archive

Archives de Tag: ingénierie linguistique

Bonjour tout le monde !

Dans un autre article, je vous expliquais que j’utilisais des ontologies sémantiques pour créer des relations sémantiques entre les pages d’un site (surtout depuis le menu), et aujourd’hui, je vais vous parler d’une autre notion en linguistique, la taxinomie 🙂

Déjà, qu’est ce que c’est que la taxinomie en linguistique ? Voici une définition scientifique du terme : « Classification d’éléments, de suites d’éléments formant des listes qui permettront, par leurs règles de combinaison, de rendre compte des phrases d’une langue (d’apr. Ling. 1972). » Source : http://www.cnrtl.fr/lexicographie/taxinomie

Il ne faut pas confondre la taxinomie et la taxonomie. C’est effectivement deux choses différentes : La taxinomie concerne plus spécialement les questions de classification, tandis que la taxonomie se rapporte strictement aux questions de nomenclature, de liste.

On rencontre très souvent des taxinomies en biologie et dans le monde scientifique.

Voici un exemple de taxinomie des bactéries :

classification-taxonomie-des-bacteries-autoveille

Source : http://andryrasamindrakotroka.e-monsite.com/medias/album/classification-taxonomie-des-bacteries-5.jpg

Comme pour les ontologies, on part du plus générique au plus spécifique. Mais vous allez vous demander ce qu’est la différence entre ontologies et taxinomies. Voici les définitions des deux termes :

L’ontologie est faite pour décrire le monde tel qu’il est. L’ontologie cherche à décrire de façon formelle un domaine de connaissance, en identifiant les types d’objets de ce domaine, leurs propriétés et leurs relations. En SEO, c’est plutôt les ontologies qu’on utilise car on est dans un mode de « relations » (et plus exactement de « relations sémantiques »).

Exemple d’ontologie où on voit les liens sémantiques :

ontologie-liens-semantiques-SEO-vduong

Source : upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b1/Mason-ontology.png

La taxinomie est fait pour classer des ressources dans des dossiers, des catégories. En d’autres termes, elle désigne la « science de la classification » et par extension tout système de classification/catégorisation. Donc, en SEO, les taxinomies peuvent nous aider bien structurer un site par exemple, en classant les différentes pages, à différents niveaux.

Ce sont vraiment deux concepts différents en linguistique qui peuvent être très intéressants à appliquer en SEO comme vous pouvez le constater là.

Si cela vous intéresse, je vous ferais aussi un petit article sur les mesures de Rappel et Précision que j’ai adorées utiliser en Master pour faire des statistiques textuelles !

Bon courage à tous !

V̩ronique Duong РConsultante SEO certifi̩e et passionn̩e

Publicités

Bonjour tout le monde !

Quand j’étais étudiante en ingénierie linguistique, on a eu des cours et des projets pour nous apprendre à construire des ontologies sémantiques pour un domaine donné.

On travaillait beaucoup sur de la terminologie et de l’analyse sémantique. J’aimais beaucoup ça, et c’est vrai que grâce au SEO, je refais parfois des ontologies, c’est-à-dire des graphes représentant des relations sémantiques. Cela ressemble à ça :

Ontologie - Graphe relations sémantique - AUTOVEILLE

Source : http://theses.ulaval.ca/archimede/fichiers/24629/24629_9.png

En SEO, on part aussi du plus générique au plus spécifique. Quand je dois établir une étude de mots-clés pour un site, je pars de son menu (souvent il contient les termes plus génériques), et plus on va en catégories et sous-catégories, plus on aura des choses spécifiques. Par exemple, pour un site sur les VTT, on peut avoir une ontologie sémantique comme celle-ci qui est assez bien détaillée :

ontologie-vduong-web-semantique-VTT

Source : http://www.referencement-naturel-white-hat.fr/images/cocon-semantique-type.png

Cela permet de relier toutes les pages entre elles, et d’avoir un super maillage interne aussi !

Si vous n’avez pas fait ce travail de relation sémantique entre vos pages, vous pourriez commencer à y songer car c’est important pour les utilisateurs (thématiques précises) comme pour les moteurs de recherche. Un tel maillage sémantique entre vos pages va vous permettre d’atteindre des scores sémantiques beaucoup plus intéressants. Pour trouver les mots-clés spécifiques, j’utilise le Keyword Planner.

Si vous voulez savoir la formation que j’ai faite en Master, c’est le Master Conception de Documentation Multilingue et Multimédia et le Master Ingénierie Linguistique

Une question ? écrivez moi à autoveille@gmail.com ou vduong@rankwell.fr

Bon courage à tous !

Véronique Duong – Consultante SEO certifiée CESEO 2014  et Ingénieure Linguiste (de formation)

Bonjour tout le monde !

Récemment, je sens que de plus en plus de monde veulent arrêter le SEO pour faire autre chose, pour faire un métier plus « fondé » sur quelque chose, sur une « science plus exacte ». C’est vrai que, nous, les SEO sont actuellement en train de se battre contre des algorithmes qu’on ne connait pas, et il faut justifier des hausses et des baisses à longueur de journée, et au bout d’un moment, cela ne paraît vraiment pas « concret ».

