archive

Big Data

Bonjour tout le monde !

En effectuant ma veille informationnelle avec mon crawler web stratégique, je suis tombée sur une infographie très intéressante portant sur 3 zones à explorer et à surveiller pour le SEO dans l’avenir. L’illustration est en français, et du coup je n’ai pas besoin de la traduire ! Mais je vais tout de même mentionner les 3 voies qui doivent attirer toute votre attention dès maintenant :

  1. AppStore Optimization : optimiser les app pour être classé premier dans le Store ! Tout comme les sites web
  2. DataMining : collecter un maximum de données pour orienter votre stratégie SEO-UX vers une stratégie ultra approfondie
  3. Être User-friendly : avoir un site qui répond à l’expérience utilisateur et qui soit ergonomique. Un site, qui est compréhensif par les utilisateurs, a plus de chance d’attirer des internautes, des clients et de convertir

Voici la petite illustration ci-dessous (qui sait qui est l’auteur de cette image ? merci !)

3 voies a explorer pour l'avenir du SEO AUTOVEILLE

Le SEO est en constante évolution, et on n’est plus du tout à la période du remplissage des méta tags avec des mots-clés (so old school … même si faut le faire !).

Maintenant, ce sont le contenu, le design, l’ergonomie du site qui vont faire qu’il sera populaire ou non auprès des internautes. Faites vous connaître non pas qu’avec le SEO, mais aussi tous les moyens qui s’offrent à vous : réseaux sociaux, publications, vidéos, etc. Votre site doit être optimiser pour que les internautes puissent vous retrouver plus facilement dans les moteurs de recherche. Mais le SEO seul, ne marche pas. Il faut différents canaux.

Si vous avez des questions concernant le SEO Google, le SEO Baidu, l’e-réputation, etc. n’hésitez pas à m’écrire à autoveille@gmail.com

Bon courage à tous !

V̩ronique Duong РConsultante SEO certifi̩e CESEO

Publicités

Bonjour tout le monde !

Je ne pensais jamais vous parler du langage R sur ce blog ! Pour moi, R était un outil que j’ai utilisé en Master 2 d’Ingénierie Linguistique, et que je ne m’en servirais pas pour le SEO ou le monde professionnel … eh bah non ! R est un outil pour calculer, gérer les statistiques, et il s’avère très puissant et plus flexible que certains outils sur le marché !

J’ai mis en place une petite veille informationnelle pour voir les publications qui remontent sur R, et mon logiciel de veille a crawlé une infographie sur les caractéristiques de R, et ça tombe parfaitement bien. L’illustration est signée IntelliPaat (agence digitale de big data et de e-learning indienne).

Pourquoi faut-il utiliser le langage R ?

  1. C’est Open-source et le logiciel couvre un large éventail de calculs statistiques
  2. Comparable et même supérieur à certains outils payants sur le marché
  3. Disponible pour Windows, Linux et Mac
  4. En plus des opérations statistiques, c’est une Konsole, donc un outil de programmation, qui automatise vos analyses et qui crée de nouvelles fonctions
  5. Structure de programmation orientée objet (POO)
  6. Les données sont enregistrées par session, donc pas besoin de les ressaisir à chaque fois
  7. Comme c’est un outil open-source, il y a une vague communauté de statisticiens qui l’utilisent et qui sont prêts à vous aider

Voici l’infographie en question :

Langage R : les caractéristiques - SEO - AUTOVEILLE

J’ai retrouvé mes cours de M2 sur R, et on s’en servait surtout pour calculer la fréquence des mots-clés dans des corpus, on faisait des matrices, des graphes, etc. Voici un petit extrait d’un de mes exercices à l’époque :

Langage R - Statistiques textuelles - AUTOVEILLE

Cela fait 5 ans que je n’en ai pas fait, mais je vais m’y remettre ! C’est un langage que je connais, et je ne veux pas laisser passer cette opportunité ! 🙂

Et vous ? programmez-vous en R ?

Si vous avez la moindre question sur le traitement automatique des langues, le SEO, l’automatisation de la veille stratégique, etc. écrivez-moi à autoveille@gmail.com

Bon courage à tous !

V̩ronique Duong РConsultante SEO certifi̩e CESEO

 

Bonjour tout le monde !

Avant-hier, je vous parlais de Big Data et de TaoBao, comment grâce à ses masses de données, on arrive à déterminer quels sont les secteurs plus privilégiés par les chinois. Aujourd’hui, je reviens avec un article sur le Big Data, toujours, mais en vous montrant comment on peut augmenter ses ventes grâce à une bonne collecte de données, de crawl du web et de la veille informationnelle stratégique pour anticiper les choses …

L’infographie ci-dessous a été réalisée par Lattice en 2013. Tous les ans, chaque entreprise n’a qu’un seul objectif : augmenter le CA ! Pour cela, elles se focalisent sur ces 4 points :

  • Faire entrer des nouveaux comptes, clients
  • Augmenter l’efficacité des ventes
  • Augmenter le taux de pénétration des comptes
  • Optimiser la génération des leads

Les commerciaux et les marketeurs devraient travailler ensemble pour augmenter efficacement les ventes et gagner … plus d’argent au final, et avoir un meilleur budget. Les plus gros problèmes observés sont :

  • 67% des entreprises luttent pour générer des leads
  • 59% doivent améliorer l’incubation des leads

Comment faire pour changer cela ?

