archive

Archives de Tag: Logiciel de veille AUTOVEILLE

Bonjour tout le monde !

Le dernier jour de l’année 2014 est arrivé ! Comme je le dis souvent dans mes news AUTOVEILLE sur mon site dédié à mon logiciel de veille, je ne vois pas le temps passé ! Je suis souvent très (trop) occupée, et les journées passent tellement vite même si elles sont souvent longues. Cette année était chargée, voire très chargée par moment (je me rappelle des journées où je faisais des projets pro et perso en SEO jusqu’à 1h voire 2h du matin !) mais je commence à être un peu fatiguée, et je limite mes journées à 21h maximum.

Pour résumé les bonnes choses qui se sont passées en 2014 :

  • AUTOVEILLE continue à se développer et commence à être assez connu
  • J’ai participé à deux ou trois interviews (prévus pour être publiées en 2015)
  • J’ai obtenu la certification CESEO 2014
  • J’ai eu pas mal de demandes et de projets SEO à gérer (Google, Baidu, 360, Yahoo! Japan … même du Yandex !)
  • J’ai rencontré et discuté avec des personnes connues et intéressantes du domaine !
  • J’ai créé le blog AUTOVEILLE Multimédia que j’alimente occasionnellement
  • J’ai découvert des sources de veille informationnelle très intéressantes ! (pour une veilleuse, c’est même une super nouvelle !)

Et pour résumé les principales tendances en SEO pour 2015, j’ai composé une petite infographie à partir des images de Advanced Web Ranking :

Tendances SEO en 2015 - Résumé - AUTOVEILLE

En 2015, le référencement naturel se focalisera sur :

  • Le contenu de qualité et original
  • L’expérience utilisateur
  • Le temps de chargement qui doit être court
  • Le taux de rebond qui doit être bas
  • Le fait de faire revenir des visiteurs sur le site !

Je suis satisfaite de cette fin d’année 2014 ! Pour 2015, il y aura encore et toujours du travail, des demandes, des projets, mais je souhaiterais aussi rencontrer plus de monde, voyager un peu plus, découvrir d’autres cultures, et je pense que cela ne pourrait que m’aider dans mon quotidien pour gérer des sites multilingues et internationaux !

Et vous ? Quelles sont vos résolutions ?

Je voudrais également remercier tous mes lecteurs et ceux qui m’envoient des mails très sympathiques régulièrement ! Merci pour votre soutien !!

Bon courage à tous et BONNE ANNEE 2015 !! 🙂 🙂

V̩ronique Duong Рautoveille@gmail.com

« We can do it » 😉

Publicités

Bonjour tout le monde !

Nous sommes à la dernière semaine de l’année 2014, et on va clôturer cette année avec un article sur Baidu et le webmarketing en Chine. Cette année, j’ai traité peu d’articles sur le moteur de recherche chinois par rapport à l’année 2013. Enfin, j’ai eu cette impression. Pour en revenir à notre sujet, mon logiciel de veille automatique a trouvé une étude sous forme d’infographie portant sur les tendances actuelles de l’e-commerce chinois et le SEO sur Baidu.

En Chine, les internautes ont un comportement assez différents par rapport à ceux de l’Europe. Par exemple, les chinois sont habitués à avoir un nouvel onglet qui s’ouvre lorsqu’ils cliquent sur un lien. Pour eux, cela est plus « naturel » pour la navigation, comme si chaque lien ouvrait réellement une toute autre page web. Je ne vais pas trop m’attarder sur les points génériques de cette illustration car j’estime que si vous lisez mes articles sur Baidu (haha), vous devriez déjà avoir une petite connaissance sur ce moteur !

De ce fait, je vais directement aux points essentiels de l’infographie qui me paraissent intéressants :

– L’e-commerce en Chine va continuer à croître en 2015 voire jusqu’en 2017 (on pourrait passer de 49% à 71% d’acheteurs en ligne entre 2013 et 2017)

– Le profil de l’internaute moyen qui achète en ligne : Majoritairement des hommes (52% contre 48% de femmes), environ la trentaine, ayant un salaire moyen supérieur à la moyenne de la population, issu d’une grande province / ville comme Pékin, Shanghai, Guangzhou, etc.