Personnellement, je crois toujours au SEO pour le moment, car pour moi tant que les moteurs de recherche existent, tant que des sites web existent, le SEO EXISTERA toujours. D’ailleurs, je n’ai jamais dit pourquoi je me suis spécialisée sur Baidu. Auparavant, je ne travaillais que sur Google comme la plupart d’entre vous, mais un jour je me suis dit « attends, tu parles chinois, tu connais le SEO assez bien maintenant, tu peux te spécialiser sur un autre moteur de recherche, au cas où si … Google disparaît ou change carrément sa méthode de fonctionnement » (bon ça m’étonnerait … mais on ne sait jamais !). Je me dis qu’il faut toujours avoir deux spécialités, au moins. Je les ai. Mais ce n’est pas suffisant.

le-futur-seo-autoveille

Faire du SEO, c’est cool, j’audite, je vois des problèmes, je donne des recommandations, mais je suis encore trop dépendante d’une agence technique qui ne veut pas se bouger, trop dépendante du marketing qui doit valider les recommandations, et si les changements ne sont pas mis en place, les résultats ne sont pas là. Et je sens que ce n’est pas concret parfois.

Donc, j’ai décidé de bifurquer un peu, et de devenir une auteure de livres, une conférencière, une chargée de TD dans une université pour des étudiants en Master 2, de donner des formations, et surtout je me tourne vers le content marketing / la rédaction web. Mais je reste dans la lignée du SEO.

Si un jour le SEO disparaît (ce que je ne souhaite absolument pas), je ferais de la rédaction technique (j’avais de très bonnes notes dans cette matière en Master 1 haha) ou de l’ingénierie linguistique pure et dure (et en plus j’aime beaucoup ça, et j’ai un diplôme de Master en TAL), de la PAO, du print car j’ai une Maîtrise en Conception de Documentation Multilingue et Multimédia. Pour moi, ce sont des disciplines plus concrètes. Mais bon, on n’en est pas là, et je crois sincèrement qu’on progresse plutôt qu’on régresse en SEO.

Je ferai toujours du SEO, mais je veux faire ressortir en moi toutes les compétences que j’ai pour m’ouvrir d’autres portes au cas où … ingénierie linguistique (chef de projet R&D pour proposer des concepts et des idées innovantes), content marketing, vidéo marketing, la rédaction web, être une conférencière / digital evangelist à part entière, etc.

Je sais, ça fait un peu « trouillard » comment je m’exprime dans cet article, mais il faut se projeter et penser à long terme. Voir plus loin.

Si vous souhaitez donner votre avis sur le SEO, je vous invite vivement à le faire dans les commentaires 🙂

Bon courage à tous,

V̩ronique Duong РConsultante SEO certifi̩e CESEO 2014

Bonjour tout le monde !

Je ne pensais jamais vous parler du langage R sur ce blog ! Pour moi, R était un outil que j’ai utilisé en Master 2 d’Ingénierie Linguistique, et que je ne m’en servirais pas pour le SEO ou le monde professionnel … eh bah non ! R est un outil pour calculer, gérer les statistiques, et il s’avère très puissant et plus flexible que certains outils sur le marché !

J’ai mis en place une petite veille informationnelle pour voir les publications qui remontent sur R, et mon logiciel de veille a crawlé une infographie sur les caractéristiques de R, et ça tombe parfaitement bien. L’illustration est signée IntelliPaat (agence digitale de big data et de e-learning indienne).

Pourquoi faut-il utiliser le langage R ?

  1. C’est Open-source et le logiciel couvre un large éventail de calculs statistiques
  2. Comparable et même supérieur à certains outils payants sur le marché
  3. Disponible pour Windows, Linux et Mac
  4. En plus des opérations statistiques, c’est une Konsole, donc un outil de programmation, qui automatise vos analyses et qui crée de nouvelles fonctions
  5. Structure de programmation orientée objet (POO)
  6. Les données sont enregistrées par session, donc pas besoin de les ressaisir à chaque fois
  7. Comme c’est un outil open-source, il y a une vague communauté de statisticiens qui l’utilisent et qui sont prêts à vous aider

Voici l’infographie en question :

Langage R : les caractéristiques - SEO - AUTOVEILLE

J’ai retrouvé mes cours de M2 sur R, et on s’en servait surtout pour calculer la fréquence des mots-clés dans des corpus, on faisait des matrices, des graphes, etc. Voici un petit extrait d’un de mes exercices à l’époque :

Langage R - Statistiques textuelles - AUTOVEILLE

Cela fait 5 ans que je n’en ai pas fait, mais je vais m’y remettre ! C’est un langage que je connais, et je ne veux pas laisser passer cette opportunité ! 🙂

Et vous ? programmez-vous en R ?

Si vous avez la moindre question sur le traitement automatique des langues, le SEO, l’automatisation de la veille stratégique, etc. écrivez-moi à autoveille@gmail.com

Bon courage à tous !

V̩ronique Duong РConsultante SEO certifi̩e CESEO

 

Bonjour tout le monde !