  1. Armez les équipes commerciales de données importantes sur les futurs leads, trouvez leurs points faibles
  2. Priorisez certains comptes, et se concentrez sur ces derniers d’abord
  3. Développez des contenus et donnez des formations aux équipes commerciales pour les soutenir et accélérer les ventes

Voici l’infographie ci-dessous :

Augmenter ses revenus avec le Big Data - AUTOVEILLE

On voit à travers cette infographie que le Big Data ou plutôt les bonnes données, les bonnes informations fournies aux commerciaux peuvent changer la donne, et accélérer les ventes et les signatures de contrats. J’aime beaucoup travailler sur le Big Data, la veille informationnelle, le crawl des contenus, l’e-réputation des marques, etc. pour en faire quelque chose d’utile ! Eh oui, il n’y a pas que le SEO que j’aime 🙂

En tout cas, si vous avez des questions sur mes outils de crawl, mes logiciels de veille ou encore sur le SEO chinois ou sur Google, écrivez-moi à autoveille@gmail.com !

Bon courage à tous !

V̩ronique Duong РConsultante SEO certifi̩e CESEO et passionn̩e par le TAL !

Bonjour tout le monde !

En effectuant ma veille informationnelle avec mon outil de veille stratégique automatisé, je suis tombée sur une infographie portant sur le Big Data vu par TaoBao, et qui nous donne des statistiques pour les éléments que les chinois payent par an !

L’illustration a été réalisée par TaoBao et CNB Data, et traduite en anglais par chinaskinny, une agence située à Shanghai. Elle est très longue, et je ne vais pas mettre tous les points détaillés ici, mais uniquement les points les plus importants. Alors, dans quels domaines les chinois dépensent-ils le plus ?

Le top des catégories est la santé ! Les mots-clés comme « sans OGM », « Bio », etc. sont souvent tapés dans TaoBao. Les produits les plus vendus sont les noix, les produits laitiers, etc. Ensuite, vient la catégorie de la « Tradition » : les chinois recommencent à adopter le style traditionnel avec les robes chinoises, les cheongsam, etc. En troisième position, on retrouve les objets connectés ou liés à l’intelligence artificielle.

Sinon le top 8 des secteurs sont :

  1. Le design intérieur, home, où les consommateurs principaux sont féminins
  2. La maternité et les enfants
  3. Les cosmétiques, maquillage et soin
  4. Les appareils électroménagers
  5. Les activités sportives en salle ou à la piscine
  6. Les chaussures et les sacs (maroquinerie)
  7. La mode et le style (Japonais, Coréen, etc.)
  8. La nourriture (qui doit être de top qualité maintenant !)

A travers ce type d’infographies, on constate que les chinois sont de plus en plus exigeants ! Ils recherchent de la finesse, font attention à leurs santés, veulent bien manger, veulent le confort, et optent pour une bonne qualité de vie. Il faut donc proposer à une clientèle chinoise des produits correspondant leurs demandes.

Je vous laisse découvrir en détails cette infographie, ci-dessous :

 

Taobao Tmall E-commerce en Chine 2015-2016 AUTOVEILLE

Qu’avez-vous pensé de cette infographie ? N’hésitez pas à commenter, à me laisser un avis sur ma veille, et à m’écrire à autoveille@gmail.com si vous avez des questions sur le SEO chinois sur Baidu, le SMO chinois avec Weibo et WeChat, etc.

Bon courage à tous !

V̩ronique Duong РConsultante SEO certifi̩e CESEO

Bonjour tout le monde !

C’est en effectuant ma veille informationnelle stratégique avec mon logiciel de veille que je suis tombée sur une nouvelle infographie très intéressante de Neil Patel. Cette dernière porte sur la réussite des tests d’A/B testing grâce aux données auxquelles on peut y accéder comme les éléments de Google Anaytics, la rapidité d’un site, les sondages de qualité mis en place, etc.

Lorsqu’on met en place un A/B testing, il ne faut pas penser aux tactiques comme changer un bouton, changer un titre, etc. mais il faut avoir une mentalité portant sur le changement du procédé en général, sur notre façon de faire actuelle, et sur celle qu’on voudrait mettre en place demain.