РLes moyens de paiement pr̩f̩r̩s : Tenpay, Alipay ou en directement esp̬ces au moment de la livraison (les chinois pr̩f̬rent la derni̬re m̩thode qui semble ̻tre plus s̩curis̩e pour eux)

Voici deux autres points concernant le moteur de recherche Baidu :

– Baidu aime les sites qui offrent une bonne expérience-utilisateur, du contenu de bonne qualité, du contenu original (Baidu pénaliserait aussi le Duplicate Content), les taux de clic élevés. Dans l’infographie, on lit que les liens sont moins importants que le contenu maintenant. Mais ce ne serait pas tout à fait vrai. Je pense que les liens ont encore pas mal d’importance pour le moteur chinois. Il faut se concentrer autant sur les liens que sur le contenu à mon avis (et d’après mes tests).

– Baidu n’aime pas les sites spammy, les tendances black-hat, les liens en nofollow, les liens dans les forums et les blogs, les petits sites qui ont plus de 40 liens sortants, etc. En résumé, tout ce qui relève du spam et du black-hat sont mal aimés par le moteur chinois.

En ce qui concerne les positionnements :

  • 60 à 65% des internautes cliquent sur les 10 premiers résultats de recherche
  • entre 20 et 25% d’entre eux cliquent sur ceux de la 2ème page
  • finalement 3 à 4% des individus cliquent sur les résultats de la 3ème page

Voici l’infographie en question qui a été réalisée par l’agence britannique Search Laboratory :

E-commerce chinois et SEO Baidu 2014 - 2015 - AUTOVEILLE

Si vous avez des questions pour optimiser votre site pour les internautes chinois, n’hésitez pas à me contacter pour en parler, échanger, trouver des idées, etc. >> autoveille@gmail.com

Bon courage à tous !

Véronique Duong –

Bonjour à tous,

Dans l’article d’aujourd’hui, nous nous intéressons aux systèmes et aux méthodes d’indexation et de référencement de Google. En effectuant une veille stratégique sur les algorithmes de Google, mon logiciel de veille m’a rapatrié un article très intéressant portant sur le fonctionnement des crawlers et des différents autres composants de Google. Cet article a été rédigé par les deux fondateurs de Google, Sergey Brin et Larry Page. Vous pouvez lire cet article en suivant le lien sur le site de Stanford.edu

Même si les algorithmes du moteur sont confidentiels, grâce au schéma fourni dans l’article, on peut tout de même mieux comprendre comment marche l’indexation chez Google. Dans le livre d’Olivier Andrieu, on peut lire que Google posséderait deux index : un index principal (où il faut absolument y être pour être visible) et un index secondaire (pages dupliquées, pages ayant peu de liens externes, pages « mal liées », etc.).

Voici l’architecture « high level » (comme le décrit les fondateurs) de Google :

Architecture des composants de Google - AUTOVEILLE

 

Source : Stanford (Article rédigé par Sergey Brin et Larry Page)

Voici ce que les fondateurs expliquent par rapport à cette structure [Extrait de l’article] :

In Google, the web crawling (downloading of web pages) is done by several distributed crawlers. There is a URLserver that sends lists of URLs to be fetched to the crawlers. The web pages that are fetched are then sent to the storeserver. The storeserver then compresses and stores the web pages into a repository. Every web page has an associated ID number called a docID which is assigned whenever a new URL is parsed out of a web page. The indexing function is performed by the indexer and the sorter. The indexer performs a number of functions. It reads the repository, uncompresses the documents, and parses them. Each document is converted into a set of word occurrences called hits. The hits record the word, position in document, an approximation of font size, and capitalization. The indexer distributes these hits into a set of « barrels », creating a partially sorted forward index. The indexer performs another important function. It parses out all the links in every web page and stores important information about them in an anchors file. This file contains enough information to determine where each link points from and to, and the text of the link.

The URLresolver reads the anchors file and converts relative URLs into absolute URLs and in turn into docIDs. It puts the anchor text into the forward index, associated with the docID that the anchor points to. It also generates a database of links which are pairs of docIDs. The links database is used to compute PageRanks for all the documents. […]

Pour résumer en français, le crawling est effectué par différents robots. Il y a un « URLserver » qui envoie une liste d’URLs à extraire aux crawlers. Ces URLs seront ensuite envoyées dans le « storeserver ». Puis le storeserver compresses et stockes les pages web (URLs) dans un « entrepôt ». Chaque page a un ID nommé docID qui lui est assignée.