Pour continuer sur le sujet des futures tendances, j’ai trouvé, grâce à mon logiciel de veille, une infographie très intéressante  sur l’avenir des moteurs de recherche.

Récemment, j’ai rédigé quelques articles sur l’avenir du search avec la mise en place de l’algorithme Hummingbird, du web sémantique (web 3.0), etc. Vous pouvez lire ces articles sur mon blog AUTOVEILLE Multimédia.

Cette nouvelle infographie indique que le Knowledge Graph va prendre encore plus d’ampleur dans ces prochaines années, les réseaux sociaux seront indispensables pour être visible sur le web (c’est déjà actuellement le cas !), la recherche mobile continuera à croître jusqu’en 2018 (délaissant derrière la recherche sur PC).

Les recherches locales seront aussi très importantes pour le futur du web, pensez donc à vous créer une page Google+ Local dès aujourd’hui si ce n’est pas encore fait, par exemple.

N’oublions pas également l’expérience utilisateur qui est primordial (au final) pour la durée de vie d’un site. Si un site propose un design original, ergonomique et également un contenu intéressant et informatif sur les produits et les services, il aura toutes les chances de marcher et d’avoir un trafic fort.

Sans plus tarder, voici l’infographie en question ! 🙂 Elle a été réalisée par Siteber :

L'avenir des moteurs de recherche SEO et SEA - AUTOVEILLE

 

Je suis très intéressée par les sujets liés au web sémantique, web 3.0, et TF-IDF en ce moment (après en tant qu’ingénieure linguiste, c’est un peu normal me diriez-vous …), mais … vraiment au point de vouloir me remettre à faire de la recherche dessus. Après l’entrepreneuriat, je me lance dans un doctorat ? 🙂 On verra !

Si vous avez besoin de conseils, de guidelines pour vos projets SEO, de veille stratégique, d’ingénierie linguistique, n’hésitez pas à m’écrire à autoveille@gmail.com

Bon courage à tous !

Véronique Duong –

Bonjour tout le monde !

J’espère que votre week-end de l’Assomption était bien ! Le mien était très bien car je reviens de Londres ! 🙂

En revanche, comme je n’avais pas de WiFi dans ma chambre d’hôtel, je n’ai pas pu effectuer de veille informationnelle pendant plus de trois jours, et de ce fait, je n’ai pas touché à mon logiciel de veille … Donc, c’est la petite reprise ce matin.

J’aime beaucoup Londres, et j’essaie d’y retourner le plus souvent possible dès que j’ai un peu de temps. Si une opportunité se présente pour que j’y aille travailler, je ne dirais pas non. Pour l’occasion, j’ai trouvé une petite infographie sympa, qui a été créée par l’agence anglaise Freestyle Interactive, destinée aux débutants en SEO.

D’après les données de cette agence, 32% des internautes cliquent sur le 1er résultat de recherche, 17% sur le 2e résultat et 11% sur me 3e résultat en première page. Cette étude traite aussi de l’algorithme Google Hummingbird qui est le résultat d’une recherche en web sémantique poussée (domaine de l’ingénierie linguistique).

Et en dernier, l’illustration traite des 5 erreurs fréquentes en SEO (à ne pas commettre !) :

  • le Keyword Stuffing
  • le Spam de liens dans les blogs
  • les méta données dupliquées
  • l’ignorance des liens externes de mauvaise qualité
  • l’ignorance des pages 404 ou liens internes brisés

Comprendre le SEO en 60 secondes - AUTOVEILLE

 

Le SEO est un métier qui n’a pas de frontières 🙂

Bon courage à tous !

Véronique Duong –

Bonjour tout le monde !

Je vous propose ce nouvel article suite à la découverte d’une infographie super intéressante lors de  ma veille stratégique d’informations SEO / SMO / SEM. Mon logiciel de veille a en effet récupéré une illustration expliquant comment fonctionnerait Google (crawl, indexation, l’envoi d’une requête des internautes dans sa base de données, matching (= correspondance), etc.).

Elle est très complète à mon avis, et les étapes sont très détaillées. Elle a été réalisée par PPC Blog. L’auteur parle du crawl, de l’indexation, tout en passant par les filtres (déployés en fonction des mots-clés, requêtes, synonymes, etc.) probablement utilisés par le moteur de recherche américain.

Il y a quelques temps, j’avais émis des hypothèses sur le fonctionnement possible des moteurs de recherche, et je pense que cette infographie complète ma recherche. Le moteur crawl et indexe des milliers de pages web, et selon les mots-clés saisis par les internautes qui ont été passé dans les différents filtres (cela me rappelle beaucoup la partie avec egrep dans mon étude), il affiche les résultats dans ses SERP.

Voici l’infographie, zoomez au maximum pour qu’elle soit lisible :

Comment fonctionne Google ? - par AUTOVEILLE

Gardez cette infographie quelque part car je pense qu’elle pourrait être très utile pour illustrer certaines études.

Qu’en pensez-vous de cette infographie ? N’hésitez pas à laisser vos avis et vos points de vue.

Bon courage à tous !

Véronique Duong –

%d blogueurs aiment cette page :