L’auteur nous donne également des astuces pour collecter les données qui vont nous servir pour mesurer l’efficacité du test et créer un plan d’action :

1. Faire des analyses heuristiques (malgré que les expériences vont être réalisées dans un cadre le plus optimal possible, il n’est pas garanti que les résultats seront ceux attendus). Il faut se poser les questions suivantes lors ces analyses :

  • Pertinence : est-ce que la page web correspond aux attentes des utilisateurs ?
  • Clarté : est-ce que les informations données sur cette page sont très claires ?
  • Valeur : est-ce que les informations communiquées apportent quelque choses aux internautes ?
  • Doute : quels éléments pourraient mettre en doute la confiance des visiteurs sur cette page ?
  • Distraction : qu’est ce qui empêcherait l’internaute à passer à l’action sur la page ?

2. Faire des analyses techniques (si les problèmes techniques sont réglés, le trafic peut exploser et générer une tonne de ventes)

  • Regardez dans Google Analytics où est-ce que les internautes arrivent, depuis quels appareils et navigateurs
  • Analysez pour voir si un navigateur pourrait moins bien convertir qu’un autre (IE8 VS Firefox, par exemple)
  • Utilisez des services comme CrossBrowserTesting et BrowserStack pour trouver les problèmes
  • Mesurez le temps de chargement des pages et comparez

3. Faire des analyses web-analytics (les données en elles-même n’ont pas de sens, il faut les contextualiser en se posant des questions comme « quoi ? », « où ? », « quand ? » et « combien ? »

Avec Analytics, vous devez trouver ce que les gens viennent faire sur votre site, l’impact de la performance d’un widget, d’une page, etc. pour votre site et quelle page ne génère pas assez de revenus.

4. Faire des analyses de « mouse tracking » pour voir où est-ce que les internautes cliquent le plus souvent

5. Faire des sondages de qualité (cela va permettre de voir concrètement quels sont les doutes, les craintes, les hésitations des internautes sur votre site ou sur une page spécifique)

6. Faire des tests d’expérience utilisateur (il faut observer ce que les gens font actuellement sur votre site et comment ils interagissent avec ce dernier)

7. Centraliser toutes les informations ci-dessus et en faire un plan d’action 🙂 !

Voici l’infographie de Neil Patel en question :

Réussir son A/B testing avec des données accessibles - AUTOVEILLE

J’aurais quelques questions pour mes lecteurs : avez-vous déjà fait de l’A/B testing ? Est-ce que vos tests ont fonctionné ? Avez-vous suivi des étapes similaires à celles citées dans cet article et l’infographie ?

N’hésitez pas à commenter et à partager votre expérience, je serais ravie de vous lire !

Bon courage à tous,

V̩ronique Duong Рautoveille@gmail.com

Bonjour tout le monde !

En effectuant ma veille informationnelle avec mon logiciel de veille, ce dernier m’a rapatrié une nouvelle infographie très intéressante de Neil Patel sur le storytelling ! Récemment, j’avais déjà rédigé un article sur la science du storytelling, mais les piqûres de rappel ne font jamais de mal !

D’après beaucoup d’experts dans le domaine de l’e-marketing, le storytelling est une méthode très efficace pour convaincre les internautes. Un contenu attirant et convaincant va être le facteur qui va déclencher une conversion (ou non) auprès des internautes. Mais pourquoi le storytelling est une méthode aussi efficace ? Regardez et écoutez autour de vous. La plupart du temps, les gens racontent leurs vies, leurs histoires, des gossips et cela intéresse les autres (ou pas) de connaître les détails de la vie d’une personne.

Et ici, c’est la même chose pour les entreprises ! Si les discours sont moins professionnels et un peu plus personnels, les internautes pourraient sentir une proximité plus forte entre eux et la société en question, et pourraient être convaincus par les services ou les produits de cette dernière. Et pour convaincre, il faut « prouver » avec des expériences, créer des histoires convaincantes avec des « preuves à l’appui ». Un conseil, je vous recommande d’utiliser des histoires vraies (témoignages, votre vécu, les réunions avec les clients, etc.)

On peut utiliser des histoires pour influencer la décision de notre audience en les faisant penser que votre idée est également leurs propres idées. Il faut alors de les convaincre émotionnellement. Il faut stimuler la partie du cerveau qui s’appelle « l’insula » ou le « cortex insulaire » (représentant nos sentiments : inspiration, peur, joie, dégoût, douleur).

L’utilisation des métaphores peut être un bon moyen pour engager l’audience. Plus les métaphores sont frappantes, plus elles seront engageantes.

Les histoires peuvent améliorer l’engagement et activer la partie du cerveau qui contrôle les sens et les mouvements.

Il y a aussi des termes à éviter dans une stratégie de storytelling : « responsabilité », « créativité », « proactif », ou encore « une dure journée », « maladroit », « on ne va pas mentir ». Racontez des histoires vraies vous évitera de tomber dans le « mensonge », le « publicité mensongère ».