L’index fonctionne grâce à deux composants : l' »indexer » et le « sorter » (outils d’indexation et de tri). L’indexer possède plusieurs fonctions. Il lit les éléments dans l’entrepôt, décompresse les documents et les décrypte. Chaque document est découpé en mots nommés « hits ». L’indexer met ces « hits » dans des silos (« barrels »), ce qui crée des index partiellement triés. L’indexer analyse tous les liens d’une page et stocke les ancres dans un fichier nommé « anchors ». Ce fichier contient des informations qui indiquent d’où provient un lien et le texte sur ce lien (l’ancre).

L’URLresolver lit les fichiers d’ancres et convertit les liens relatifs en liens absolus qui sont ensuite transformés en docIDs. Cela met l’ancre de texte dans l’index transféré, associé au docID dont l’ancre y pointe. Cela génère également une base de données de liens qui est utilisée pour calculer le PageRank de chaque page … 🙂

Grâce à cet article, on comprend bien mieux comment Google fonctionne. Il n’y a pas qu’un outil, qu’un seul algorithme, mais plusieurs qui tournent en même temps. Panda, Penguin, etc. ne seraient rien d’autres que des composants qui font partie de la chaîne de traitements maintenant.  Je n’ai traduit que l’essentiel de l’article car c’est la partie la plus intéressante pour comprendre le SEO à mon avis. En voyant le schéma, c’est typiquement une chaîne de traitements d’ingénierie linguistique informatique très poussée. Peu à peu, je vais me remettre dans les recherches scientifiques car j’aime beaucoup étudier les problématiques liées à ce domaine.

Si vous avez des questions sur le traitement automatique des données ou le référencement naturel, n’hésitez pas à me contacter avec cette adresse autoveille@gmail.com

Bon courage à tous !

Véronique Duong –

Bonjour tout le monde !

Je profite de cette matinée reposante (je suis en congé pour une demi-journée !) pour vous proposer un article sur la façon de faire du link building ou netlinking correctement en 2014. Depuis la mise en place de l’algorithme Penguin, de nombreux sites ont été pénalisés à cause de leurs méthodes de linking.

Grâce à ma veille informationnelle collectée par mon logiciel de veille AUTOVEILLE, j’ai trouvé une infographie intéressante sur la manière « correcte » de faire du netlinking en 2014. Je mets « correcte » entre guillemets, car en SEO, il n’y a pas qu’une seule et même façon de faire les choses. Ce n’est pas une science exacte et c’est un domaine très subjectif (même s’il y a des bases communes). Ce n’est qu’avec des tests, des comparaisons, des observations, qu’on trouvera sa manière de bien se positionner dans Google 🙂

L’illustration en question a été réalisée par Axiom Health SEO. Le schéma en rouge représente une mauvaise méthode de netlinking (utiliser des tonnes d’ancres optimisées, automatiser la création de liens, acheter des noms de domaines périmés au fort Page Rank, etc.). Le schéma en vert illustre les bons points principaux à suivre :

  • La qualité passe avant la quantité
  • La pertinence d’un lien est très important (par rapport à la thématique du site par exemple)
  • Les liens externes (qui proviennent naturellement des autres sites) sont très bons pour le référencement
  • Le link building permet de booster le nombre et la qualité des visites du site

 

Faire du netlinking correctement en 2014 - AUTOVEILLE

Google Penguin n’est pas un problème dès lors qu’on fait les choses en suivant les règles de Google. Cela s’applique aussi pour Google Panda. Si on respecte ces algorithmes, on minimise les risques d’être pénalisé, blacklisté ou autres.

Cependant, je trouve tout de même que cette illustration est un peu légère. Par exemple, l’auteur aurait pu donner un peu plus d’indications au niveau de « External Links » et « Build Links that relevant ». Mais, je pense que la plupart des SEO comprendront qu’il faut essayer d’avoir des liens pertinents et qui soit, pour le mieux, naturels (pas d’échange par mail, etc.).

Qu’en pensez-vous ?

En tout cas, bon courage à tous !

Véronique Duong – autoveille@gmail.com (n’hésitez pas à m’écrire si vous souhaitez parler de SEO, de veille stratégique, d’outils d’automatisation, etc.)

Bonjour tout le monde !

