de faire de la veille informationnelle. Sur le web, on peut découvrir des tonnes de choses intéressantes (vu qu’on est dans l’ère du Big Data, il n’y a pas de raison de ne pas trouver des informations), et s’en inspirer.

Qu’avez-vous pensé de cette infographie ? Comment trouvez-vous votre inspiration ? Que faites-vous quand vous n’êtes pas inspirer ?

N’hésitez vraiment pas à partager vos astuces ! Cela serait super pour chacun d’entre nous 🙂

Bon courage à tous !

Véronique Duong – autoveille@gmail.com

%d blogueurs aiment cette page :