Voici l’infographie en question de Quicksprout :

Storytelling, une méthode efficace pour convaincre - AUTOVEILLE

J’ai beaucoup aimé cette infographie. Parmi toutes les illustrations que j’ai vues sur le storytelling, celle-ci me parait la plus éducative pour le moment. Qu’en avez-vous pensé ? Employez-vous des stratégies de storytelling dans votre campagne marketing ?

N’hésitez pas à partager votre expérience avec nous dans les commentaires !

Bon courage à tous !

V̩ronique Duong Рautoveille@gmail.com

Bonjour tout le monde !

Après avoir effectué ma veille stratégique d’informations avec mon logiciel de veille, je suis à nouveau tombée sur une infographie de Neil Patel. Cette fois, l’illustration porte sur l’optimisation du taux de conversion grâce à l’A/B testing. L’auteur de l’infographie estime qu’il y a trop d’individus qui font de l’A/B testing en utilisant les mauvais éléments, en les choisissant le plus souvent « au hasard ». Ils ne consacrent pas assez de temps aux tests aussi. Souvent, il leur suffirait de  5 heures pour avoir réalisé le test en entier (temps estimé pour les phases d’idées à leurs exécutions). C’est beaucoup trop court. Pour tester quelque chose, il faut que cela soit réalisé sur du long terme. Au moins une semaine je dirais.

Dans l’illustration, on peut également y lire les différentes parties d’un site qui sont souvent testées : les titres, le design / layout, les formulaires, les contenus textuels (articles, news, etc.) ou encore les contenus multimédias.

En même temps, lors des tests, il faudrait se poser les questions suivantes :

  • Que s’est-il passé ? (ex : les changements ? l’évolution ? positive ? négative ?)
  • Comment répartir le succès d’un élément sur les autres du site ? (meilleur maillage interne ? meilleure ergonomie ? etc.)
  • Comment clarifier ses offres en tenant compte des idées / visions des visiteurs ?

Quand un test est bien effectué, le taux de conversion peut évoluer très positivement et avoir une augmentation pouvant aller jusqu’à 49% ! Pour les sites e-commerce, le revenu moyen peut être booster de 50% également, ce qui est très bien !

Neil Patel nous donne aussi quelques étapes pour implémenter correctement un A/B testing :

  1. Définir les points pour améliorer le taux de conversion et se fixer des objectifs (on pourra commencer le test avec les 5 pages ayant le plus de taux de rebond, d’abandon ou les 5 pages les plus populaires du site)
  2. Établir des points de comparaison (regardez vos métriques ou statistiques à mesurer et prenez des photos à date)
  3. Former des hypothèses de tests
  4. Mesurer vos tests en commençant par de petits changements. Si vous changez trop de choses à la fois, vous n’allez plus savoir qu’est ce qui aurait impacter les résultats finaux. De plus, n’arrêtez pas vos tests trop tôt
  5. Faire tourner le test ! Un test devrait durer plus d’une semaine, mais pas plus de deux mois

L’auteur livre aussi quelques outils à utiliser pour faire les tests : Google Analytics, Qualaroo, CrazyEgg, VWO & Optimizely

Pour finir, l’optimisation du taux de conversion ne se résume pas uniquement à de l’A/B testing. D’après Kathy Sierra, il faut aussi se poser les questions suivantes par rapport à un site :

  • Est-il fonctionnel ?
  • Est-il accessible ?
  • Est-il ergonomique / facile à utiliser ?
  • Est-il intuitif ?
  • Est-il convaincant ? Donne t-il confiance aux acheteurs ou aux visiteurs ?

Pour être sûr de réussir à optimiser les taux de conversions, il faut vraiment se baser sur les retours des visiteurs et les données afin de définir des schémas plus appropriés (tunnel de conversion, landing pages, etc.) pour ces derniers.

Optimiser son taux de conversion - Analytics - AUTOVEILLE

Cette infographie m’a bien aidée à structurer mes idées si je veux lancer un A/B testing. Actuellement, je suis en train de travailler sur du SEA pour le site de ma société et je dois faire des tests pour voir comment je pourrais améliorer les conversions.

Cette illustration tombe vraiment bien. Je vais pouvoir mieux définir les métriques à surveiller et surtout faire attention à ne pas changer trop de choses à la fois pour savoir ce qui a réellement impacté les résultats.

Qu’en pensez-vous de cette infographie ? Faites-vous de l’A/B testing ? Si oui, avez-vous des astuces à partager aussi ?

Cela me ferait plaisir que vous laissez des commentaires sur vos tests, qu’est ce qui a marché ? (ou pas), et pourquoi ? etc. 🙂

Merci beaucoup et bon courage à tous !

V̩ronique Duong Рautoveille@gmail.com

%d blogueurs aiment cette page :