En effectuant ma veille stratégique, mon logiciel de veille a collecté une nouvelle infographie sur le netlinking et les backlinks. Cette illustration regroupe la majorité des plateformes et des sites où l’on pourrait récolter des liens externes afin d’optimiser au mieux le SEO et sa popularité sur la toile.

Cette infographie a été réalisée par Richard Formateur et Réussir Son Webmarketing.

On peut noter les sources de backlinks populaires suivantes :

  • Annuaires (de qualité)
  • Communiqués de presse
  • Blogs (billets / posts)
  • Commentaires et avis
  • Sites (spécialisés, de domaine d’activités, etc.)
  • Sites référents pour Google (que veut dire l’auteur par cette ligne ? Que comprenez-vous ?)
  • Réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Google+, etc.)
  • Médias sociaux (sites d’actualités, etc.)
  • Forums
  • Flux RSS

Sources pour obtenir des backlinks - AUTOVEILLE

 

Je pense que cette liste est assez complète. Voyez-vous d’autres sources à ajouter à cette dernière ?

Bon courage à tous !

Véronique Duong –

Bonjour tout le monde !

A l’occasion de la publication de mon article sur le nouveau format SEA de Baidu dans le site Veille Digitale de Jérôme Deiss, j’en profite également pour vous parler rapidement de ce qu’est Baidu Shantou (百度闪投推广) ici.

Pour résumer ce service en quelques mots : Baidu vous permet de générer des rich snippets en payant tout simplement le service. Pas besoin de meta tags, de balises HTML ou autre pour obtenir des extraits enrichis, il suffit de créer une campagne SEA avec Baidu Shantou, et vous pouvez afficher une image ou un événement dans vos snippets.

Ce service est assez nouveau en Chine, et beaucoup de grandes marques commencent à s’y intéresser. Une documentation existe en chinois (voir l’article publié sur Veille Digitale), et l’adresse de contact (pour obtenir plus d’informations) est shantou@baidu.com

Vous pouvez tenter de les écrire en anglais ! Mais si possible, ne communiquez qu’en chinois avec Baidu. Si nécessaire, n’hésitez pas à me contacter autoveille@gmail.com pour avoir plus d’informations sur les divers services de Baidu.

Baidu Shantou - AUTOVEILLE

Bon courage à tous !

V̩ronique Duong РAUTOVEILLE

Bonjour tout le monde !

Pour faire suite à mon article précédent sur ce qu’est le web en 2014, mon logiciel de veille a rapatrié une autre infographie indiquant les tendances du Mobile Marketing en 2014 – 2015.

D’après les données de l’illustration, en 2015, les utilisateurs seront plus connectés à un appareil mobile qu’à un ordinateur. L’utilisation de PC va même décroître au profit du smartphone ou de la tablette.

La majorité des personnes qui se trouvent dans la bulle de la « mobile socialization » sont des femmes âgées de 35 à 54 ans. On note aussi que plus de la moitié des recherches locales sont effectuées depuis un mobile.

Voici quelques chiffres intéressants :

  • 91% des personnes qui utilisent un appareil mobile vont plus souvent sur les réseaux sociaux (comparé à 79% qui utilisent un ordinateur)
  • 86% des individus regardent la télévision tout en naviguant sur le web depuis leurs appareils mobiles
  • 29% des individus utilisent leur appareil pour scanner les QR codes et obtenir des coupons / des bons de réduction

A part surfer sur le net, que font ces individus avec leurs smartphones ou tablettes ?

  • 61% jouent
  • 55% consultent la météo
  • 50% utilisent les cartographies pour chercher les localités ou faire des recherches depuis les moteurs
  • 49% vont sur les réseaux sociaux
  • 42% écoutent de la musique
  • 36% lisent les actualités
  • 33% écoutent la radio
  • 25% cherchent des restaurants pour dîner
  • 21% regardent des vidéos

Voici l’infographie en question, réalisée par Microsoft Tag :

Tendances Mobile Marketing 2014 - 2015 - AUTOVEILLE

Qu’en pensez-vous de ces chiffres ? Certains me paraissent assez réalistes car si on regarde bien, dans le métro, la plupart des personnes sont avec leurs smartphones et jouent, regardent un film, écoutent de la musique, parlent avec des amis, etc.

N’hésitez pas à laisser votre avis dans l’espace des commentaires !

Merci beaucoup 🙂

Véronique Duong –

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :